Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 22
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Jeu 29 Mar - 15:31

La forêt était toujours aussi étrange, les troncs craquaient sans raison, un épais brouillard voilait ses secrets et ses imperfections selon les endroits. Le soleil se levait doucement derrière les arbres, dissipant la brume, sans pour autant rendre l'endroit plus rassurant, les ombres des arbres semblaient se tordre dans tout les sens.

Soudainement, des plaintes sauvages troublèrent le silence de mort qui régnait en cette forêt, suivit de bruit horribles tel des os se pliant, ou des mâchoires se débloquant. Cela sembla durer des heures, des heures de tortures, et de sadisme. La source de cette chose horrible? Personne ne le savait réellement, les gens passant par là découvrirent juste des corps de loups désossé, dévoré, arrachés, bref un vrai massacre. C'est à peine si ils arrivaient à reconnaître la nature des cadavres. Une odeur pestilentiel régnait. D'épaisse traces de créatures inconnues étaient éparpillé sur la terre, dans des ordres anarchiques et complètement aléatoire. Quelques arbres semblaient avoir étaient arrachés du sol, et brisé en deux. L'un des arbres semblant avoir survécut au massacre, portait une unique mais profonde trace de griffe le long de son tronc qui n'avait pas assez de sèves pour cicatriser rapidement.

Les traces de la créature si s'en était bien une et pas dix partait en direction du nord, là ou la forêt semblait devenir plus dense, et plus sombres. Beaucoup s'étaient perdu là bas, ceux qui avaient miraculeusement réussit à revenir n'étaient plus que l'ombre de ce qu'ils furent. Le vent peut peut être vous apportez des odeurs, ou alors est-ce la forêt qui vous murmure sa peine, vous guidant jusqu'ici ? Qu'importe, tracez votre chemin, ou essayez de surmonter vos peurs car vous allez y risquez votre vie.

[Bon je vous laisse commencer en espérant vous avoir donné assez d'éléments pour Rp, et que cette affaire vous plaises, si vous avez besoin de moi envoyez un Mp!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Jeu 29 Mar - 16:07

Je les avaient entendus,je le se savait. J'avais malheuresement raison, mes frères etaient là mort désossés ! Une soudaine envie de vomir m'envahissais, cette odeur etait insoutenable, l'odeur fétide de la mort qui ne cherche qu'a vous empester. Ce spectacle etait horrible et l'auteur de cette acte va subir ma vengeance ! Je sentais la rage qui m'envahissais. Suite a cette vision, ma faim disparut, j'etais accablé ! aucun mot ne pourrais expliquer la douleur que je ressens.
Je me mis a hurler dans la nuit noire, le reste de la meute arriveraient dans quelques instants. Maos je ne pourrais attendre leurs arrivés il fallais que je trouve l'auteur de cette acte et il en payerait le prix fort.


*Il faut que je trouve des indices pour le retrouver*

Je commençe a sentir les corps , les arbres , le sol quand soudain je vis une trace de griffure profonde sur un tronc d'arbres ce n'etait pas l'oeuvre d'un loup mais d'une autre bête. On reste calme, la colère ne mène a rien , on se concentre. Après plusieurs minutes de recherches, Je remarqua une traces dans le sol en partance pour le nord mais ces traces etaient immenses , la bête devait être gigantesque ! Elle partait vers une partie de la fôret que je ne n'est jamais osé visiter, elle etait dense; noir comme la nuit, un veritable labyrinthe vegetale , les ombres dansaient avec la lueur de la lune , le vent jouait de la musique avec les arbres. On aurait dit que la flore fêter quelquechose. Cela me donna un terrible frisson et une sueur froide a l'idée de m'aventurer dans cette horreur vegetale, J'essayais d'eviter d'y aller, j'avais un mauvais presentiment. Le silence et le froid de la scène rajouter encore plus la scéne effrayante. Je cherchais d'autres indices en esperant trouver une autre piste, je ne pouvais y aller, la peur m'envahissais.Pourquoi j'ai repondu a cette appel ?J'aurais dus chasser le cerf avec la meute comme d'habitude, mais non je suis trop intrepide pour refuser une occasion pareil de faire le heros.Je pourrais attendre le reste de la meute mais prendre le risque de prendre du retard sur la traque ... Quand soudain j'entendis un coup de feu dans la fôret ! J'etais deja en route vers le lieu du tir.


Dernière édition par Deims Ielmor le Lun 2 Avr - 14:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Jeu 29 Mar - 16:37

Une forêt, ça? Tout ce que je vois c'est les témoins de l'horreur d'un monde sur le déclin. Les arbres ne bercent plus ces lieux d'une mélodie sifflant entre leurs branches, ils murmurent, oui ils murmurent, leurs craquements et leur soupir sont le langage de l'angoisse omniprésente sur ces terres. Qu'est-ce qu'ils disent? Je ne le saurais qu'au moment ou la démence aura dévoré mon être : ce n'est pas encore le cas. Cette forêt, respire, elle respire nos angoisses, elle s'en nourrit pour expirer un brouillard qui m’empêche de voir à deux pieds devant moi. Ce brouillard est bien la seule chose qui m’empêche de réaliser la destination sinistre vers laquelle je me dirige. En plus de ça, la nuit est tombée il y a déjà quelques heures : la lune s'est levée pour traquer les âmes en peines qui hantent ces lieux. Les étoiles sont encore là : comme des reliques d'un ancien temps qui est déjà oublié. Comme à peu prés tout ce qui existait avant.
Je ressens un mal indescriptible, tout mes membres tremblent, et ce n'est pas qu'à cause de cette foret funèbre. Non, depuis que j'ai trouvé ces cadavres de loups désossés mon instinct à réalisé quelque chose que mon esprit n'a pas encore compris. Le sang était encore chaud, et la chose qui à fait ça est monstrueuse : si je la rencontre il est fort probable que je finisse par nourrir un de ces horribles arbres jusqu'à la fin des temps.
Mais pourtant je continue d'avancer, mon chemin sinue entre les arbres arrachés et les traces de pas mais j'avance : comme poussé par une curiosité d'une déraison fatale. Je voudrais fuir... Non je veux fuir...Non!Je dois fuir! Mais mes jambes me poussent droit dans les bras du monstre pour une étreinte mortelle. Quelque chose me torture depuis le début de cette atroce marche forcée : on m'observe. Pas seulement ces arbres de pierre, pas seulement ces mauvaises étoiles, non quelque chose d'autre. Et si c'était..? Non, je ne préfère même pas penser à cette éventualité. Mais ça fait plus d'une heure que je marche et il n'a pas l'air d'aller très vite: j'aurais du le croiser. Mais pourquoi resterait-il la? Tapis dans l'ombre, alors qu'il doit être 2 fois plus massif que moi? Est-ce comme ça qu'il tue ses proies? Les traque t-il pour les faire souffrir mentalement avant de déchainer ses pulsions meurtrières?


*J'entends un bruit à ma droite, j'aperçois une ombre passer*

Qu'est ce que c'était? Ce bruit, un craquement sourd : il est là. Pas de doute, cette ombre n'était pas une des silhouettes torturée d'un des troncs. Non il est là : il me regarde, m'observe, il affute ses griffes en prévision de la boucherie, mais il a fait une erreur.

*Je dégaine mon colt et mon poignard*

La tension noue mon estomac, les secondes fatidiques s'écoulent d'une vitesse si lente qu'elle devient presque une entité palpable.

*Un autre craquement*

Il est à gauche, il arrive. Mais je ne suis pas un de ces loups idiots, je vise déjà l'endroit d’où il va sortir. Des bruits de pas se rapprochent, martèlent le sol comme un troupeau d'animaux enragé. Une silhouette, une ombre. Un membre.

*Je tire*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 11:19

Les branches se brisaient, je courais de toute ma puissance. je n'est pas remarquer tout de suite que je courais c'etait comme un reflexe. Je devenais plus un loup que un kaedien, je ne regrette pas ma vie d'avant, la traque deviens pour moi comme une drogue, je suis dans une transe lors d'une traque. Mon esprit devenait animal, sauvage. Toutes ces pulsions que l'on oblige a enfouir au fond de son esprit, pour être politiquement correcte. C'est se detruire soit même.

*Je ne suis plus très loin, je le sens, j'arrive te detruire ! Ordure de tueur ! *

Les ombres de la forêt rendaient le lieu sinistre mais ma soif de sang m'empechait dorénavant d'avoir peur de plus je devais me concentrer pour eviter les arbres, un exercice difficile par temps normal mais encore plus par temps brumeux.
Je remarqua cependant que soudain les arbres n'etaient plus present. J'etais arrivé sur le lieu, une clairière que seul la lune eclairée. Je vis tout d'abord ce qui devait être un ours dans une autre epoque. Il mesurait bien 4 mètres, il se tenait sur ses pattes arrières. Il saignait au niveau de son epaule, surement a cause du coup de feu tirer il y a de ça quelques minutes. Le monstre s'avançait pas en ma direction mais vers un homme que je n'avais pas remarquer. L'homme etait plutot grand, le visage terrifié, son arme a feu qui ressemblait vaguement un colt pointée vers la creature . Il etait pret a se defendre mais je ne pense pas qu'il puisse vaincre le monstre seul. C'etait lui le tueur de loup, je sentais l'odeur de mes frères sur ses griffes. La rage bouillonnait en moi, je perdais le controle de mes sentiments, je ne voulais que sa mort. Je repris donc de la vitesse emit un long hurlement et percuta le monstre de plein fouet celui ci tomba a terre mais se releva vite pret a se venger de son agresseur. Il avança vers moi, je lui fonça dessus. Je le mordais , le griffait mais celui ci me donner un coup de patte qui me projeta au sol. J'etais sonné, ma vue etait trouble mais je vis le monstre s'avançer lentement de moi. Le poids de ses pattes sur le sol resonnait sur le sol comme des tambours. J'etais sûr de mourrir, j'essayais de me relever mais mon equilibre etait chambouler par le choc. Le monstre etait a quelques metres de moi quand soudain j'entendis plusieurs coups de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 11:54

Il est touché. La balle s'est logée dans son épaule gauche. Oui, il est touché, impossible que j'ai imaginé le filet de sang qui s'est échappé après mon coup de feu. La mort vient de me frôler, elle vient de me frôler comme une rafale de vent glacé sur une plaine. Si je n'avais pas raisonné avant l'attaque, la flamme ardente bien que cruelle de la vie ce serait éteinte à cause de l'haleine fétide de la mort.
Oui, il a chargé. L'horreur ambiante de cette foret a atteint son paroxysme au moment où cette terrifiante silhouette s'est transformée en un corps bien réel. Tout mes cauchemars les plus sombres se sont matérialisés avec son arrivée. J'étais seul avec lui au milieu du brouillard de la mort tandis que sous mes pieds se déchainaient les flammes de l'enfer et un purgatoire remplis d’âmes damnées m'appelait à lui.
Mais pire encore : il est toujours là, debout face à moi, il hurle, tiraillé par la douleur qu'à causé le tir salvateur de ma vie. Qui il est? Non. Qu'est ce qu'il est? On dirait un ours mais ça n'en est pas un. Peut-être était-il un ours autrefois mais ce n'est plus le cas. Ce n'est pas un simple animal qui chasse pour se nourrir : il chasse pour tuer. Ses yeux sont des puits de rage où s'enfouissent la violence et les tourments : ceux de ses victimes mais les siens aussi. Son âme à est transpercée par la lame du Mauvais. Ses poumons se remplissent d'un air perverti par le malin. Ses griffes sont encore pleines du liquide vital qui circulaient autrefois dans les veines des êtres vivants qui parcouraient cette forêt. Combien de vies innocentes, d'âmes terrifiés a t-il extirpé du plus profond de leur foyer de chair avec ses griffes? Est-ce que je vais être le prochain? Va t-il cueillir ma vie comme on cueille un magnolia tranquille planté par une belle journée d'automne? La terreur devient maitresse de mon corps, il faut que je me concentre! Non, je ne peux pas mourir ici! Qui est-il pour s'arroger le droit de tuer? Qui est-il pour s'amuser à se régaler de ma terreur? Dans quelques minutes son corps ou mon corps ou nos deux corps tomberont froid et vidé de toutes étincelle de vie. Il va attaquer, je le vois dans ses yeux, sa mâchoire fatale est en train de se serrer pour laisser place à la frénésie du meurtre.


*Une forme sombre court et se jette sur l'ours*

Qu'est que c'est? Un loup! Il vient de se jeter sur le monstre! Surement pour venger le triste sort de ses frères.

*L'ours se relève et s'en suit un choc terrible ou le loup essaie tant bien que mal de tuer le monstre mais l'abominable animal l’envoie au sol et avance pour l'achever.*

Il a relâché son attention. C'est sa deuxième erreur depuis le début : celle de trop. Il me tourne le dos. Il ose me tourner le dos après avoir menacé ma vie! Dommage pour son honneur. Il ne verra pas son triste destin arriver en face et lui enlever tout ce qui lui reste : sa vie. Certes, au combien elle est pathétique, sa vie d'animal enragé s’arrête ici. Il n'aura pas la satisfaction d'un dernier meurtre : ni ce loup ni moi ne mourrons par sa faute.

*L'ours n'est plus qu'a quelque mètres du loup, l'envie de meurtre est flagrante dans ses yeux*

*Je tire les 7 balles qui restaient dans mon chargeur*


Dernière édition par Sinius Revil le Sam 31 Mar - 7:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 12:34

Je sentais la mort dans son haleine fétide , ses yeux avait un petit air sadique en me regardant, il etait enorme et j'allais être une de ses victimes de plus de son tableau de chasse ... Les frissons parcouraient mon corps et une sueur froide suivie quand soudain plusieurs coups de feu retentissent dans la nuit. J'etait couvert de sang, quelle sensation desagreable et surtout quelle odeur horrible. Mais le monstre chancelant commença a tomber tout doucement sur moi dans un dernier elan de folie ... Avec la force qu'il me restais, je me redressa tant de bien que mal et plonga sur le côté et quelques fractions de secondes après le bruit de la carcasse s'ecrasant au sol resonna dans toute la forêt. J'espere qu'il etait le seul de son espece parceque sinon je suis dans le pétrin. J'etais haletant, en sueur. Mes muscles etaient tetanisés a cause du stress et de l'effort. Mais tout n'etait pas fini, il restait l'homme qui m'a sauver mais m'a t-il sauver ou juste profiter de la situation pour achever le monstre et me finir ensuite ? Je me releve , commence a venir a sa rencontre et je me met a genoux .

" Merci,Kaedien de m'avoir sauvé des griffes de ce terrible monstre. Je peux t'offrir l'hospitalité chez moi ! j'ai une dette envers toi."

Je remarqua ses traits de visages , il a peut prêt l'age que je devrais avoir si j'etais humain. Des cheveux noires en bataille. Des yeux noirs portant une melancolie hors du commun . Je remarqua aussi une cicatrice profonde sur son cou et son bras droit est laceré. Il ne doit pas être a son premier combat. Esperons que se n'est pas un être sans pitié comme celui qu'il vient d'achever. Je remarqua aussi son colt en argent et aussi une dague dont la particularité est le manche qui est en verre et celui ci contient un liquide vert surement du poison.Sa main gauche etait brulé. Bruler jusque dans la chair.

*Grrrr! Je deteste l'argent ! ça me donne envie de l'attaquer mais il m'a sauvé je peux pas faire ça ! pas maintenant *

J'etais faible et a sa merci ! j'espere qu'il fera honneur a son arme en ne tuant pas un être a genoux devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 13:49

Le monstre est tombé. Enfin. Cette chose sanguinaire n'est plus. Sa vie dominée par le mal et l'envie de voir la douleur dans les yeux des choses auxquelles il s'attaquait s'est arrêtée sous mes tirs. Le calme est revenu, toujours aussi angoissant mais il est revenu. Il reste le loup. Il est là : à genoux en train de m'observer, il est comme moi il y a quelque minutes : face à la mort. Mais pourquoi le tuerais-je? Il n'a fait que m'aider, il m'a sauvé des bras de la faucheuses, pourtant il craint que je le tue, il n'a pas du tout confiance. Mais moi, devrais-je avoir confiance? Même si il est à genoux, ses crocs sont aussi mortels que les griffes du monstre qui a trépassé.
D'ailleurs il n'a pas une apparence très rassurante. Il doit mesurer facilement deux mètres, ses yeux jaunes et son regard perçant sont les témoins d'heures de traques et de chasses à un rythme effréné sous ces arbres.
Son pelage noir comme l'ombre qu'à du apporter sa transformation à sa condition humaine se fond dans la nuit et ne fait que lui ajouter une image de fantôme fondant dans la nuit en quête de sa proie. Parsemé de taches marron, c'est bien la seul chose qui différencie sa fourrure de celles des autres loups de la meute. Il n'a plus rien d'humain, c'est bien triste. Enfin, peut être pas pour lui, mais de mon point de vue, oui. Peut être bien qu'il y a encore quelques années je le croisais, je le voyais, peut être était-il un voisin. Voila l'effet le plus désolant qu'a eu cette apocalypse sur notre monde : tout est oublié, ce qu' était autrefois notre monde n'existe plus et aucun événement ne pourra nous ramener ce que nous avons perdu;Et nous avons perdu beaucoup de choses, de nos forets à nos si belles résidences le Mauvais nous à tout volé. Même notre humanité, notre compassion, nos sentiments! Où sont donc passés les idéaux de paix et d'amour qui régnait dans les esprits? Pourquoi nous entretuer? Pour faire couler du sang? Bien que mon savoir ne soit pas infus il ne me semble pas que nos terres s'irriguent de nos vies. Mais si ce n'était que ça, nous ne serions "que" pitoyable, mais voila la fatalité de notre sort : chaque camp à besoin du sang de l'autre pour survivre. Non content de nous voler notre monde le destin s'est aussi amusé de nous forcer à faire couler des flots de sang pour une soit disant morale qui pourrait justifier les atrocités que l'on perpétue?
Le loup attend toujours, l'heure n'est pas aux essais philosophiques dont tout le monde n’a que faire.


"Je te remercie aussi d'avoir attaqué cette chose, sans toi je ne suis pas sur que j'en serais ressorti indemne.
Si tu veux payer ta dette mènes moi vers l'orée de ces triste bois, là bas, où les arbres sont denses."


*Je range mon arme et tend la main au loup en gage de confiance*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 14:28

Il m'a repondu, il veux que je le conduise en dehors de mon royaume vegetale , je lui dois bien ça. ça fais bizarre de reparler a une personne humaine, j'ai du mal a trouver mes mots , les formules de politesses toutes ses petites choses qui nous font appeller Kaedien. Bref il a pas l'air de courir à la même vitesse que moi, On va essayer de gagner du temps ! je me mis sur l'avant bras de mes pattes avant et je dis avec un ton rieur

"Vas y ! grimpe et cramponne toi ! "

Celui ci grimpa sans esiter! et je demarra , je sentis son poids sur mes epaules , sa poigne sur mon pelage. Bizarrement le brouillard n'etais plus present comme si la mort du monstre en etait la cause. Ce qui allègea l'atmosphère ce qui me soulagea. J'essayais d'eviter les arbres aux branches basses et de sauter au dessus des racines comme a mon habitude. La lune brillait de toute sa gloire dans le ciel d'encre. Quand soudain j'entendis un hurlement puis deux puis trois, la meute etait arrivé et courait a nos côtés. Ils me demandèrent ce que j'avais sur mon dos, si c'etait pour manger.
Je dis dans une suite de grognements et de hurlements :


"Du calme mes frères ! C'est un ami, il m'a sauvé et a vaincu la bête tueuse des nôtres. On va l'accompagner jusque la frontière de notre royaume"

L'air etait frais, comme une nuit d'automme, on avait du mal a savoir les saisons car les arbres n'etant pas munis de feuilles cela n'etait pas evident. Et un loup n'a pas besoin de connaitre les saisons tant que celui chasse et devore ses proies.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 14:58

Et bien! Me voila sur le dos d'un loup qui court à la vitesse du vent. Cette vitesse à laquelle nous allons n'est pas très rassurante et la forêt, même traversée à cette allure, donne toujours l'illusion de ne pas avoir de fin. Et si c'était le cas? Si j'avais scellé mon existence au moment où j'ai pénétré dans ces lieux? Non, je ne pense pas, ce monde n'est pas assez beau pour me laisser la chance de ne connaitre qu'un seul lieu aussi horrible, non, je dois errer et tous les connaitre. Des loups courent à nos côtés, surement en veulent-ils à ma chair. Le loup a du leur expliquer, ils s'éloignent. C'est étrange, en regardant la lune passer entres les branches torturées de cette forêt, tout mon passé me revient. D'où suis-je parti? D'un sous terrain. J'ai vu ceux que j'aimais partir sous mes yeux dans un flot de sang que je n'ai pas su empêcher, auquel j'ai même contribué....J'ai été témoin de la cruauté du destin comme peu de gens ont du l'être avant moi. Ils sont partis vers une destination certainement plus accueillante que ces lieux où je suis prisonnier par le sang qui coule dans mes veines. Tout mes tourments reviennent me torturer à la simple vision du carnage qui à eu lieu dans mon funèbre foyer. J'ai si mal. Mon esprit se fait transpercer par la souffrance et les lacérations qu'on m'a infligé ce jour la reviennent jouer leur symphonie de douleur. Mais je ne peux pas oublier, que les douleurs les plus insupportables viennent me tirailler à toutes les secondes de mon existence : ce sera ma rédemption. Oui une rédemption, voila le terme. Voila bien la seule chose qui peut me différencier des meurtriers sanguinaires qui peuplent ce monde, j'ai tué, j'ai fait couler le sang; Mais je me repend. Que tout ce qui vit en ce moment même m'entende: je me repend! Que les âges révolus, que les temps à venir entende cette parole : je me repend! Mes regrets me rongent, mais me font avancer. Ils sont ma force et mon courage, ma faiblesse et ma douleur; Mon épée, mon bouclier, ma vie.
Une atroce douleur est en train d'enfermer mon crâne dans un étau.....C'est insupportable! Il faut que je dise au loup de s'arrêter, je ne peux plus supporter:


"Arrêtes t.."

Des larmes de sang coulent sur les joues de Sinius, il tombe du dos du loup, tordu de douleur.





Dernière édition par Sinius Revil le Dim 1 Avr - 4:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 15:30

Il etait tombé , j'aurais du m'arreter, j'ai entendu son gemissement avant qu'il chute. Je me suis arréter et je suis aller voir si il n'etait pas mort. Mais mes loups envahie par la faim approchaient pour le devorer. Je devais m'interposer, je me mis au dessus de son corps et me mis a grogner et je leurs dit :

"Reculez ! Ou vous le payerez de votre vie ! Je vous promet que nous allons chasser en rentrant pour fêter la defaite du tueur de loups "

Ce qui calma leurs instincts de chasseur ! Je vis du sang sur ses joues mais pas dus a sa chute, on aurais dit des larmes. Etrange! Il avait quand même etait blesser par la chute mais rien de très serieux, des coupures et autres ecchymoses. Il faut que je le ramene chez moi. Il doit se reposer, je lui doit la vie. Je le traina sur 300 mètres environ, une chance on etait pas très loin du lieu de ma demeure.J'ouvris la porte et le deposa sur mon ancien lit vu que j'ai tendance a dormir par terre desormais. Je lui raporta de l'eau de la cascade avoisinante, je le fis boire.

*j'espere qu'il n'a rien ... Je connais même pas son nom et je m'attache deja a lui .. Je fais plus le loup peluche que le loup terrifiant au fond de moi même.*

Je pris sa sacoche et je fouilla dedans. J'ai trouvé son antidode que je lui injecta pour eviter qu'il se transforme comme moi. Je trouva aussi une photo de ses parents.

* Pourquoi ils n'etaient pas avec lui? *


Il y a aussi des ecris de sa vie tous signé Sinius Revil ce qui je presume son nom. Après cette fouille rapide, je decide d'essayer tant bien que mal de soigner les differentes plaies que le blessé c'est faite en tombant. J'espere sincerement qu'il n'est pas dans le coma parceque je ne compte pas faire l'infirmière toute ma vie et je partis chasser avec la meute comme promis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Ven 30 Mar - 16:30

Étrange, pourquoi les arbres sont-ils normaux tout à coup? Où sont les loups? Pourquoi l'herbe à t-elle une couleur verte comme autrefois? Est-ce que cet endroit de la forêt aurait-il été épargné? Le contraste avec ce que je viens de traverser est flagrant. Les bois sont...paisibles. Les oiseaux chantent, le ciel est dégagé, le soleil brille, il brille tellement qu'une lumière aveuglante mais apaisante baigne l'environnement d'une chaleur rassurante rappelant l'étreinte d'une mère. Je continue d'avancer, la lumière est largement plus forte là-bas devant, j'ai une irrépressible envie d'y aller, je cours même, sans pouvoir m'arrêter, je cours droit devant. Je me rue vers cette lueur mystérieuse. Voila la sortie de la forêt mais quelque chose est anormal : il n'y a que de la lumière, comme si le monde avait été effacé pour laisser place au vide infini que cette étendue de lumière crée.
J'entends une voix on m’appelle d’où vient cette voix?


*Je me retourne*

Mais que se passe t-il? La forêt est redevenue comme avant derrière moi. Impossible que je sois dans la réalité. La lumière m'aspire, mais j'entends toujours cette voix qui vient des bois sombres:

"Sinius, Sinius, ne laisses pas la mort te prendre maintenant"

La mort? Je serais en train de faire mon dernier voyage? Vais-je vraiment mourir de mes regrets et de ma peine? Non, ferme les yeux Sinius! Cours, cours!
Me revoilà dans une forêt sombre, coincé dans un univers onirique où mon esprit est coincé à tout jamais. Et bien, finir comme une âme damnée, voila une fin digne de mon être. Mais, quitte à finir comme ça autant comprendre les finalités du monde des rêves et des cauchemars. La voix qui m'appelle est encore derrière moi, je dois trouver celui qui me torture de ses mots.
Depuis combien de temps je marche? Même mon esprit est un dédale terrifiant. Mon âme elle même arrive à refléter l'environnement qui m'entoure. Enfin j'ai trouvé celui qui m'appelait : il est de dos. Je le retourne et le plaque violemment contre un arbre, me plonge dans ses yeux et regardes dans les yeux mes peurs les plus fortes, que ma vie soit emportée! J'aurais fait preuve d'un dernier acte de courage : une amende honorable en quelque sorte après avoir fui la dernière lumière que je verrai de cette brève existence faite de souffrances.


Je me réveille sur un lit délabré, surement celui du loup, qu'est que je viens de voir? La définition même d'horreur n'a plus de sens à mes yeux, les silhouettes des peurs qui ont hanté les âmes de tout mes prédécesseurs. Les fruits des démences les plus folles ,des cauchemars les plus fous, sont parvenus à mon esprit; J'étais au porte de la mort et tout le vice de l'être humain s'est présenté à mes yeux...Il n'a pas voulu me laisser partir, non je devais voir cela, voir le mal dans sa forme la plus vile. Voila donc un autre fardeau que je dois transporter? Ma mémoire va devoir porter subir la réminiscence horrible de revoir les abysses du mal et de la haine pure.
Le loup m'a encore sauvé. Ça fait deux fois : apparemment il m'a injecté une dose d'antidote, ça doit être peut être ça qui à causé ma survie et m'a infligé la douleur de respirer à nouveau. Je dois partir. Impossible que je reste ici, il faut que je fuie ce lieu qui m'a vu ouvrir le coffre onirique du mal. J'ai ouvert la boite de Pandore du malin, c'est la faute de trop.

*Je ramasse mes affaire et commence à marcher vers là où la forêt est la plus dense*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deims Ielmor

avatar

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Sam 31 Mar - 7:33

Après une nuit de sommeil bien mériter, L'homme blesser n'etait toujour pas reveillé. Je partis donc a la chasse pendant une heure ou deux avec ma meute. A mon retour, je verifia que l'homme n'etait pas mort ou reveillé mais ce que je vis me surprena. Il n'y avait personne dans le lit, je sorti donc a toutes vitesse et commença a humer l'air a la recherche de son odeur. Il n'etait pas très loin. Je partis donc a sa rencontre en courant. Et je le vis , marchant comme un mort vivant vers la partie de la fôret la plus dense et la plus dangereuse. Je l'interpela

"Hey ! Ou tu vas comme ça ? Tu voulais pas sortir de la fôret ?"

Je me mis devant lui et je vis un visage sans expression, ses yeux fixés le neant comme une personne somnambule. Il l'etait peut être ? Il ne me regarda a peine et continua sa route.On aurait dit une âme perdue en quête de sa redemption pour les portes du paradis.C'etait troublant presque effrayant. Vu qu'il titubait en s'appuyant sur les arbres pour rester debout.

*Repond moi bon sang ! Tu viens de presque mourrir et tu te transforme en zombie. Aurais je mal administrer l'antidode? Etait t'il un monstre comme moi? Va-t-il devenir une menace pour moi ?*

Toutes ses questions se bousculer en moi et lui etait toujours dans sa transe. On sentait la presence des predateurs autour de nous qui commencer a approcher. En tout cas, je sentais leurs odeurs ! Il ne fallait pas trainer ici ! ça devenait dangereux ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinius Revil

avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   Sam 31 Mar - 12:34

Il faut que j'aille dans l'endroit le plus sombre de la forêt. Là où les ténèbres les plus profonds pourraient me cacher."Ils" me poursuivent: les démons de l'autre monde sont en train de me suivre, et il se mêlent au mal qui règne sur cette terre pour finir de dévorer le reste de mon âme. Chaque ombre, chaque bruit, se transforment en des formes maléfiques sous mes pas. Je dois fuir, une fuite vers l'avant : j'avance vers là où je pourrais les revoir en face comme je l'ai fait dans mon sommeil. Mes derniers moments de lucidité sont en train de partir à chaque pas. J'ai du mal à tenir debout, la démence qui me ronge affecte aussi ma condition physique : je m'appuie sur les arbres, les mêmes arbres soupirants , qui, durant cette nuit, se parlaient et me chuchotaient que mon corps resterait à jamais sur leur terre. Ces arbres mauvais, qui poussent droit des jardins maudits du diable m'aident à avancer : il me pousse vers la fin. Ils me poussent vers là ou les démons pourraient me rattraper et m'arracher la vie par la vision des formes les plus horribles tout droit venues de l'antre infecte de la perversion. Le son de leur voix entremêlées jouant les symphonies du mal et les sonnets du vice briseraient mon âme à petit feu pour finir en un requiem terrible et atroce où toutes les souffrance du monde fusionneraient afin d'en terminer avec ma vie. Du moins, c'est ce qui arrivera si j'arrive à marcher jusque là car je commence déjà à tituber et à perdre le contrôle de mes mouvements.
Que se passe t-il après la mort? Reverrai-je ceux que j'ai aimé ou mon âme brulera t-elle éternellement entre les doigts du mal? Ça n'a pas d'importance, au moment où je suis remonté à la surface et que j'ai humé cet air putride j'ai su que la destination qui m'attendait était la mort. Dans ma désorientation désarmante je sentais déjà la main froide de la mort se poser sur mon épaule tremblante. A la seconde même ou se sont posés sur moi les regards des nuages sombres qui erraient dans le ciel j'ai compris que mon corps retomberait froid et que mon sang coulera sur une terre dévastée, mais, j'ai tout de même avancé, en quête d'absolution. Quelle honte à du ressentir mon père quand il a vu que je n'ai pas eu le courage d'assumer ce que j'avais fait. Il a du avoir pitié, pitié pour mon esprit, quand il a du comprendre que je le rejoindrais bientôt, je pourrai me repentir face à lui dans quelques instants : voila quelque chose de bon. Mais encore cela ne pourrait pas arriver. L'idée même de quelque chose après la mort est peut être absurde : il est bien possible qu’après mon agonie ce ne serait que le néant et le vide, il est bien possible que le portail rouge sang de la mort ne mène à rien.

*On m’appelle derrière*

Ça doit être le loup, qu'il me laisse. Si je ne me retourne pas peut être comprendra t-il qu'il vaut mieux qu'il reparte se complaire dans ses chasses et ses traques dérisoires. D'ailleurs, je n'ai même pas la force de me retourner.
Il me demande ou je vais. Vers la mort. Si je veux sortir de cette forêt. Je n'arrive pas à ouvrir la bouche pour lui répondre, et d'ailleurs aurais-je la même voix? Peut être bien qu'il ne sortira rien de ma gorge ou alors que ma voix soit pervertie à un point qu'elle aurait la une sonorité sinistre, comme si elle était tout droit sortie de l'antre du mal. Comment lui expliquer? Il à l'ai de sincèrement se soucier de mon sort. Ça doit bien être le seul dans tout ce triste univers. Et si...Et si il pouvait m'aider à sortir de ce cauchemar? Et si il pouvait changer mon destin?


"Il faut que tu m'aides, je suis sur le point de perdre la raison, fais quelque chose!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Celui qu'il ne fallait pas croiser. [Deims et Sinius ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Se croiser par hasard [pv]
» De la Tour : fallait pas partir
» [FB] Croiser le fer avec un pirate ça fait quoi ? Mal...
» ? le vrai héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Les Décombres :: La Forêt Des Soupirs-
Sauter vers: