Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une simple balade [PV : libre]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marilyn Kousko
Blue Flames Of The Azure
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 27
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'XP:
250/400  (250/400)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Dim 19 Sep - 17:57

Et voilà qu'un autre hurluberlu venait de faire son apparition bondissant comme un petit lapin à six mêtre de l'autre homme. L'envie qu'avait Marilyn l'instant d'avant venait de partir. Non pas envie naturel, mais le désir de rester et d'entendre les confessions d'un monstre. Pour la première fois depuis quelques minutes, marilyn avait su contrôler ses pulsions et n'avait rien dit. Pourtant un : « Et petit lapin, ce que tes moches. V'as-ten, on ne veux rien savoir de « toé ». » lui brulait les lèvres, seulement est-ce que les autres personnes voulaient aussi de la présence de Marilyn ? Après tout, elle c'était immiscer dans leur conversation d'une façon assez radicale et « m'as-tu vu. »

Elle se leva tranquillement, une légère brise soufflait ses cheveux et rafraichissait tout son corps, lui donnant quelques frissons. Marilyn repris son Katana plein de terre puis le rangeait dans son étui. Elle n'arrivait pas à voir très bien l'homme qui venait d'arriver, l'autre chose se tenait dans son champ de vision. Enfin, voulait-elle le voir ? Pourquoi faire ? Quel intérêt y avait-il à croiser le regard d'une personne dont nous n'allons plus jamais revoir ? L'atmosphère était à coupé au couteau depuis l'arrivé de l'autre personne.

[Marilyn] – J'ai bien l'impression que vous n'allez pas pouvoir discuter tranquillement, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment que vous être un aiment à personne ! Vous ne trouvez pas ? D'abord moi et puis ce lap. Elle marqua une petit seconde d'hésitation, puis poursuivi. Cette personne.

Marilyn fixait les gens. Il était vrai qu'elle n'était pas la personne la plus polie au monde, mais ne voulait pas volontairement blesser les gens. Elle ne connaissait pas du tout les intentions du lapin sauteur qui venait d'arriver, elle ne voulait pas vraiment combattre, mais ne connaissant pas du tout les capacité de cette personne, il valait mieux être sur ses gardes et utilisé la position qu'elle connasait le plus. Enfin, elle n'avait pas assez de Katana pour l'art qu'elle maîtrisait le mieux, il fallait donc faire avec le Ikken. Elle se remis donc en position de Ikken y apportant une petit modification de son cru. Elle n'avait pas encore tester cette technique en combat, que contre des poupés ou des arbres, mais elle savait pertinament que cela allait faire l'affaire.

Le problème avec le Ikken de base, c'est que si la personne parvient à éviter le Ikken en soi. Qui était déjà un exploit du à la grande vitesse de celle-ci, son utilisateur se trouverais en position très sensible et serait au bonne volonté de son adversaire. Puisque Marilyn ne maîtrisait pas encore la technique final, le ikken à la vitesse Divine, elle allait devoir faire avec autre chose. Le double Ikken. Voilà cette technique. Pour parvenir à éviter le premier ikken, il fallait que l'adversaire entre dans l'espace vitale de son sabre et reculer d'un coup sec pour ainsi éviter la lame. Il fallait l'éviter de quelques centimètre, sans quoi l'utilisateur du Ikken aurait le temps de voir venir l'attaque de l'adversaire. Le double ikken consistait à ralentir de peu le premier ikken pour permettre à l'autre de l'éviter de quelques centimètre. Une fois cela fait, il suffisait de poursuivre le mouvement déjà entamer par le corps avec le premier Ikken et de frapper l'adversaire dans le coude avec le fourreau de l'arme. Un attaque impossible à éviter si l'adversaire avait entamer sa contre attaque. Cela aurait pour effet de déchirer les nerfs de l'adversaire, rendant son maniement des armes impossible pour plusieurs mois dans le cas de la non maîtrise de marilyn, mais cela pourrait être permanent si c'était exécuter par queqlu'un maîtrisent cette technique.

Le regard de Marilyn avait changer, passent du presque insultant à très concentré. Il fallait un excellent timing pour réussir cette technique. S'il advenait que quelqu'un entre dans son périmètre avec une intention malsaine à son égard, elle ne voulait pas rater l'occasion de mettre fin au combat aussi rapidement. Le but de cette technique n'était pas de tuer, mais handicaper d'adversaire assez longtemps pour s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedra Nephilim
Amaterasu La Princesse Écarlate
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Age : 25
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1210/1299  (1210/1299)
Points de vie:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mar 21 Sep - 20:17

Cette tension qui était incroyablement palpable semblait maintenant se réduire. Enfin, c'est ce que percevait Phaedra. Le fait que Marylin avait posé son arme l'avait grandement soulagé. Cette dernière ne pouvait cependant pas savoir si Yanto en ferait de même, mais elle avait bon espoir à ce sujet, ce jeune homme était brillant et la chasseresse ne pensait pas avoir de difficulté à cerner sa manière de fonctionner. Il poserait son arme, c'était évident. Bien que tout trois étaient au pied du mur le bain de sang avait pu être écarté, évitant des problèmes inopiné et une perte de temps considérable. Maintenant que le calme et presque installé elle devait aller droit au but. Et ainsi peut-être comprendre... Oh bien évidement il était fort probable que Yanto ne sache absolument rien, mais les connaissances qu'il possédait de la surface pourrait peut-être l'aider à localiser la chose... Peut-être ne le pourrait-il pas non plus. Peut-être ne savait-il absolument rien et n'était qu'une âme perdue comme tant d'autre. Un autre être qui ne comprenait pas ce qui c'était passé et qui n'avait pas envie de le savoir. Oui, peut-être. Mais cela valait le coup d'essayer.

La jeune fille attendait cependant que Yanto laisse son arme ou que Marylin quitte les lieux avant d'enchainer avec ses questions qui changeraient peut-être toute sa vie. Elle n'attendait très certainement pas pour faire duré le plaisir, non, elle attendait plutôt que tous et chacun sois à son aise pour que les réponses à ses questions ne soient pas précipitées par le stress ou la pression. Ainsi elle se gardait une certaine sécurité quand au fait que Yanto répondrait de son plein gré et avec honnêteté. Et d'un autre côté, si l'on regardait du côté du problème que pouvait représenter Marilyn, il était possible que sa consœur la dénonce aux instances de la tour... Il aurait été réellement préférable qu'elle parte ou qu'elle ne fut jamais venue. Mais elle n'y pouvait rien. Le choix de lui revenait malheureusement et elle se doutait que l'indésirée resterait sur place, assise, dans cette même position jusqu'à la fin. Inévitable, très probablement. Elle ne pouvait donc qu'attendre que Yanto jette son arme. C'était la chose qui avait le plus de chance de se réaliser.

Chose qui d'ailleurs se produisit, comme prévue. Nephilim n'irait pas jusqu'à se targuer, mais elle sentait qu'elle connaissait Yanto par coeur, qu'elle pouvait prédire chacune de ses actions. Pourquoi avait-il obtempéré à sa demande? Il aurait été en mesure de profiter de la situation, de tirer ou de fuir, mais non. Elle l'avait su pertinemment d'est la première seconde qu'il le ferait.


*Finalement, l'occasion temps attendu. Je vais pouvoir lui demander. Les choses ne se sont pas trop mal déroulé après tout... C'est tout aussi bien, je n'oserai pas imaginer un duel contre une utilisatrice du Ikken aussi expérimenté. Et je ne désire pas non plus tâcher mes mains du sang d'une autre humaine n'y même peut-être tuer Yanto en perdant contrôle sur l'Amaterasu au beau milieux de l'affrontement. *

Un léger, très léger sourire aux lèvres, elle se tourna doucement pour faire face à Yanto qui était maintenant prêt à répondre. Mais ce qu'elle vit... Un frisson de peur et de rage lui traversa tout le corps. Ses mains tremblaient, son souffle était cours... Cette chose... Cette chose... Cette abominable chose qui venait de se joindre, vociférant des mots d'une voix horrible. Cette créature qu'elle n'avait jamais vu, mais semblait connaitre. Lui rappelant... Une aura de mort vibrait autour de lui. Son regard vide et glacial. Une expression dégoutante et horripilante.

Phaedra crut entendre Marylin prendre son sabre dans le sol. Rien d'alarmant, rien face à cette abomination. Non, elle ne le connaissait pas. Mais elle pouvait sentir cette aura meurtrière, ce désir de tuer, cette odeur de sang. C'était un prédateur. Et ses yeux... Ses yeux qui lui rappelaient tellement l'abjecte créature qu'elle recherchait...
Son sang glacé, désorienter par cette vision elle fit un pas derrière, hébété par cette vision. Mais qu'avait cette chose pour lui faire un tel effet? Cela ne pouvait être que l'œuvre de la bête. De l'immonde qu'elle traquait. Ce regard qui changeait tout... Elle connaissait ses yeux. Il n'était pas humain, il n'était pas un monstre. Il était effrayant, effroyable. Elle connaissait ses yeux. Petite elle en avait vu des pareilles... Des yeux de prédateurs comme ceux-ci...

La chasseresse fit un second pas derrière, toujours tremblante. En temps normal elle aurait foncé, n'aurais jamais reculé ainsi. Et encore moins dans la zone d'action du sabre d'une maitre du Ikken. Mais en cet instant rien ne comptait. Il n'y avait que l'abjecte créature et ses yeux... Subitement elle baissa le regard pour retrouver la vision de son sabre jonché sur le sol. Et la rage éclatât en elle. Pourquoi reculer? Tuer, tuer! Il fallait éliminer cette abomination! De tel yeux, une telle odeur, une telle aura... Il n'avait pas le droit d'exister! Phaedra n'avait pas le droit de le laisser vivre, pas ici. Asahi, Asahi, que faire sans tuer Yanto ou le bruler au troisième degrés?

Elle n'y pensait même pas. Fit un pas devant puis un second, puis un troisième. Enjambant complètement Asahi elle se propulsa sur Yanto, une main dans le pan de sa robe, une sur le collet du jeune homme. Pas un regard pour celui-ci, pas un mot, pas une pensée. Nephilim tira sur le vêtement de l'homme en exécutant un balayage avec ses jambes envoyant valsé Yanto au sol, de sa robe jaillit Hinoiri, son Wakizahi, de toutes les forces qu'elle pouvait bien avoir elle plongea son regard dégouté dans les yeux de la chose alors que sa la pointe de sa lame allait chercher son estomac. La lame pénétra avec force alors que Phaedra sautait, frappant le bout du Tsuka d'Hinoiri en exécutant un salto arrière, enfonçant son Wakizahi jusqu'à la garde dans le ventre de la chose. Elle termina son salto en frappant le Saya d'Asahi (se trouvant sur le sol ) de son talon, passa sous celui-ci qui se trouvait maintenant dans les airs, puis vivement, saisit le Saya de la main droite, le Tsuka de la gauche. La chasseresse toucha alors le sol de ses pieds, crampant ensuite son pied droit derrière, elle se propulsa une nouvelle fois vers l'avant.


'' Hors de ma VUE! ''

Phaedra ramena son Saya sur sa droite durant sa propulsion. Son souffle c'était arrêté. Ses muscles détendu. Un intense sentiment de sérénité l'envahi. Le plaisir de dégainer... L'abandon absolue à la destruction de l'adversaire. Sa main gauche se resserra sur le Tsuka de son arme. L'air s'embrasa en un éclaire de lumière. Asahi jaillit de son Saya dans une gerbe de flamme incandescente. Nephilim fit un bon sur la droite, son bras se détendit comme un ressort alors qu'elle passait à côté de son adversaire, fauchant sa position de son sabre de feu...

_________________

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yanto Kavalskee
Absolument Rien
avatar

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 25
Date d'inscription : 27/06/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'XP:
595/600  (595/600)
Points de vie:
185/185  (185/185)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mar 28 Sep - 22:49

Yanto entendit quelqu’un parler derrière lui. Au même moment, il remarqua un changement d’attitude assez grand chez les deux jeunes filles. Marilyn avait repris son sabre et préparait sans doute quelque chose. Quant à Phaedra, elle recula de quelques pas. Qu’est-ce qui pouvait bien leurs causer un tel effroi? Yanto se retourna doucement, puis son regard tomba sur quelqu’un. En fait, le monstre n’aurait pas su si quelqu’un convenait à cette chose. Il n’aurait pas su comment le décrire. C’était déstabilisant, et la méfiance se lisait maintenant très bien dans les yeux de Yanto. Le jeune homme n’avait jamais rencontré rien de tel. Il n’avait pas une grande connaissance du monde qui l’entourait, mais ça… ça ne faisait pas partie du monde qui l’entourait. Yanto se surprit presque à vouloir la disparition totale de cette chose. Qu’elle cesse d’exister. Le monde ne s’en porterait que mieux. C’était inhabituel, chez Yanto, qu’il manifeste autant d’envie de violence envers une autre créature. Mais, présentement, on n’était pas d’habitude.

Alors qu’il allait se retourner pour aller chercher son pistolet, il entendit un son, provenant du coin où était Phaedra. Il regarda dans cette direction, n’eut pas le temps de rien faire qu’il se faisait empoigner et jeté au sol. Il eut bien envie de lui demander ce qu’il lui prenait, mais étendit le bras, saisit son arme, se releva, et remarqua qu’elle en avait après cette chose qui était arrivée. Elle lui avait déjà percé le ventre, et, autre chose que remarqua Yanto : la lame de son arme était maintenant enflammée. Comment avait-elle fait ça? Enfin… là n’était plus son attention. Celui qu’elle venait d’attaquer… comment allait-il réagir? Yanto savait que, depuis l’arrivée de ce virus, certains avaient de grandes résistances, même à une épée en plein ventre. Instinctivement, son corps son bras se tendit, son arme pointant sur le nouvel arrivant. Son corps se tourna légèrement sur le côté. C’était vraiment un mauvais coup du destin, que son pouvoir se soit désactivé comme ça.

« Quel gâchis… ça avait pourtant bien commencé. »

Peut-être un commentaire de trop? Peu lui importait. Il était rare que Yanto fût aussi sûr de lui. En ce moment, comme jamais auparavant, il était prêt à tirer. L’ennui, c’est qu’il n’en connaissait pas la raison. Mais ça, il s’y arrêterait sans doute plus tard. Pour l’instant, la menace était devant eux, et il ne désirait rien d’autre que son élimination. Où tout cela allait mené, il n'en avait aucune idée. Peut-être fallait-il apprendre à ne pas essayer de prédire l'avenir? D'habitude, il voulait toujours être sûr de ce qui allait ce passé. Mais, maintenant... il n'aurait su prédire la suite, et il appréciait plutôt cette sensation de ne pas être préparé au reste.

Cependant, une autre chose le tracassait. Cette réaction de la part de Phaedra... pourquoi autant? Peut-être qu'elle le connaissait? Il dut le reconnaitre, il en avait été surpris. Cette chose n'était pas simplement une chose. C'était beaucoup plus que cela, d'après ce qu'il put en juger. Phaedra ne lui avait pas sauté dessus simplement parce qu'il l'énervait de sa présence ou de son apparence, cela aurait été vraiment des plus étrange venant d'elle. Certes, Yanto ne la connaissait pas. Mais tout de même, il avait eut l'occasion de voir un minimum comment elle agissait. Non, Yanto en était sûr, elle s'était senti menacé. Beaucoup plus qu'avec lui ou qu'avec Marilyn. Cette fois, même marilyn semblait sur ses gardes, beaucoup plus qu'avant, elle qui avait semblé d'une grande indifférence tout à l'heure. C'était grandiose, à quel point l'homme avait modifié l'ambiance. S'en était effrayant, même. Mais... Yanto n'avait aucune envie de comprendre la raison. Cette fois, il voulait surtout que ses interrogations incessante stoppent, et que quelqu'un réagisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damoclès
Émissaire De L'Antithèse
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 25
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2635/2699  (2635/2699)
Points de vie:
25/350  (25/350)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mer 29 Sep - 0:29

Ah je ne comprendrai jamais pourquoi les gens se tendent un peu en ma présence ! Que de mystère dans ce domaine... Mon protecteur ma maintes fois dit que je ne devait pas me montrer sournois et plutôt essayer , lorsque l'on veut se présenter , d'être civilisé. Comme si civilisé voulait dire quelque chose ! Bref, voila que la jeune femme de rouge vêtue se précipite à toute allure sur son sabre et sur le jeune homme dans le dos du quel je me tiens et qui vient tout juste de se retourner vers moi.Afin de l'écarter de ma trajectoire qui est actuellement au point mort . Je dois dire que cette jeune femme est est plutôt vive et fluide dans ses mouvements . Impressionnant s'il en est ...
Toutefois , tout comme tous ceux que j'ai rencontrer , elle a d'abord reculé avec une expression de dégoût et de peur au fond de ses yeux. Comme une lueur de lanterne qui vacille sa détermination durant un instant à failli rendre l'âme ! Quel spectacle que d'observer dans le fond des yeux de l'adversaire le début de la mort du courage ...

Mais comble du bonheur , elle se ressaisie à l'instant où sa main touche son sabre , un Wakizashi de très bonne facture si je ne m'abuse et comme le souffle de la tempête , elle fond sur moi à toute vitesse ! Quelle grâce , quelle vitesse ! Impeccable coordination des gestes et garde parfaite . Aucun reproche possible de se coté là , je ne peut qu'admirer l'esprit du guerrier au sommet de sa conviction de justice ! Comme c'est moi qui est entamée les présentations , je peut bien la laisser débuter le débat avec le premier argument . Il faut savoir concéder parfois pour pouvoir mieux prendre plaisir au débat . Un débat ou les différents partis reste bornés et ne concède jamais , ne progressera pas . C'est pourquoi , son sabre court , me transcende actuellement et me fait me tordre de douleur . Ah souffrance vieille amie , te voilà de nouveau à mes côtés fidèle compagne !

Ce n'est pas finis , la voila qui se met hors de ma protée par un saut périlleux parfaitement maitrisé , elle a de l'expérience de cela je ne peu douter , sinon personne n'eut jamais tenter tel perte d'énergie dans un combat . Puis de nouveau elle se propulse en ma direction et voila que son Katana s'embrase , «Surprise!» , semble dire la lame . Rien ne m'étonne jamais , j'emploie le mot sans connaitre la véritable signification du terme , décevant de ne pouvoir comprendre le sens de ce terme non ? À la vitesse de l'éclair j'entrevois la lame obliquer droit sur moi et la guerrière passer sur ma droite dans le but évident de me trancher en deux ...

Sans réfléchir outre mesure , je me cambre vers l'arrière si vite que sa lame ne fait que passer à deux centimètre de mon nez (habilité vitesse)dans un sifflement de rage , presque musical . Je me relève aussi vite et du tac au tac , je dit sans me retourner :
«Eh bien , je dois dire que je me suis beaucoup interroger sur vos compétences de guerrière , à savoir si vous étiez un adversaire prometteur et je dois dire que c'est le cas . Bravo , quel coup efficace et prompt . Par ailleurs , je crois pas que nous nous soyons présenté tout à l'heure et je crois que terminé ces formalités pourrait être très gratifiant ... »

Sans attendre de réponse de sa part je me dirige lentement sans précipitation vers les deux autres personnes. Et je me rends compte que les deux autres comparses ont eux aussi adopté des positions de combat . Comble de la honte le jeune homme use d'un pistolet , enfin, il doit être bien faible pour recourir à de tels choses . L'autre jeune fille semble avoir prise racine au pied de son arbre de pierre son épée bien en vu dans une position de combat qui me semble familière ... Et pourtant elle est radicalement différente de la technique originale auquel sa posture me fait penser . Pouvoir de nouveau converser peut se révéler assez attrayant en des temps si troublé . Cela me donne l'opportunité de poser maintes questions qui me trotte dans la tête . Tout en réfléchissant à la façon de formuler ces dites questions je manipule de gauche à droite la sabre court dans ma plaie comme un tic . Tripoter des objets quels qu'ils soient me donne toujours le peu de concentration qu'il m'est nécessaire pour me décider à poser mes interrogations . La douleur confirme des vérité immuable de la vie , comme le fait d'exister ce qui est rassurant en soi .

Enfin , ma question m'a trouver , je vais pouvoir la poser peut-être aurais-je enfin une réponse valable ? Nous verrons bien ...«Dites-moi , qu'est-ce que le concept de vivre , je veut savoir ce qu'est ce que vous nommer la vie ? Je souhaite savoir ce que cela représente pour chacun de vous de façon concrète ? Je vous demande aussi entres autres de me définir dans les détails ce que sont les émotions et en quoi la race humaine se doit d'en posséder ? J'imagine que de telles questions vous étonne ? Si c'est le cas je m'engage à vous expliquer pourquoi je vous les poses et de partir ensuite si c'est ce que vous désirez .»

Le visage stoïque , sans expression , sans émotions et le regard toujours aussi froid , Damoclès , se recula dans la direction opposé des trois compagnons. Attendant patiemment comme les arbres de pierres immuables de la foret des réponses à ses questions , le sabre de son opposant féminin toujours bien enfoncé dans ses chairs ...

_________________
Le plus bel idéal sera celui qui a l'égal de la sincérité de son message , pourra lui aussi saigner de façon sincère !

/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Kousko
Blue Flames Of The Azure
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 27
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'XP:
250/400  (250/400)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Dim 3 Oct - 16:19

Marilyn esquissa un sourire, la situation était aussi clair que de l'eau de roche. Elle ne ferait pas le poid face à cette chose. Elle était trop gentille, elle ne désire pas blesser les gens et il était la son problème. Cette être qui avait un regard aussi vide que le néant lui même devait avoir tuer des centaines de gens. Marilyn n'avait jamais tuer personne, enfin pas de son plein de gré. Son corps à déjà tué, comme ce matin, mais qui avait dit que c'était elle qui le contrôlais ? Vous comprendrez

[Marilyn] – Une drogue, voilà ce que c'est que la vie pour moi.

Elle esquissa un sourire, on ne lui avait jamais demander cette question, mais pour elle la réponse était clair, mais je n'étais pas d'accord. Enfin, laissons là s'exprimer.

[Marilyn] – La drogue la plus dépendante et les émotions n'en sont que leur « badtrip ». Sérieusement, que le premier qui se dit non dépendant se tire une balle.

Oh, mais vous ne savez pas qui je suis ? Non, je ne suis pas qu'un Narateur, j'existe pour de vrai. Dans son intérieur, je suis ses pulsions, ses désirs, ses peines. Je suis ce pourquoi elle vie, sans qui elle ne serait rien. Je suis son esprit de survie, je suis sa technique et son existence. Je suis son âme et mon nom est Quintessence et elle est la seule personne à avoir une âme qui existe. D'ailleurs, elle puise ses forces dans moi et je les lui prêtes. Tous... sauf une. Allez, je vais vous la montrer

L'oeil gauche de marilyn se mis à extraire une grand quantité de flamme azure. La forme la plus pur de mon « être ». Ses pupilles avaient commencé à ce dilater. Elle tremblais, de peur ? Non, je commençais juste à prendre contrôle de son corps. Toute la puissance qui sortait par son oeil se canalisa dans sa main prennent tranquillement une forme assez familière. Un livre apparu avec comme première de couverte l'emprunte d'une main. Marilyn n'avait plus aucune main sur son arme et les abyss régnait dans ses yeux. C'était bien son corps, mais pour le moment, il était miens. Ce corps ouvrit la bouche et une voix grave se fit entendre.

[Quintessence] – Jouons à un jeu !

Avais-je dit. Quoi de mieux qu'un jeu pour détendre l'atmosphère ? Comme si j'avais vraiment envie de la détendre. Je plongea mon regard creux dans celui qui venait d'arriver

[Quintessence] – Juste toi et moi

Sans perdre une seconde, j'ouvris ledit livre à une page blanche. Rien n'y était inscrit. J'insérai mon pousse entre les deux pages juste avant de le refermer. Il n'était ainsi pas complètement clos.

[Quintessence] – Le but est très simple me diras-tu. Il faut seulement pauser des questions. C'est tout. Un jeu très banal, mais qui nécessite un esprit de commerce. Tu me pose une question dans la mesure ou tu accepte de répondre à la suivante. Il est possible de répondre à la question sans en poser une autre, cela mentionnera la fin du jeu.

Il était aisé de constater que Marilyn n'était plus vraiment la maitresse du moment. Par contre, les plus ignares d'entre eux ne l'aurait pas remarquer, mais ceux là, il n'avait pas d'importance

[Quintessence] – Par courtoisie, je te laisse débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedra Nephilim
Amaterasu La Princesse Écarlate
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Age : 25
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1210/1299  (1210/1299)
Points de vie:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mar 12 Oct - 22:29

La chasseresse ne ressentit absolument aucune résistance, aucune chair, aucun os, que du vent... Le vent de la déception. Cette dernière avait bien évidemment raté sa cible, malgré toute sa vitesse, malgré la justesse de ses mouvements et la force de son coup, la chose avait tout simplement esquivé. Oui, il avait eu le temps d'esquivé, n'avais même pas dégainé et ne semblait pas même vouloir tenter de contre-attaquer. En premier lieu, cela avait été son erreur à elle. Phaedra aurait bien évidemment dû se déplacer avec Yanto après avoir rencontré Marilyn, si une fille si bruyante avait été en mesure de la suivre ainsi, alors un réel prédateur.... Elle aurait dû continuer de se déplacer avec le jeune homme, était une chasseresse expérimentée, elle savait bien évidemment qu'il était impératif de toujours rester en mouvement. Et maintenant qu'elle avait enclenché cette suite d'évènement, elle récoltait son imprudence. C'était très claire, cette chose, ce prédateur, elle n'avait pas la force de la battre et sa détermination vacillait. Elle ressentait une peur qu'elle ne pouvait contrôler, ni même en imaginer les proportions. Une frayeur qui la faisait trembler, une frayeur qui l'empêchait de réfléchir correctement la forçant à agir impulsivement ou sur le coup de la rage comme elle venait de le faire...

Phaedra se redressa doucement, sans pour autant se retourner encore. L'intensité des flammes de son katana était faible, Phaedra n'avait pas la force de le faire flamboyer de toute sa splendeur pour trancher son adversaire. Non, elle n'en avait tout simplement plus la force. Il lui semblait qu'elle était maintenant loin de tout le monde, la voix de la chose, celle de Yanto et les paroles de Marylin, tout lui parvenait avec une impression d'incroyable distance, elle était détachée de tout, loin de tout, isolé, dos à ses interlocuteurs, à son adversaire et à toutes ses convictions. Elle qui ne connaissait aucune autre direction que l'avant, qu'une seule vitesse; rapide. Nephilim se trouvait maintenant dos à tout cela, regrettant ses actions, pleurant ses convictions ébranlées. Que pouvait bien être cette chose? Pourquoi réagissait-elle aussi violemment? Oui, tout le monde s’était irrésistiblement senti menacer par la créature, mais l'effet avait été beaucoup plus dévastateur chez elle, elle qui ne connaissait pas ce genre de peur. Elle qui ne regardait jamais derrière, acculée, abattue, sans même que son ennemi n'use de son arme. Il ne lavait même pas accepté en tant que guerrière et elle comprenait très bien. C'était pourtant frappant, avec une résolution aussi faible... Avec comme seule énergie la colère, enchainée par la peur, la chasseresse n'avait absolument aucune chance face à un tel adversaire... Si faible et il était si fort...

Et maintenant son incapacité se transformait en larme silencieuse, elle était tout simplement incapable. Des compliments lui avaient été lancés sans qu'elle ne les accepte, elle n'avait rien fait pour les mériter. N'était-ce qu'une moquerie? Après l'avoir ridiculisé sans même dégainer sa lame, maintenant il l'insultait? La honte vint alors s'ajouter à son lot.

Derrière Nephilim, tout le monde semblait être sur le point d'agir, alors que Phaedra, qui normalement était toujours en contrôle était sur le point de céder. Franchement, qui était cette chose... Quelle correction pouvait-il bien avoir avec la source... Et le pire, c'est que la source en question devait être sensiblement plus forte que cette chose... Alors que pourrait-elle bien faire contre cette dite personne? Cette personne qui la hantait, celui qui avait détruit sa vie et probablement celle de tous les êtres humains de ce monde... Si cette chose qui se trouvait derrière lui n'était qu'une simple création, un suivant... Tous ses espoirs basculaient vers le néant. Il était donc impossible de gagner? Avait-elle basé sa vie sur un idéal impossible à atteindre? Rétablir l'ordre et anéantir la source... Obtenir sa vengeance et tout sauver du même coup... Pourquoi cela paraissait-il maintenant autant impossible? N'avait-elle pas travaillé sans relâche pour atteindre ce niveau de maitrise? Et tout cela n'était pas encore assez... Peut-être allait-elle-même mourir ici même, tuer par les mains de cette créature aux horribles yeux... Ses horribles yeux...

Son katana s’était presque éteint. Le métal rougi semblait vouloir reprendre sa couleur argentée d'une seconde à l'autre, la chasseresse n'avait pas la force de maintenir la flamme à mesure que son courage l'abandonnait. Mais c'est alors que la créature parla. Demandant le sens de la vie. Il voulait savoir ce qu'était la vie. Ce qu'était la vie? Ce qu'étaient les émotions? Cette question faisait rapidement son chemin dans l'esprit de la jeune fille qui la tournait et retournait. Que pouvait-il bien être le sens de sa vie? Pourquoi faisait-elle tout cela? En fait, depuis le tout début Phaedra savait qu'elle s’était lancée dans quelque chose de désespéré. Mais jamais cette dernière n'avait reculé, la chasseresse avait toujours foncé, toujours tentée de devenir plus forte et de se rapprocher de son but. De cette personne... Depuis l'instant où elle avait croisé le regard de l'homme pour la première fois, sur le seuil de sa porte, elle savait qu'il était incroyablement plus fort que quiconque... Mais cela ne l'avait que plus motivé à progresser encore plus! Acquérir une force phénoménale et la mettre au service d'une cause qu'elle savait être juste. Accomplir quelque chose que personne n'avait jamais tenté avec une telle envergure. Sauver réellement les choses, rétablir un ordre véritable et non précaire et pourri jusqu'à la racine. Et malgré le fait que cela semblait tout simplement impossible, cela la faisait vivre et avancer.

Cette question seule question avait eu l'effet d'une explosion. La flamme d'Asahi déchira à nouveau la nuit. Phaedra était en colère contre la chose, contre elle-même, mais surtout, elle était en meilleur contrôle de son esprit. Elle avait fait tellement d'effort jusqu'ici, Nephilim ne pouvait se permettre de mourir en silence dans cette forêt de pierre, oublier de tous, morte l'âme en peine et torturée par sa propre incapacité. Tuer par un adversaire qui n'avait même pas dégainé! La jeune fille désirait mieux. Cette chose derrière elle n'était qu'un obstacle de plus...


'' Comment peux-tu poser une telle question? '' Laissa t-elle échapper.

'' Comment peux-tu non seulement ne pas savoir ce que c'est de vivre? '' Fit-elle d'un ton emprint de colère et de hargne.

'' Comment oses-tu demander ce que sont les émotions et pourquoi nous les ressentons!? '' Cracha t-elle en se retourna finallement vers le groupe.

'' Es-tu non seulement vivant? As-tu non seulement déjà eu l'impression d'être en vie? Pour poser pareille question, pour espérer une définition concrète! N'as-tu donc jamais ressenti quoi que ce soit!? ''

Lentement, avec des yeux brulants, elle entama une marche assurée, bien droite, son sabre embrasé à ses côtés vibrants d'une terrible envie de se délecter du sang du monstre.

'' Quelqu'un qui ne sait pas ce que c'est de vivre n'est rien de plus qu'un mort qui marche. Quelqu'un qui na jamais ressentit n'y joie n'y peine... Quelqu'un qui ne sait pas ce qu'est de vivre ne fait que gâcher ce don qu'il a recuit. Quelqu'un qui ne sait comment profiter de sa vie ne la mérite pas. Combien son mort par tes mains? Combien de vies as-tu fauchées pour trouver la réponse? Seulement pour voir qu'au final tu n'es toi-même pas vivant. Tu n'es qu'une pauvre créature, pas mieux que les déchets que je croise dans les sous-bassement, âme errante cherchant un sens a la vie, à leur vie. Tu es seulement plus grand que les autres, plus forts. Rien de plus. Une force qui t'a été surement donnée elle aussi. Rien qui te permet d'exister par toi-même. ''

La vitesse de ses mouvements s'intensifia alors qu'un d'un mouvement du poignet elle tournait le tranchant de sa lame vers son adversaire.

'' Cependant, je dois te remercier de m'avoir rappeler que je suis ce que je suis, car il y a des monstres comme toi qui détruisent tout. Des monstres qui ont comme seul plaisir de tout détruire et de regarder le monde bruler. Je te connais mieux que tu peux le croire. Car tu possèdes ses yeux.... Des yeux que je ne peux pas oublier. Des yeux qui m'ont rappelé la raison pour laquelle je me bats. ''

La chasseresse passa à côté de la chose sans rien tenter contre lui. Fit quelque pas de plus, fixa son regard sur la chose qui venait de remplacer Marilyn. Elle ne pouvait pas comprendre ce qui était advenu de la jeune fille qu'elle avait rencontrée plus tôt, mais peut importe ce qui ce passait, Phaedra était persuadée que ce combat n'était que le sien. C'est pourquoi Nephilim se tourna, s'interposant, entre Marylin et la chose à qui elle faisait maintenant face.

'' Je suis Phaedra Nephilim et je ne reculerais plus. Car je ne connais qu'une seule direction. Celle de l'avant. Quelque chose comme toi ne m'hérite pas d'exister. Je ne te cacherais rien en te disant que j'ai peur. Je sais que tu es plus fort que moi. Mais tu sais, tous les adversaires que j'ai combattus jusqu'à ce jour... Je ne l'es est pas tous tuer, car j'étais plus forte qu'eux. Mais bien parce que je devais le faire. Je ne peux tout simplement pas échouer, pas maintenant, pas ici. Et c'est avec cette volonté que je te renverrais au prêt de lui pour que tu lui dises mon nom... ''

Elle leva la pointe de son arme en direction de son adversaire, cette dernière se trouvait à moins de dix mètres de celui-ci. Son regard exprimait un curieux mélange de frayeur, de détermination et de rage. Sur son visage un autre de ses magnifiques sourires vint s'afficher.

'' Tu veux savoir ce que c'est de vivre pour moi? Très bien. Je vais te montrer ma vision des choses, mais à une seule condition... Dégaine ton arme! Dégaine-la maintenant. Je ne reculerais pas, je n'hésiterais pas. J'ai dégainé Asahi, je t'es accepté en tant qu'adversaire, cette lame que tu possèdes ce doit de sortir. Que cette conviction qui est mienne frappe l'essence même de ce que tu es. Tu veux savoir ce que c'est de vivre pour moi? Dégaine! Accède à ma demande, ne m'insulte plus, dégaine et tu verras ce qui me fait vivre. ''

Sans plus attendre, elle se lança à toute vitesse, décidée à forcer son adversaire comme une réelle menace. À distance de lame, elle freina une partie de son élan en frappant lourdement le sol de son pied droit tout en levant le gauche de manière à s'étirer comme un ressort. Asahi entrainé par le mouvement et l'énergie synthétique s'abattit alors avec une vélocité incroyable sur l'épaule de la chose, le tranchant jusqu'à la cuisse. Décrivant ensuite un balayage avec ses jambes elle ramena son arme vers elle avant de décocher un coup de sabre horizontal dans le ventre de l'ennemi. Suivant le mouvement de son balayage poussé vers l'avant, elle usa de sa paume droite pour frapper le Tsuka d'Hinoiri de manière à l'enfoncer encore plus. De sa main gauche, elle fit décrire un arc à son sabre dont la pointe trancha ce qui devait être les nerfs du coude de son adversaire. La chasseresse se tourna légèrement et envoya un coup de genou sur le côté de la cuisse blesser de son adversaire puis frappa une autre fois le Tsuka de son Wakizashi. Phaedra fit tourner le Tsuka d'Asahi dans sa main pour que sa pointe se retrouve vers le bas de toutes ses forces elle descendit l'arme dans le pied gauche de son adversaire avant d'attraper Hinoiri.

'' Dégaine! '' Ragea-t-elle une fois de plus.

Elle retourna la lame dans le pied de son adversaire de manière à tourner le tranchant de la lame vers lui et la remonta pour lui entailler la jambe sur la hauteur. Puis elle se retourna et étira sa jambe vers l'arrière pour frapper durement de son pied la cage thoracique du monstre pour ainsi ressortir d'un coup vif la lame d'Hinoiri. Rapidement elle se remit en position offensive.

'' Dégaine ou meurt indignement! ''

Phaedra frappa vers la gauche avec Asahi alors que de la droite elle dirigeait tout aussi rapidement la lame d'Hinoiri vers la gorge de son adversaire.

----

Hrp: Je suis vraiment désolée de n'avais pas été capable de répondre avant! Je suis sincèrement désolée! J'ai essayer de faire un très beau post pour me faire pardoner! =) J'espère qu'il vous plairas! Je veux aussi remercier Damoclès de bien me laisser le frapper! =p

_________________

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damoclès
Émissaire De L'Antithèse
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 25
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2635/2699  (2635/2699)
Points de vie:
25/350  (25/350)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Lun 25 Oct - 23:14

Eh bien, l'existence est quelque chose de spécial, non ? Un jeu ! On me propose de jouer mais qui a-t-il de plus amusant que la chasse? Elle a changer d'attitude cette jeune femme intéressant elle est comme moi! Elle est une alors qu'ils sont deux... Amusant!!! Mais on choisit rarement les moments où notre fou rire doit cesser. J'aurais volontiers rit à voix haute de cette offre inattendue si la femme de rouge vêtue ne s'était pas interposer entre moi l'autre jeune femme. Quelle jeune femme malpolie je devrais lui dire qu'elle me dérange mais d'un autre côté peut-être qu'elle veut de nouveau jouer avec moi ? Attendons de voir, d'entendre ce qu'elle me veut ... Oui quelle bonne idée, je me surprend moi-même de ma gentillesse naturelle.

À voir sa réponse à ma question elle ne voit pas où je veut en venir. Esprit limité que vous êtes! Chercher plus loin que le bout de votre nez! La jeune femme au jeu, elle, s'engage lentement sur le chemin de la rédemption. Elle évolue vers la conscience supérieur d'un monde meilleur. Pour elle il y a de l'espoir, si vous me renvoyer telle réponse que de me dire que je ne sais pas ce que c'est de vivre, il est évident que vous n'avez pas écouter. Si je vous pose la question c'est tout simplement parce que je ne sais pas ce que c'est réellement de vivre et désire avoir une définition pour vous comprendre fragiles créatures. Éphémères déchets qui rampes au niveau du sol pour résoudre leur problèmes plutôt que de chercher à s'élever au-dessus de la mêler pour voir ce qu'il y a au-delà des limites que votre mentalité à fixer! Vous me dégoûter!! Votre odeur putride de pitié et de mansuétude empeste l'air et affaiblie même votre bras et votre volonté! Pourquoi retenir un coup fatidique quand ce coup peut représenter une finalité, un pas dans la direction de la révélation ?

Trêve de rêverie maintenant regardons cette épreuve de force qu'elle essaie d'accomplir dans le but certain de se convaincre de sa justice et son bon droit. Oui regardons la justice flamboyer dans ses passes d'armes et sa volonté entailler la chair, ma chair,NOTRE CHAIR !!! Encaissons, recevons sa hargne comme une offrande de désespoir. Et surtout observons car quand sera venu le moment de lui expliquer par le chant de l'acier la chose qu'elle nomme «VIE», NOUS DEVRONS LUI MONTRER QU'ELLE DOIT CHERCHER PLUS LOIN QUE CE QU'ELLE VOIT ET CROIT VOIR !!
«HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHA, FRAPPE PLUS TOUJOURS PLUS !!!!!!!!! » La morsure de l'acier qui coupe et fend ma chair est une douce sensation familière qui me transcende et me traverse comme la caresse du vent. La puissance et l'habilitée qu'elle possède ne sont certes pas volés je le lui accorde dommage qu'elle ne sache pas qu'en faire vraiment...

Taillader de toutes les directions il m'est difficile de bien comprendre ce qu'elle me crie mais je crois comprendre que cela à un rapport avec mon attitude stoïque et au fait que je ne dégaine pas mes armes, mais je ne peut en jurer car je suis bien trop occuper à savourer la douleur qui tort mon corps dans des angles et des poses artistiquement impossible. Soudainement, la tempête d'acier se calme et je voit en face de moi la jeune femme complètement en nage prête à frapper de nouveau et l'entend me dire de dégainer ou de mourir indignement. Quel culot de sa part de m'ordonner de dégainer, on dirait qu'elle prend comme une insulte personnelle que je n'ai pas empoigner mes armes contre elle!! Étrange, je croyais que éviter de se présenté arme au clair était une façon civilisé de faire des présentations. Je vais devoir en parler avec LUI... OH ! Suis-je bête concentre toi sur ton interlocuteur voyons ce n'est guère polie dirait-IL . Il semblerait que le délai eut été trop long elle me charge de nouveau balançant son katana horizontalement de la droite vers la gauche sur et moi et projetant son sabre court en direction de ma gorge je dois admettre que c'est bien comme passe d'arme. Mon âme sourit si l'on peut dire, les yeux sont le miroir de l'âme non ? Je suis sur qu'elle l'a vu...

En prenant appui sur mes jambes je fléchit les genoux et me propulse vers l'arrière effectuant un saut périlleux tout en retirant du son fourreau «DÉLIVRANCE», mon couteau. Je la regarde dans les yeux le visage inexpressif mais les yeux souriant de toutes leurs force. Dans ma main gauche, mon poignard la pointe diriger vers le sol semble se foutre entièrement de la situation. Pour ma part, je trouve que la situation est fort amusante il est rare que mes proies de chasse me distrait autant... Bien commençons par régler l'inconvénient des deux autres observateurs, il faut que ces deux derniers patientent pour attendre leur tour pour affirmer leur prémisses. Sinon ce deviendrait le chaos non ?

« Si vous voulez bien m'excuser un instant je dois informer la jeune femme las-bas derrière vous, que je suis indisponible pour le moment pour jouer à son jeu et tandis que j'y suis , que je vais m'occuper du jeune homme après s'il le veut bien sûr. GENTE DAME AUX YEUX FLAMBOYANTS, JE ME DOIS MALHEUREUSEMENT DE VOUS REFUSER DE JOUER CE JEU POUR LE MOMENT, CELA NE VOUS POSE AUCUN PROBLÈMES J'ESPÈRE? J'Y JOUERAIS AVEC VOUS TOUT À L'HEURE J'AI ICI UNE DANSE QUE JE NE PEUT REFUSER À UNE SI HARGNEUSE DEMOISELLE! VOUS MON CHER DAMOISEAU JE ME FERAIT UN PLAISIR DE JOUTER AVEC VOUS PAR LA SUITE SI LE CŒUR VOUS EN DIT ENSUITE... »

«Revenons-en à nos moutons voulez-vous? Maintenant que j'ai répondu à votre demande j'attends de vous que vous dirigiez la danse. Je me sens las de vos manques de politesse et ainsi vous demande de passer humblement par-dessus les formalités cela vous plaît-il? Si oui, je vous demanderais séant de me le dire ou encore de me le démontrer de la façon qui vous soirera le mieux... Ah, j'ai faillit oublier, je suis l'émissaire de l'antithèse et vous qui êtes vous donc ? Vous vous êtes adresser à moi comme si vous saviez qui j'étais ou comme si nous connaissions quelqu'un chacun qui nous est commun, pourquoi ?» Ponctuer sa phrase d'un clin d'œil complice comme un vieil ami le ferait devrait la provoquer je pense enfin nous verrons...

Damoclès ne puis pas se retenir à cet instant de souligner propos et clin d'œil d'un rire dément, si fou qu'il semblait ne devoir jamais s'arrêter et continuer ainsi sans fin aucune. Un rire à vous déchirer l'âme en morceau à vous rendre fou. Un rire à l'antithèse de la vie. son visage à cet instant se tordit en une vague tentative de sourire qui échoua lamentablement et lui donna simplement l'air plus que jamais de n'être rien d'humain...

_________________
Le plus bel idéal sera celui qui a l'égal de la sincérité de son message , pourra lui aussi saigner de façon sincère !

/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yanto Kavalskee
Absolument Rien
avatar

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 25
Date d'inscription : 27/06/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'XP:
595/600  (595/600)
Points de vie:
185/185  (185/185)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Lun 1 Nov - 23:02

Les réactions s'enchainèrent trop rapidement pour la compréhension de Yanto. La créature n'avait donc rien ressentit? Le coup que lui avait infligé Phaedra aurait normalement cloué un homme au sol. Lui, il se tenait là, debout, et se remit à parler. Il obtenu deux réponses, mais Yanto fut sous le choc de la question. Pourquoi cette question? Il n'eut pas le temps de s'interroger d'avantage. Phaedra recommençait à le frapper. Frappé d'un grand dégout, Yanto n'en revint pas de la suite des évènements. La créature en demandait plus. Il aimait ressentir l'acier dans sa chair... Comment était-ce possible qu'une tel horreur ait pu voir le jour? Le monstre ne savait pas pourquoi il se retenait de presser la gachette de son arme. Une balle entre les deux yeux de cette chose et ce serait finit... ou non? À voir comment il prenait les coups, une balle n'aurait peut-être aucun effet sur lui... Yanto aurait tellement aimé avoir le contrôle sur son pouvoir à ce moment.

Vu les attaques répétée de Phaedra, Yanto baissa peu à peu sa garde. À quoi bon pointer une arme inutile. Et ce jeu, dont Marilyn parlait? Qu'était-ce donc? Et ce changement d'attitude en elle... Yanto se mit à croire qu'il était le seul qui n'avait pas quelque chose qui s'éveillait en lui à la vue de cette chose. Peut-être que seul les humanoïdes étaient capable de ressentir une chose que lui ne percevait pas? Ou peut-être qu'il n'y avait pas de lien. C'est bien possible que les choses arrivent sans raisons. Mais ça... c'était peut-être un peu trop. Puis, une chose le sortit de ses pensées.

Dans le ciel, une chose attira son attention. Une lumière intense, formant comme un cercle, qui se dirigeait plus ou moins vers eux. Il semblait fait de flammes, et il continua sa route. Yanto fut fasciné par ce phénomène. D'où venait ce cercle? Il en oubliait pratiquement Phaedra, Marilyn, la chose... Tout venait de disparaitre, dans son esprit. Il n'y avait rien d'autre qui importait mis à part ce cercle de flamme. Puis, un nouveau changement, chez lui. Sa faim revenait. Non seulement ça, mais elle était beaucoup plus forte. le monstre baissa finalement les yeux vers l'action. Il regarda les deux filles. Lui qui, voilà à peine quelques secondes, se maitrisait, avait maintenant envie de les dévorer toutes entières. Il serra les poing et se mordit la lèvre. Il avait une arme. Il pourrait se débarrasser de l'une d'entre elle pour manger... Si cela ne se passait pas maintenant, ce serait dans peu de temps... très peu de temps. Mais au moins, Yanto espérait retarder ce moment le plus possible.

"C'était quoi, ce truc, dans le ciel?"

Il espérait que personne n'ait trop remarqué qu'il était plus nerveux. Évidemment, lorsqu'on commence à avoir faim, qu'on mange les gens, et qu'on ne veut pas nécessairement le faire...

HRPG : Désolé, cours post.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Kousko
Blue Flames Of The Azure
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 27
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'XP:
250/400  (250/400)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Lun 8 Nov - 12:11

Tout allait pourtant si bien... Pourquoi fallait-il toujours que quelque chose se mette sur ma route ? J'étais si près du but, mais non, il y avait toujours un truc pour couper court. J'étais sur le point de jouer avec à un jeu avec mon interlocuteur, un jeu si banal qui allait me permettre d'en savoir plus et de repartir avec un gain. Non... il fallait que ce serpent de pacotille apparaisse dans le ciel... Cette chose ne disait rien qui vaille, oui, je le sentais. L'énergie que cette créature dégageait était si immense qu'un vulgaire humain serai capable de la ressentir. Pour moi, c'était différent, je sentais sa longueur d'âme, un longueur si intense qu'elle me paralysait sur place.

[Quintessence] – Pardonnez-moi mon nouvel ami, mais je vais devoir annuler notre jeu. Ne m'en tenez pas rigueur, mais cette chose ne me dit rien de bon. Si par le plus heureux des hasards, notre route viendrait à ce recroiser et avec votre accord, nous reprendrons ou nous en étions.

Marilyn avait toujours été différente des autres, et ce, à cause de moi. Aller savoir pourquoi, elle est la seule personne au monde à vivre chaque jours avec une entité en son fort intérieur. Une chose qui fait partie d'elle, son âme. Cette différence lui avait apporter certain avantage, JE lui avais apporter des « bonus ». Elle était capable de ressentir la longueur d'âme des gens, leurs présence quoi. Elle pouvais me modeler à sa guise et en échange, je pouvais prendre le contrôle de son corps. C'était une sorte de pacte non officialiser qui n'avait jamais été énoncer, mais que nous acceptions sans nous demander pourquoi il en était ainsi.

Mon emprise sur Marilyn faiblissait de plus en plus. Ma concentration était axé sur la chose qui prenait feu dans le ciel. Je n'arrivais pas à focaliser sur autre chose si bien que Marilyn finit par reprendre la situation en « main » faisant disparaître le livre qu'elle tenais dans les mains. L'avantage dans notre pacte, c'était qu'elle n'avait pas perdu un instant de ce qui venait de ce passer. Elle était comme une espèce de spectateur incapable de dire ou de faire quoi que soit qui doit se contenter de regarder la scène. Elle était consciente de tous ce que j'avais dit ou fait et c'était un point positif.

[Marilyn] – Quintessence, enfoiré

Avait-elle murmurer le sourire aux lèvres. Elle savait ce que je voulais faire et cela l'amusait. Les flammes qui sortait de son oeil commencèrent à s'enrouler autour de Marilyn. Tout comme moi, elle sentais que cette chose n'attirais rien de bon et qu'il valait mieux être sur la défensive. Tranquillement, les flammes prirent une forme ronde puis, les gens pouvaient distinguer des scies circulaire tout autour de son corps. Scie en mouvement bien entendu. Je savais pertinemment qu'elle n'allait pas être capable de garder cette forme bien longtemps, mais cela allait nous laisser suffisamment de temps pour évaluer la suite.

hrp : Post de merde, désolé, mais c'est le mieux que je peux faire sans inspi et forcé =/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedra Nephilim
Amaterasu La Princesse Écarlate
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Age : 25
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1210/1299  (1210/1299)
Points de vie:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Lun 15 Nov - 23:13

Le sang. Il y en avait partout, absolument partout. Il en pleuvait littéralement. Sa lame avait mordu dans la chair, les muscles et les os de son adversaire. Asahi avait vibré de la même intensité qu'elle. Hinoiri mue de cette soif de sang avait savouré chaque goutte avec joie féroce et plaisir atroce. La mélodie de la chair, la mélodie du métal qui déchirait les os les avait fait bouger à l'unisson. En parfaite harmonie avec sa lame, avec ses lames, Phaedra avec exécuter une danse macabre, faisant pleuvoir le sang, étanchant sa colère, sa soif de vengeance, bien que très légèrement. Car en elle brulait toujours la flamme, la flamme de la haine envers cette chose, cette abomination de la nature qui ne méritait pas de nom. Le sang avait tellement plu, tachant ses vêtements, ses mains délicates et expertes et son visage qui ne souriait plus... Ses os ressentaient encore la vibration de ceux de son adversaire contre Asahi et Hinoiri. Ses muscles étaient encore tendus, voulant frapper à nouveau, son corps en entier résonnait à l'appel de la violence, du sang, de cette danse meurtrière. Elle voulait qu'il en pleuvent plus, qu'il en averse! Elle voulait repeindre le sol de son sang, le sang de cette perfide créature qui avait ri, qui avait ri de plus en plus alors qu'elle le déchirait de toute part. De cette chose qui après avoir eu autant de plaisir à recevoir cette multitude de coup qui aurait suffi à tuer n'importe qui, avait simplement évité sa dernière attaque, la plus meurtrière. Cette Horreur qui avait eu tellement de plaisir à pleuvoir de son sang! Intolérable! Malgré tout ce sang, toutes cette chaire détruite il avait ri, il avait ri à s'en rompe la gorge! Alors, son corps avait répondu encore et encore par d'autres coups! Et son corps... Tout son être voulait en donner d'autre! Le frapper jusqu'à ce qu'il tempête du sang! Jusqu'à ce qu'il n'y en est plus du tout en lui... Mais il aurait ri, il aurait encore ri, plus fort, plus longtemps. C'était dégoutant. Tout ce sang versé pour rien, pour un rire, un affreux rire. Alors pour le faire taire elle l'aurait frappé encore et encore et encore jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien, absolument rien! Mais il aurait ri, encore, en aurait demandé! Cette créature... Cette créature qui se targuait de lui résister ainsi, de saigner ainsi sans mourir, sans hurler de douleur... Cette créature qui se targuait de pouvoir rire et rester debout, sans même fléchir... Il aurait simplement continué à rire. La mettant encore plus en colère, faisant naitre en elle encore plus de haine... Mais il n'aurait pas fallu. Car cette colère, cette même colère qu'elle ressentait avait vu naitre son pouvoir, son Amaterasu... Cette colère, cette haine qu'elle avait ressentie en LE voyant, celui qui avait les mêmes yeux que la chose devant elle. Il ne fallait pas, il ne fallait surtout pas que ses flammes s'éveillent, il y avait Yanto, Marylin... Cet océan qui voulait hurlait de rage et se déferler sur la terre entière, elle devait le contenir.

Dans ses mains elle pouvait imaginer le coup de l'homme. Dans ses mains elle aurait aimé tenir son coeur encore battant et le broyer. Elle avait serré ses armes si fort que la corde sur les tsukas de ses armes lui avait usé la chair. Elle avait serré si fort, imaginant son coup, que ses mains s'étaient mises à saigner. Qu'aurait-elle alors donné pour qu'il n'ait pas évité le dernier coup. Qu'aurait-elle donné pour ne pas le briser, à cet instant, d'un seul regard. Phaedra maudit son impuissance. Son incapacité à occire son adversaire, de le réduire en poussière. Elle le pouvait, n'avait qu'à succomber au flot de ses émotions. Si elle acceptait, il brulerait. Tout le monde brulerait. Si elle avait été assez forte... Si seulement... Mais Yanto n'était pas un monstre et il avait encore des réponses à lui donner, Marylin ne méritait pas de mourir, pas ainsi du moins... Elle se maudit de ne pouvoir le faire, de ne pouvait s'abandonner à la destruction totale et imminente. Cette ignoble chose devant elle ne méritait rien de plus de périr dans les flammes, submergées par ses émotions de vengeance et de haine! Alors peut-être arrêterait-il de rire en voyant l'Amaterasu tout dévorer? Mais eux, les deux autres, ils ne le méritaient pas...

Elle dut se mordre les lèvres pour de pas hurlé. Du sang, encore du sang. Mais personne n'aurait su dire si c'était le sien, après tout, il y en avait partout... Alors seulement une larme de colère roula sur sa joue, mélangeant le sang à l'eau. Il ne faisait que rire. Il ne faisait que rire d'elle depuis le début. Lui qui possédait C'EST yeux.

« Je vous hais. » Aurait-elle voulu souffler. Mais Phaedra n'en était pas capable. Ses lèvres étaient closes. Figé dans sa pose, entièrement tendue vers son adversaire, redevenu inexpressif. Plus de rires, plus de plaisir. Seulement trahis par ses yeux. Son arme dégainée, un simple couteau, pointant le sol. Une insulte, une de plus, mais à quoi bon s'en vexer? Il y en avait eu trop, beaucoup trop pour qu'elle s’y attarde. Un minable poignard... Qu'aurait-elle pu y faire de toute manière? Le frapper, encore et encore? Pour qu'il puisse rire encore? Pour qu'il puisse peut-être dégainer un second couteau tout aussi ridicule que le premier? C'était inutile. Il devait cependant y avoir une autre solution... Un moyen de l'abattre. Tout le monde avait un point faible, c'était obligatoire. Elle le savait, elle avait même une solution, mais c'était à exclure, à moins... À moins que ses deux compagnons puissent se sauver...

Cette réflexion fut cependant coupée par les paroles de la créature. Sa politesse était mal située, incongrue. Les cris qu'il lâcha ensuite à l'intention de Marylin et Yanto ne firent qu'ajouter à l'étrangeté du personnage et de la situation...Comment pouvait-il prendre tout cela comme un simple jeu? Comme s'il ne comprenait pas l'effet qu'il faisait. Comme s'il ne comprenait absolument rien. Il était absurde, inconcevable. Sa gesticule était dérangeante. Ses paroles encore plus. C"était d'autant plus frustrant de constater de plus en plus qu'elle se battait contre une coquille qui semblait vide. Contre une chose qui semblait de plus en plus attardée... Et que cette chose pouvait la tuer, elle et les deux autres, s'il le voulait, d'un simple mouvement du bras. Ah! Comme Nephilim aurait eue envie de le réduire au silence! Qu'il cesse de vociférer du non-sens! Qu'il cesse de l'insulter! Qu'il cesse d'exister! Lui et ses yeux qui riaient encore!

Et maintenant, il s'adressait à nouveau à elle. Il voulait passer par dessus les formalités? Comme si la danse qu'elle avait exécutée pour le trancher n'avait été qu'une simple formalité. Comme si cela n'avait été que des présentations... Une simple formalité... Comme s'il était normal de foudroyer quelqu'un de coup pour faire pleuvoir son sang partout. Comme s'il faisait sa chaque jour, de la même manière d'on n'importe qui dirait bonjours. Mais cela ne l'atteignait que partiellement maintenant. Trop occupé à centrer ses forces sur sa voix, pour pouvoir enfin, enfin placer un mot et faire fuir les deux autres... Car il n'y avait qu'une solution... La première chose qu'elle aurait aimé lui dire aurait été d'aller se faire foutre. Mais elle trouva plus facile de répondre à la question.


'' Phaedra... Je suis, Amaterasu, La princesse Écarlate. '' Souffla-t-elle en relevant Asahi devant elle avec une certaine lourdeur, sa main saignant toujours.

Il s’était désigné par un titre, elle en avait fait autant. Un titre voulait souvent dire beaucoup de choses sur son porteur, généralement, du moins... Émissaire de l'Antithèse... L'Antithèse, cela ne pouvait qu'être lui...

La suite lui fit plus mal que l'aurait fait la morsure de l'acier dans son coeur. Il n'y avait plus aucun doute. Le clin d'oeil, les derniers mots de la phrase... Et le rire qui reprenait. Ce maudit rire qui la déchirait! Il n'y avait plus de doute! Il était SON émissaire, celui de l'homme qu'elle cherchait, celui pour lequel elle nourrissait toute cette haine qui se déversait sur son présent adversaire. Et lui aussi savait... Il avait compris qu'au travers de lui, la jeune fille, tentait d'atteindre son maitre. S'il ne l'aurait pas compris il n'aurait pas prononcé ces mots. Il n'aurait pas fait de clin d'oeil et n'aurait pas ri ainsi, le visage tordu de démence, déchiré, perverti en quelque chose d'inhumain.

Et alors qu'elle s'apprêtait à foncer une fois de plus, pour le faire taire, pour lui arracher ce rire. Alors qu'elle s'apprêtait à ordonner le départ des deux autres derrières, qu'il apparut.

Un serpent de flamme naquit dans le ciel. Un serpent de flamme qui dévorait l'horizon. Devenant cendre. S'étendant, devenant plus gros. L'odeur du feu, de la fumer qui pimentait l'air, l'odeur de la chaire brulé, celle de ceux qui n'avait su échapper à ce phénomène qui semblait prendre de plus en plus de vie à mesure qu'il dévorait tout. Et en elle, un nouveau sentiment naquit. Phaedra, les yeux rivés sur le ciel fit un pas, entra en position de combat. De toutes les fibres de son corps, elle semblait livrer un combat contre le serpent, contre les sentiments qu'il faisait naitre en elle. Cet appel qu'elle entendait ressentait.


'' C'est lui... Ce... Est-ce déjà la fin?... '' Parvint-elle à bredouiller.

Elle voulait relâcher ses flammes tout comme le serpent. Phaedra voulait rependre encore plus le sang de son adversaire. Sa colère devenait plus grande, sa haine plus intense, son sang bouillaient, la température montait... L'océan grondait, montait, la submergeait de plus en plus. Désespérément son âme cherchait à sortir de l'eau, respirant rapidement pour être engouffrée par les vagues, l'étouffant...

'' Non... '' Fit-elle au bord des larmes.

'' Je ne veux pas... Je ne veux pas... Je ne veux pas les répendre... S'il vous plait... Arrêtez tous! Arrêtez tout! '' Cette fois si sa voix s'éteignit dans un sanglot étouffé. Toujours plus de sang coulait de ses mains qui refusaient de lâcher ses armes.

'' Je ne veux pas de cette fin là... Je n'en veux pas... Pas ici, pas maintenant... Je ne veux pas. ''

Sans vraiment savoir pourquoi Phaedra baissa les yeux vers son adversaire. Les larmes toujours aux yeux, tremblante, effrayés par ce que cette nouvelle apparition faisait naitre en elle.

'' Je vous hais. Je vous hais. Je vous hais. Toi! Non... Lui! VOUS! Vous ne pouvez pas... N'avez pas le droit... ''

Son regard valsa vers les deux autres. Scrutant leur visage pour savoir s'ils voyaient la même chose qu'elle, pour savoir s'il ressentait la même chose qu'elle. Mais avant d'avoir une réponse, son regard revint se fixer sur la créature.

'' Pourquoi cette chose... Pourquoi faites-vous cela? Pourquoi cet appel à la destruction... Je le ressens... Il éveille en moi quelque chose de... Quelque chose qui me terrifie... Qui me paralyse, mais qui me donne envie... Envie de repeindre tout de sang? Je n'en peux plus! C'est insoutenable! Pourquoi ce... Ce serpent ignoble est-il la!? ''

La température montait de plus en plus. La peau de Phaedra s'illuminait légèrement. Il faisait chaud, oui, de plus en plus chaud.

'' Pourquoi mon corps réagit-il ainsi? Je vous hais... Je vous hais... ''

Le sang qui se trouvait sur elle s'évaporait. Nephilim ne saignait plus. Les quelques blessures qu'elle c'était elle-même infligées se cautérisaient.

'' Je brule de rage. Je brule de haine. J'ai peur, terriblement peur de... De moi-même. J'ai peur de ce que cette chose fait naitre en moi... J'ai l'impression de... Je deviens folle. ''

Les yeux de Phaedra n'auraient pas été capables de verser encore de l'eau. Elle aurait séché avant même d'atteindre ses joues. La jeune fille leva les yeux une fois de plus vers le serpent.

*Phaedra... Détache ton regard de cette apparition. Ce qui t'arrive, c'est exactement ce qu'il veut non? Très exactement... Ne te laisse pas contrôler par le serpent. Tu n'es pas différente des autres sur un point... Il est impossible qu'il laisse qui que ce soit indifférent. Et cet appel de destruction que tu ressens. Tout le monde le ressent. Et tu dois rester forte, pour empêcher sa montée... Souviens-toi de ta résolution... Ne te laisse pas balayer par la colère. L'homme qui se trouve devant toi n'est que son émissaire. Il est trop petit. Garde cette colère pour le maitre... Pour le créateur de ce serpent. Ne cède pas, ne cède jamais! *

Son regard quitta avec difficulté les flammes pour venir se planter dans les yeux de la créature. La température commençait à baisser, légèrement, petit à petit. Elle se battait, se battait contre elle-même. Avance toujours, ne recule jamais, c'était ce qu'elle savait faire de mieux. Ne pas céder. Ne jamais céder. Ce n'était qu'une question de volonté...

'' Non, je ne céderais pas à cette haine. Il est trop tôt, il y à trop de gens ici et tu n'es pas celui que je cherche. Mais je te tuerais. Je te tuerais tout comme lui, de mes propres mains. Tu m'entends? Ce serpent, je le détruirais. Peut-être pas ici, pas maintenant. Mais une chose est certaine. Tu ne réussiras pas à me tuer, dans cette forêt de pierre. Et un jour... Un jour je vous détruirais. Vous et votre maudit serpent. Je ne céderais pas! ''

L'odeur des flammes s'approchait. Le serpent de feu était de plus en plus proche. Ils ne pourraient pas rester sur place bien longtemps. C'était évident, inévitable.

Sa main gauche se referma sur le tsuka d'Asahi.

_________________

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damoclès
Émissaire De L'Antithèse
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 25
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2635/2699  (2635/2699)
Points de vie:
25/350  (25/350)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Lun 29 Nov - 0:19

Être couvert de sang est une chose familière dans mon cas mais est-ce que je n'ai jamais eu autant le sentiment d'exister qu'en ce moment? Je ne le crois guère J'adore cette adversaire, elle n'hésite pas à me taillader de toute part comme si elle devinait que j'adore sentir mon corps vibrer des spasmes de l'existence physique. Quelle extase de me sentir de nouveau pleinement moi!Étrangement je peux pour la première fois reconnaître au vermeil du sang une grâce particulière, un lustre vibrant qui s'accroche à tout ce qu'il touche, certes il est ma vie mais ne suis-je pas de par mon existence celui qui aide à la création de toute vie? Que de questions aux quelles je n'aurait sans doute jamais de réponse définitive...La douleur mon amie, mon allié, encore se tient à mes côtés je sent je la touche du doigt et comprend une infinité de chose encore plus de connaissance, tellement que je ne me souvient plus du tout qu'elle était ma pensée avant cet instant. Intéressant, est-ce ce que les «autres» nomme l'oubli par la souffrance? Serait-ce déjà la fin de ma présence physique sur ce monde, est-ce déjà le temps pour moi de quitter vers le seuil de mon autre plan, vers une nouvelle dimension? Non, je ne le veut pas, c'est trop tôt moi qui commençais à peine à échapper à l'ennui... Le temps se ralentit toujours en mon être profond, combien cela fait-il de minutes, d'heures que je suis immobile figé dans ma propre extase? À voir le regard de «Phaedra?» Pourquoi ce nom, d'où vient-il? L'ai-je inventer? Et ce titre qui semble flotter, accrocher, lier avec ce nom ... «Phaedra Nephillim, La princesse écarlate.» Un nom des plus approprier en les circonstances, elle sait donner la beauté à des lieux ternes et vides elle sait ce que c'est que de que de faire honneur au bourgogne presque noir de ce fluide vital. «La princesse écarlate», vibre de rage dirait-on espérait-elle une joute chantante de l'acier plus vite régler que ce simple éclaboussement, ce préambule, ce prélude à quelque chose de plus grand? Où ai-je donc fauté? Quelle à été mon erreur? J'aime cet air... L'air de l'acier chantant une mélopée basse profonde, le sifflement imaginaire d'une lame qui en mon être me dit, ME SOMME DE ME DÉCHAINER!

Il y avait longtemps que je n'avais pas ressentit une telle envie de me donner, de donner tout ce que j'avais pour exiger de l'autre tout ce qu'il a! L'heure devait être venue... Je n'avais pas vu ne serait-ce que l'ombre le souffle infime du déclenchement de l'appel je LE sentait sur le point de réaliser ses ambitions son PROJET! Phaedra, je l'avais perçue au seuil de ma conscience réel, me disais des choses me maudissait et m'attribuait mille et un maux dont je n'étais pas le responsable, des maux qui ne pouvaient qu'être source de NOTRE symbiose où était-ce la folie du moment? Mais je ne pouvais me concentrer que sur le serpent de flammes merveilleusement beau, fort puissant qui fleurissait dans le ciel chargé de cendres et qui sans fin prenait de l'expansion appelant sans cesse plus d'être pour mon plan, pour le destin de ... ! Ce ne pouvais être mes pensées, ni ma mémoire je... cela devait-il arriver si vite? Je me sentais partir toujours plus loin de moi je m'élever et avais de plus en plus accès à une conscience la sienne, la mienne, LA NÔTRE ? Je sent sa puissance, et son énergie croître et décroître comme la marée, un soir de pleine lune. Je sent les remous me balloter la tête et lentement me faire glisser vers un lien lumineux, mais pour le moment ténu. Mais qui tout de même porte en son sein la promesse de s'ouvrir comme une fleur, d'éclore comme l'œuf de la progéniture vengeresse de notre ère. Une promesse d'action et d'infini, une promesse qui aurait fait tomber quiconque dans la folie et le désir d'autodestruction... Mais pas pour moi, cette parole n'est que le signe du commencement, le signe de notre avènement, le signe du début du début! Mes barrières psychiques sont tendues à craquer et ma conscience à peine soutenir le choc des émotions qui ne sont pas MOI.

La palette des sensations, soudain s'agrandit et cela me donne l'impression tenace de voir le monde en son ensemble, d'être capable d'appréhender toute chose... Il me tardait de voir de sentir et d'enfin pour la première fois de puis mon éveil de toucher de par nous-même, de par moi-même la vie dans son ensemble. D'en sentir la fragilité et la primitive beauté d'une œuvre encore inachevée et c'est à cet instant, que je sentait avoir finalement compris le sens du mot «VIE»! Ô surprise et infâme platitude! Ô ennui qu'est-tu donc devenu?

Puis subitement, le calme, la paix le vent de puissance a cessé de hurler sous mon crâne! Le silence, pesant comme le plomb dans le creuset refroidi de l'alchimiste, plus de bouillonnement... Était-ce au final qu'une pâle imitation, un essai qui venait d'échouer? Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? POURQUOI? JE VOULAIS M'ÉLEVER TOUJOURS PLUS HAUT, FRAYER AVEC MON AVENIR ET OUTREPASSER UN DESTIN TROP TERNE ET VOILÀ QUE L'ON ME STOPPAIT DANS MON ÉLAN! JE SENT L'ÉNERGIE À PROXIMITÉ, À LA LISIÈRE DE MON ESPRIT ET JE NE PEUT ACCÉDER À PLUS? QUI? QUI??

Je sent de nouveau l'énergie affluer dans mon corps et se frayer un passage dans mes veines dans mes nerfs, partout! Elle se répand et je me sent, NOUS sent, nous fondre en une seule et unique personne moi et Nathaniel attendions ce moment depuis si longtemps... La puissance de la décharge énergétique est si forte, que je ne peut que me plier à sa volonté qui me commande de me prostré sur le sol et d'encaisser la fusion en sentant même mon esprit se fendre comme se fend une bûche sous la hache. Les émotions que nous avons séparément deviennent mes émotions, mon identité devient notre identités et sa puissance devient mienne! Mon esprit de disloque et s'évapore dans le brumes de la symbiose, de l'UNION. Dans une dernière convulsion qui me donne l'air de vouloir me démembrer sur place, le calme de la situation me saisie! Est-ce donc finit? Déjà? Puis peu a peu, je constate que je suis au final que le spectateur de ma vie... Je ressent en tréfonds de moi que mes blessures physiques guérissent à niveau que je ne devrais même pas pouvoir atteindre en temps normal, mon aura de combativité, ma puissance se fait de plus en plus présente et menaçante... La mort semble être omniprésente autour de moi comme une promesse pour les gens environnant... Puis soudain, c'est le noir complet je sent ma conscience chuter dans un gouffre qui n'a pas de fin.

Une vois retentit qui ne pourrait pas normalement provenir de Damoclès, les gens tout prêt sentent clairement que ce n'est plus Damoclès qui s'adressent à eux mais bien une entités qui est lui et à la fois est unique. Une chose qui est Damoclès et quelqu'un d'autre, de bien plus effrayant et surtout qui porte en elle une détermination particulièrement forte et tenace. La voix s'exprime aux noms de plusieurs et dit:« JE SUIS VOTRE BERGER, VOTRE SAUVEUR, VOTRE PEUR. JE VIENS EN CE MONDE LE DÉLIVRER ET LANCE PAR LE BIAIS DE CE SERPENT DE FLAMMES LE MESSAGE DE MON CRÉATEUR, MON MESSAGE DE DÉLIVRANCE ET D'ESPOIR AUX PEUPLES DE KAEDES! JE SUIS ICI DEVANT VOUS AVEC L'OBJECTIF DE PURIFIER VOS ÂMES ET DE MON OUROBOROS DE TOUT RECOMMENCER À ZÉRO ET DE REPARTIR SUR UN NOUVEAU MONDE! JE SUIS ICI DANS LE DESSEIN DE PURGER DE SA LIE CE MONDE DÉVASTÉ ET D'AMENER L'AVÈNEMENT DE MON RENOUVEAU DE LA RÉSURRECTION DES PEUPLADES QUI SE SONT ENDORMIES DANS LE POISON DE LA PAIX... JE SUIS L'ÉTINCELLE QUI VIENS RAVIVER LES BRAISES MOURANTES D'UN FEU LAISSÉ À L'ABANDON ... JE SUIS VOTRE MESSIE COMME L'ENSEIGNAIT AUTREFOIS LES LIVRES DE SAGESSE SPIRITUELLE! L'APPEL QUI SE VOIT DANS LE FIRMAMENT N'EST QUE LE PRÉLUDE DE MON PROJET, DE MA SYMBIOSE!
JE SUIS NIRVANA! VOTRE MAÎTRE, VOTRE CRÉATEUR ET NUL NE SAURA RÉSISTER À MON APPEL, AU SON DE MON COR RÉSONNANT DANS VOS ÂMES! LAISSEZ Ô MES ENFANTS DAMNÉS CE SON LANGUISSANT VOUS TRANSCENDEZ ET ANNIHILEZ VOS RÉSISTANCES ET DÉTRUIRE VOTRE MORALITÉ! ET ALLER DE CE PAS REPEINDRE DE NOUVELLES COULEURS VOTRE TABLEAU, VOTRE MONDE! SAISISSEZ LE PRÉSENT QUI VOUS EST OFFERT, QUE JE VOUS OFFRE EN CE JOUR! JE CONSEILLERAIT TOUT UN CHACUN, COMME LE DOIT UN PÈRE À SES ENFANTS OU UN PROFESSEUR À SES ÉLÈVES! SENTEZ LE FEU DE CET APPEL ÉVEILLEZ VOS SENS ASSOUPIS, CONSUMER VOUS DE VIOLENCE ET PARTEZ FAIRE CE QUI DOIT ÊTRE FAIT! RÉSISTEZ EST INUTILE, TÔT OU TARD TOUT UN CHACUN DEVRA PRENDRA PARTI ET CHOISIR UN CAMP, CEUX QUI REFUSERONT CETTE RÉALITÉ, DEVRONT ESSUYER DE PLEIN FOUET LE DÉLUGE! CHOISSISEZ OU VOUS MOURREZ NOYER SOUS DES TROMBES DE VIOLENCE ÉTOUFFER PAR VOTRE PROPRE VOLONTÉ!!»

Damoclès désormais NIRVANA, lentement s'approche de la guerrière que son être de surface combattait et lui fait une parfaite révérence accompagner d'un sourire de mort glacial! Oui, un sourire! En se relevant, il s'astreint à saluer toutes les personnes présentes dans la clairière et puis sans bruit d'un geste si vif, que nul ne peut dire s'il s'est simplement retourner ou est apparu de dos à Nephillim, il fait mine de partir en marchant calmement comme si de rien n'était... Soudainement, il stoppe son avancer et par-dessus son épaule il lance en direction de Phaedra:«Nous nous reverrons-vous et moi guerrière, mais sur l'heure je me dois de quitter votre charmante compagnie je suis attendu et dois partir rejoindre l'autre moitié de mon âme. Ma douce moitié, qui me presse depuis un bon moment de la rallier pour qu'enfin je sois complet en LUI. Oh et si je puis me permettre cette légère remarque, vous devriez faire plus attention à vos beaux atours car désormais il n'y a pas que votre nom qui soit écarlate!» Puis en poussant un éclat de rire dément qui claque et résonne en écho de façon nullement naturelle il disparaît dans un portail sombre qui s'est ouvert sans avertissement devant lui et qui se referme immédiatement après son départ. Mais pourtant, il est encore un chuchotement que les gens de l'assemblée peuvent percevoir, qui leur dit:«Choisissez ou mourrez, combattez ou subissez et n'oubliez pas, la résistance est inutile...» Et seulement audible de phaedra, elle put entendre ces mots:« Dois-je saluer Nathaniel pour vous ou souhaitez vous que je me taise?» Au moment où ces mots atteignait l'oreille de Nephillim, le portail mystérieux finissait de s'effilocher pour disparaître définitivement laissant un calme inquiétant sur la clairière battue par le vent chargé de poussière qui créait ainsi le sifflement caractéristique, qui avait donner son nom à cette forêt...

_________________
Le plus bel idéal sera celui qui a l'égal de la sincérité de son message , pourra lui aussi saigner de façon sincère !

/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ



Dernière édition par Damoclès le Jeu 16 Déc - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yanto Kavalskee
Absolument Rien
avatar

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 25
Date d'inscription : 27/06/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'XP:
595/600  (595/600)
Points de vie:
185/185  (185/185)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Jeu 16 Déc - 12:05

Yanto avait du mal à suivre les évènements. Il était complètement déconcentré par le serpent de feu qui venait de passer dans le ciel. Le combat entre Damoclès et Phaedra ne perturbait aucunement ses interrogations sur l'origine de ce phénomène. Qu'est-ce qui aurait bien pu le causer? Mais surtout, le monstre se demandait dans quel but cette chose était venue illuminer le ciel. Et cette faim qui était revenu... Si rapidement. Était-ce le serpent de feu qui avait causé cette faim, ou avait-il surestimé sa capacité à maitriser sa faim? Quoi qu'il en soit, il devrait repartir à la chasse dès cette nuit. Pas question pour lui de tuer l'une des personnes qui était présente. Il y aurait bien eu cette espèce de cinglé qui riait alors qu'il se faisait frapper, mais en même temps, Yanto se demandait si en manger un bout ne le rendrait pas comme lui. Ce fut lorsqu'il se demandait s'il devait manger quelqu'un ici que Yanto fut tiré de ses pensée par Damoclès.

Le long monologue qu'il fit alors laissa Yanto dans une encore plus grande confusion. Il parlait de l'appel... de la symbiose... Pour Yanto, toutes ces paroles furent presque vides de sens, mais d'un autre côté, cela remit Yanto dans une phase de questionnement. Nirvana? Qu'est-ce que c'était, encore? Yanto s’était toujours senti dépassé par ce qu’il lui arrivait, mais maintenant, cette impression se renforçait à chaque seconde qui passait. Peut-être que Damoclès disait des choses moins insensé qu’il n’y paraissait, en parlant du « berger »? En y réfléchissant bien, Yanto se dit que de suivre cet homme ne serait pas une mauvaise chose, en dépit du fait qu’il soit aussi… étrange.

Le monstre remit son arme dans son étui. Il n’en aurait pas besoin. Phaedra et Damoclès se faisait toujours face. Pour ce qui est de Marylin, elle n’avait pas du tout l’air de vouloir se battre, en ce moment. En fait, Yanto se demandait bien ce qu’il lui arrivait. Une autre chose qui venait s’ajouter à la longue liste d’incompréhension…

Damoclès se remit à parler, mais cette fois, c’était plus un murmure. Ce qu’il dit donna un frisson au monstre. Qu’est-ce qu’il entendait par là? Cette incapacité à comprendre l’énervait. Autant avait-il eut envie de le suivre il y a à peine quelques secondes, maintenant, les paroles qu’il avait envoyé l’emplissait de dégout, lorsqu’il le regardait. Yanto fut stupéfait, lorsqu’il disparut dans un portail. Comment avait-il fait ça? D’un autre côté, le monde était devenu ce qu’il était aujourd’hui.

Sans un mot, Yanto recula d’un pas, se retourna, et se mit à courir. Peu importe où il allait, il serait bien capable de sortir d’ici. Le monstre voulait surtout éviter les deux autres. La faim était forte, et il n’avait pas envie de se servir sur ces deux filles. Au moins, elles avaient essayé de parler, ce qu’aucun autre humain n’avait fait jusqu’à maintenant. Il n’allait tout de même pas les dévorer. Non, il devait trouver quelqu’un d’autre, et vite. Tant pis si les autres voulait reprendre la conversation, d'autres occasion se présenterait... sûrement.

HRPG: désolé pour le temps que j'ai prit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Kousko
Blue Flames Of The Azure
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 27
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'XP:
250/400  (250/400)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Ven 4 Fév - 12:10

Les événements s'étaient enchainés si rapidement et l'air était à couper au couteau. En une fraction de secondes, l'étrange créature avait changer de vocabulaire et c'était mise à crier et à déblatérer un long discourt sur, ce que nous pourrions résumer à, la fin du monde. Une fin amorcée par un serpent de flamme du nom d'Ouroboros. Marilyn ne savait pas ce qui pouvait bien intéresser Quintessence, mais elle avait très peu d'estime pour ce qu'elle qualifiait de : « personne complètement barjo ». Par contre, elle devait bien avouer qu'elle ressentait une certaine peur vis-à-vis le « barjo ». Il était imprévisible et elle ne pouvais pas savoir correctement comment agir façe à elle. La peur de l'imprévu quoi.

Peu après le départ de l'être qui les avaient suivis, ce fut le tour à l'autre homme de partir. Pauvre de lui, il n'avait été qu'un spectateur impuissant dans ses événements, tout comme Marilyn. Par contre, elle y avait gagné quelque chose, même si elle ne le savait pas encore. Quintessence, cette partie d'elle qui vie au sein même des abîmes inondées de son inconscient avait permis à Marilyn, son hôte, de voir les choses d'une autre façon. Même si cette nouvelle vision n'était que minime, cela allait faire son bout de chemin. La connaissance de sa propre existence. Bien avant cela, Marilyn n'avait été qu'une personne qui s'était réfugier dans l'égocentrisme intellectuelle, et ce, dans le but de se protéger du monde extérieur. Elle était restée, en quelque sorte, dans un stade d'adolescence infini qui faisait en sorte, qu'elle se croyait invincible. Jusqu'ici, elle avait toujours bénéficié de la protection de la partie malsaine de son âme qui semblait avoir une existence bien à elle. Elle avait put constater le potentiel de ce que Quintessence lui avait offert, même si c'était involontaire. Elle était curieuse et voulait en apprendre plus sur ce qu'elle nomme : « les flammes bleus de l'azure ».

Il ne restait plus qu'elle et l'autre humaine. N'ayant plus d'intérêt envers cette place, Marilyn décida se rebrousser chemin. La nuit allait tomber et la venu du serpent enflammé n'était pas un très bon signe. Même si elle ne croyait pas au délire fantaisiste que la créature venait d'avoir, elle ressentait le besoin de « foutre le camp » le plus rapidement possible.


[Marilyn] – Bon, puisque tout le monde part, je vais y aller aussi. Cette rencontre était sympa.


Il n'y avait rien de plus à ajouter, enfin, rien qu'elle ne voulait ajouter. Aussi, elle tourna les talons et prit la direction de la tour, enfer dans laquelle elle vivait, mais auxquelles elle se devait de retourner. C'était son toit. Aussi, elle prit le plus de temps possible pour y retourner, espérant étrangement qu'une créature quelqu'onque fasse sont apparition voulant dévorer Marilyn. Dans l'espoir de revoir à l'œuvre Quintessence et de comprendre le fonctionnement du pouvoir qu'il lui prêtait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedra Nephilim
Amaterasu La Princesse Écarlate
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Age : 25
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1210/1299  (1210/1299)
Points de vie:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mar 22 Fév - 19:19

Phaedra tremblait toujours, malgré sa nouvelle résolution, elle tremblait quand même. Un adversaire tel que Damoclès, elle n'en avait jamais rencontré. Quelqu'un d'assez puissant pour rire de vous en encaissant tous vos coups. Un adversaire qui pouvait vous écraser d'un simple mot. Malgré sa colère, sa haine et sa peur la jeune fille ne pouvait s'empêcher de ressentir un petit frisson d'exaltation face à ce combat qu'elle livrait contre la Chose. Bien que ce n'était pas réellement un combat, puisque Damoclès ne se battait pas, le frisson d'exaltation persistait, se retrouver en face d'un tel monstre de puissance, le frisson de la mort. Oui, il était impressionnant, très impressionnant à un point tel qu'elle lui enviait cette force, cette confiance. Peut-être aurait-il même était juste de dire qu'elle l'admirait un peut? Il était imperturbable, stoïque, tout simplement invisible, malgré la multitude de coups qu'elle avait fait pleuvoir sur lui telle une averse, il était resté debout, n'avait pas même plié l'échine un tant soit peu! Comment pourrait-elle battre quelqu'un comme lui sans céder à son Amaterasu, chose qu'elle ne pouvait pas faire, il y avait Marylin et Yanto... Peut-être ceux-ci pourraient-ils l'aider? Il n'y avait pas de honte à se battre à plusieurs contre un adversaire aussi fort? Et puis il était vrai qu'à ce point, l'honneur ou la honte n'avait plus leur place, c'était un combat pour la survie et seulement que pour la survie. Mais là encore, pouvaient-ils tous ensemble battre Damoclès? Yanto voudrait-il les aider? Après tout Damoclès n'avait rien d'humain, ils étaient pareils sur ce point, tous les deux étaient des monstres...

La chasseresse ne savait pas comment s'y prendre, mais elle devait trouver un moyen de le battre ou de fuir, et ce rapidement. Il était clair qu'à elle seule elle n'avait pas la force de le battre, elle se doutait aussi que même si les deux autres se joignaient à son combat, la victoire ne serait possiblement pas atteignable avant que le serpent de feu ne rejoigne la forêt de pierre. Mourir tuer par cette chose, ou mourir brulé vif par un serpent de feu gigantesque? Les deux choix étaient déplaisants. Quoi que dans son cas à elle... Une idée venait de germer dans son esprit, la solution, un pari avec le destin. La jeune fille se maudissais de ne pas y avoir pensé plus tôt, c'était pourtant bien simple... Elle risquerait sa vie, mais après tout elle le faisait à chaque seconde depuis des années... Phaedra avait toujours était relativement très chanceuse et une fois de plus elle se sentait de coeur à tenter la chance, elle n'avait plus le choix.

Nephilim plongea son regard dans celui de Damoclès. Sa respiration était lente... Son plan était très simple, peut-être un peu trop. Elle doutait qu'il fût possible qu'ils puissent tous s'enfuir ensemble de cet être sans qu'il ne les rattrape pour les faire disparaitre d'une quelconque manière. Son plan était simple, il était la seule solution possible... Phaedra allait permettre à Yanto et Marylin de fuir en provoquant Damoclès qui de toute manière voulait croiser le fer avec elle avant les autres. Elle le combattrait aussi longtemps qu'elle le pourrait attendant le serpent de feu... Puis elle se laisserait succomber à la colère et deviendrait Amaterasu... Aucune flamme ne pourrait la tuer sous cette forme, du moins, elle l'espérait. Dans le meilleur des cas Damoclès allaient mourir carboniser par elle et le serpent, dans le pire des cas Phaedra allait mourir en entrainant son adversaire avec elle, mais les deux autres auraient le temps de s'enfuir.

Elle posa sa main droite sure le tsuka d'Asahi, la jeune fille écarta légèrement les jambes, le dos bien droit, présentant une pose de kendo parfaite. La chasseresse fit un pas devant, se préparant à attaquer de toutes ses forces une ultime fois. Une ultime fois, il le fallait... Phaedra s'apprêta à ouvrir la bouche pour avertir Marylin et Yanto alors que soudainement Damoclès s'effondrait sur le sol, coupant de cours les paroles de la guerrière surprise.

L'être d'on elle avait si peur venait de s'étaler de tout son long sur le sol. Il était tombé, simplement, comme ça, sans aucun signe avant-coureur. L'être qui lui avait inspiré toute cette myriade de puissantes émotions contradictoire venait de s'effondrer en face d'elle sans même qu'elle ne sache pourquoi. Sans même qu'elle ne l'attaque! La chose s'était moqué d'elle était jonché sur le sol, à ses pieds... À ses pieds... À cet instant bien précis, la jeune fille n'aurait su dire ce qu'elle ressentait. Avait-il subi à ses coups? Était-il mort?... Impossible! Le corps de la chose fut secoué de puissants spasmes, quelque chose se préparait, elle le savait, le sentait. L'atmosphère s'alourdissait de seconde en seconde, écrasé par une aura de meurtre qui s'élevait de Damoclès. La force qui se dégageait de l'être la fit reculer du seul pas qu'elle avait fait. La jeune faite se sentit honteuse de reculer alors qu'elle avait pris la résolution de combattre, mais elle n'avait pas le choix de créer une distance entre eux deux... La présence était si forte qu'elle avait peine à respirer... Il n'y avait pas de honte à reculer... Du moins, tentait-elle de se convaincre...

La chose se releva et sa voix s'éleva haute et forte, résonant en écho sur les arbres de pierre, une voix grave et gutturale, une voix qui n'était pas celle de l'être qu'elle avait combattue... Il était évident, très évident qu'il n'était plus lui-même... Combien de fois allait-elle devoir reculer devant lui, combien de fois encore lui prouverait-il qu'il était bien plus fort qu'elle? Damoclès avait été d'est le début beaucoup plus fort que Phaedra et maintenant... La peur naissait à nouveau.

Ce qui fit naitre la peur fut certes la puissance que l'être dégageait, mais ce qui l'amplifia très certainement fut les mots employés par ce dernier. Il parlait tel un prophète, il parlait de destruction, de fin du monde, de renaissance? Il parlait de lui comme de l'instigateur de la chute ou du moins d'en être une part importante. Elle n'avait aucune difficulté de le croire, sa puissance parla d'elle-même... Et le plus intrigant... Sa manière de parler au nous comme s'il refait à une seule personne... Pouvait-il s’agir de l'homme d'on elle avait juré la mort? De cette infâme créature qui lui avait tout pris? Le doute persistait, existait-il quelqu'un d'assez fort pour être le maitre de Damoclès? Elle n'avait jamais ressenti une telle force... Mais qui était-il à la fin!?

Alors Damoclès s'avança vers Nephilim, entièrement paralysé, cette dernière ne sut reculer ou même frapper. Elle était tétanisée, étonnée et beaucoup trop impressionnée pour faire quoi que ce soit. L'odeur de mort pesait au-dessus de la jeune fille. Allait-elle finalement mourir? Les deux autres auraient-ils le temps de s'échapper? Des questions qui ne nuent pas lieux d'être, la chose ne la toucha pas, son corps ne l'aurait peut-être pas supporter? La simple proximité lui laissant croire que ses os se faisaient balayer par la présence. Était-ce de la pitié? Peut-être, Phaedra ne pouvait le savoir...

L'être se contenta de faire la révérence. La révérence? Pourquoi lui disait-il au revoir? L'odeur de mort se fit encore plus forte... Il lui faisait ses adieux, car il allait l'achever? Phaedra aurait aimé pouvoir fermer les yeux pour ne pas le voir, pour se préserver de la souffrance qu'elle allait éventuellement ressentir lorsqu'il la tuerait. Mais elle n'en fut pas capable et le coup tant attendu ne vint jamais. La chose lui sourira. Un sourire qui allait le hanter pendant très longtemps... Un sourire qu'elle n'allait jamais oublier... Un sourire profondément mauvais et cruel, un sourire qui n'avait rien d'humain, un rictus qui faisait naitre la terreur au sein de son âme s'insinuaient tel un poison pour ébranler les limites de sa conscience. Une torture épouvantable.

Puis, il se retrouva dos à elle sans que ses yeux ne captent le mouvement et avant même qu'elle ne puisse réaliser, l'être s'éloignait déjà, son emprise se faisait moins fort, la présence maléfique s'éloignait. Au fond d'elle une petite lueur d'espoir s'alluma, allait-il réellement quitter les lieux en les laissant tous les trois en vie?

La lueur mourra cependant aussi vite qu'elle était apparut. La créature avait arrêté de marcher. Le calvaire allait-il se terminer!? Qu'il me tue que tout prenne fin! Se surprit-elle à penser. Une promesse de retrouvailles? Elle eut un haut-le-coeur. Mais ce n'était pas tout, ce n'était jamais terminé avec lui! Retrouver sa moitié? Cela signifiait-il qu'en ce moment il n'avait que la moitié de la force qu'il possédait en temps normal? C'était impossible, il devait mentir... Et poudrant, Phaedra le croyait, elle le croyait... Vint ensuite l'insulte qui la fit sortir de sa torpeur. Une simple petite raillerie qui refit naitre en elle la colère, la colère qui repoussa la peur. Elle bouillonnait de rage, le serpent de flamme reprenait contrôle de ses émotions, faisant resurgir ses instincts destructeurs. La jeune fille avait toujours été de nature bouillante, la chose ne faisait qu'amplifier cette nature, elle le savait, bien évidemment.

Heureusement Damoclès était un monstre et son rire lui fit reprendre conscience de son état. Heureusement Damoclès lui faisait encore beaucoup trop peur pour qu'elle puisse céder à quoi que ce soit d'autre. La peur et la rage la maintenant à flot, elle s'éveillait doucement, regagnant un tant est peut de contrôle sur son corps et ses pensés. La chose avait disparu... La jeune fille se sentit frôlée par l'euphorie, mais une fois de plus on essayait de lui arracher ses espoirs, même partis, Damoclès continuait de faire résonner sa voix. Des mots qui finirent de l'éveiller complètement. La créature leur avait laissé un choix. Phaedra resserra son emprise sur son Asahi, oui, elle allait se battre, elle allait LE battre, l'anéantir!

Les derniers mots de la chose ne furent audibles que par elle, tel un chuchotement susurré à l'oreille... Phaedra l'avait toujours su. Ils avaient le même regard, les mêmes yeux. La jeune fille aurait su reconnaitre cette aura, cette présence... Nathaniel...


“Dite lui que le soleil se lèvera encore et toujours. Je le trouverai, le trainerais devant la lumière et le tuerais de mes propres mains.” Souffla-t-elle sans même y réfléchir, naturellement.

Nephilim rangea Asahi dans son Saya en se retournant. La scène la fit trembler, elle n'avait pas le coeur à la rage. Ses yeux se mirent à couler d'eux-mêmes. Yanto avait fui. Son seul espoir d'avoir réponse à toutes les questions qui restaient en surface. Son seul contacte avec le créateur du serpent. Tout cela n'avait-il pas eu de but? À quoi bon lui avait-il servi de survivre si son seul espoir de comprendre venait de fuir sans un mot?

Ses yeux se tournèrent vers le dos de Marylin, cette dernière quittait déjà les lieux. Avait-elle était la seule qui avait été ébranlée? Phaedra ne voulait pas le savoir, elle se laissa tomber au sol. Et elle pleura, elle pleura longtemps, toute seule hantée par les murmures des arbres de pierre. Oui, Phaedra resta sur place et pleura longtemps, jusqu'à ce que l'odeur de feu se fit assez forte pour qu'elle comprenne qu'il était temps de quitter les lieux.


Hrp:

Fin du sujet.

Pour ma part je vais faire se déplacer Phaedra au cimetière. Si vous voulez vous joindres à moi ne vous gênez pas. =)

_________________

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Anima
Architect Of The Sin
avatar

Masculin Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2825/3099  (2825/3099)
Points de vie:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mar 27 Déc - 22:16

HRP:


Modus Operandi: Voici donc la distribution des xp. Les points sont attribué pour chacun des postes de manière individuel et un bonus ''d'équipe'' est rajouté pour récompenser les liens entres les personnages (vos réactions vis à vis de l'autre et vos interactions).

Yanto: 25 + 25 + 25 + 25 + 25 + 35 + 30 + 35 + 40 + 30 + 35 + 30 + 30 + 35 = 425 + Bonus: 50 / Total: 475 pts xp.

Note: J'ai grandement apprécié la lecture de tes textes. Tu as une très bonne capacité de synthèse. Tes posts sont aussi très bien organisés. De plus j'ai dénoté de grandes améliorations dans ton style de rp et dans le contenu de tes textes, au cours de l'avancement du sujet.

Phaedra: 40 + 40 + 25 + 25 + 25 + 30 + 50 + 45 + 50 + 40 + 55 + 55 + 60 + 55 = 1190 + Bonus: 50 / Total: 1210 pts xp.

Note: Tes textes étaient très cohérents et soutenus. Tes interactions entre personnages sont bien réglées. Rien n'est laissé au hasard et tes idées s'associent de manière chronologique à la suite des évènements. La longueur des posts étaient pratiquement toujours proportionnelle aux éléments donné par les autres. Dernièrement, il est aisé de suivre l'évolution psychologique de ton personnage au sein de tes textes.

Marylin: 35 + 30 + 25 + 45 + 35 + 40 + 40 = 250 + Bonus: 40 / Total: 290 pts xp.

Note: Malgré la longueur de tes posts, j'ai apprécié le contenu. Tu possède aussi une bonne capacité de synthèse ce qui est reposant pour les yeux... xD J'ai trouvé ton personnage assez comique. Sa nonchalance fessait étonnamment contraste avec les autres personnages présent.

Damocles: 35 + 35 + 50 + 55 = 185 + Bonus: 50 / Total: 235 pts xp.

Note: Très peux de posts. Mais, très poignant. Tes textes étaient d'une très grande qualité. J'ai particulièrement aimé ta manière de décrire l’environnement dans lequel tu évolue.

----

Note générale: Le sujet en entier à été très intéressant à lire! Chacun des posts étaient bien enchainés, il s'en dégageait une certaine chimie entre les joueurs. Le contexte du forum à été parfaitement respecté. Continuez votre bon rp! Et sur ce, je n'est donc rien à ajouter.

Vous devrez postez suite à mon topic pour me dire que vous avez ajouté vos points. Vous aurez une semaine pour le faire sans quoi j'enverrais le sujet aux archives sans aucun second avis.

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ


Rien ne se perd, rien ne se crée. tout se transforme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedra Nephilim
Amaterasu La Princesse Écarlate
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Age : 25
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1210/1299  (1210/1299)
Points de vie:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mer 28 Déc - 0:39

Merci pour l'xp! J'actualise ma fiche dans l'instant. =)

_________________

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Kousko
Blue Flames Of The Azure
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 27
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 2
Points d'XP:
250/400  (250/400)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Ven 30 Déc - 2:07

Je prends mon xpppppp Smile Marchi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yanto Kavalskee
Absolument Rien
avatar

Masculin Nombre de messages : 78
Age : 25
Date d'inscription : 27/06/2010

Feuille de personnage
Niveau: 3
Points d'XP:
595/600  (595/600)
Points de vie:
185/185  (185/185)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Ven 30 Déc - 21:37

d'solé du retard, j'avais pas été mis au courant de la remise sur pied ('fin, j'me connecte moins, ces temps ci... bref)
donc! je prend, je garde, et merci des commentaires (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damoclès
Émissaire De L'Antithèse
avatar

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 25
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2635/2699  (2635/2699)
Points de vie:
25/350  (25/350)

MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   Mer 4 Jan - 15:05

Je prend mon exp merci ...

_________________
Le plus bel idéal sera celui qui a l'égal de la sincérité de son message , pourra lui aussi saigner de façon sincère !

/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une simple balade [PV : libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une simple balade [PV : libre]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Petite Balade Matinale [LIBRE]
» Une simple balade au bord d'un simple lac. [Pv ? Ayden]
» Une simple pétale [Libre]
» Petite balade ? Libre
» Balade à grande vitesse [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Les Décombres :: La Forêt Des Soupirs-
Sauter vers: