Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vif et vive !

Aller en bas 
AuteurMessage
Nexus
PNJ
avatar

Masculin Nombre de messages : 4
Age : 25
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Vif et vive !   Ven 2 Mar - 16:50

Il étira lentement, encore plus la corde, la force déployer fessait
trembler ses membres. Pour pallier à ce tremblement, l'homme retint sa
respiration et soudain, ce fut la calme plat, la sérénité. Il relâcha
délicatement l'emprise de ses doigts sur l'empenne de la flèche qui alla
se ficher prestement dans la cible de paille coloré, tout près du
centre, à plus de 120 mètres de là. Même le vent artificiel créer pas
les système de la tour, ne fit dévier le projectile de sa trajectoire.
Ensuite, par un geste réflexe empreint de sensualité et de fluidité il
alla chercher une nouvelle flèche dans son carquois. Ses mains caleuses,
possédait cette sorte de grâce féline que l'on associe aux ferronnier
ou au forgeron.

Un témoin eut pu croire que la scène se déroulant sous ses yeux était
l'exemple parfait d'un archer moyenâgeux, s'il n'eut été des vêtements
contemporain que portait l'homme. Sa silhouette svelte mais athlétique
démentait une sédentarité apparente afficher par les vêtements non pas
luxueux mais propre et bien mis.

Lorsqu'il encocha sa flèche et que nouveau sa technique impeccable de tir fut visible, il songea:

- La vie est monotone, la mort c'est l'agitation et le changement. Aujourd'hui le parc est vide, il est plus monotone que jamais cela veut-il dire que que la mort est à nos portes?

La flèche fila rapidement et logea directement au centre de al cible, fendant un flèche en deux. Il était venu ce matin en passant trouver les habituels badauds. La femme promenant son chien, le vieil homme lisant son journal tout près du grand If au centre du parc. Cette femme et cet homme qui tous les matins venait ici faire leur jogging pour se garder en forme. Ces enfants, qui parfois, les mercredi venait jouer au soccer avant d'aller en cours, des gosses de riche mais des enfants quand même, la relève. Lui il venait tous les jours ici pour s'exercer à l'arc mais aussi pour s'entraîner. Certes, il aurait pu utiliser le gymnase mis à la disposition des résidents de la tour mais il répugnait à s'y rendre. Il aimait à s'entraîner seul. Le parc était définitivement vide et monotone.

Il pris soigneusement, le temps de débander son arc taillé dans un bois de merisier. Il le rangea avec application dans son sac de cuir. Il roula la corde de chanvre et la glissa dans la pochette prévue pour elle. Puis, il pris tout son temps pour marcher vers la cible truffer de ses dix-sept flèches. Il rejeta aussitôt dans les fourrer celle qu'il avait fendu en deux. Puis examina soigneusement chacune des flèches cherchant sur le fut de chacune d'elles des brisures, des imperfections. Une fois son examen terminé sur les dix-sept flèches tirés initialement il n'en conserva pas plus d'une dizaine et rejeta toutes les autres en prenant le temps de prendre au passage les têtes perforantes des projectiles.

Il revint vers la table où gisait son arc ranger dans son sac. Il marchait lentement, si lentement pour revenir que l'on eut put croire qu'il s'était perdu en chemin, mais en fait, son regard se perdait de nouveau dans le vide examinant chaque arbre, chaque feuille et chaque brin d'herbe. Son regard traduisait son ennui profond et une réflexion si grande qu'elle dépassait l'entendement d'un simple regard.

Machinalement, quand enfin il arriva près de son arc déposer sur la table, il le ressorti et se remit à tirer coup sur coup sur la cible, plus le temps passait, plus il accélérait ses mouvements jusqu'à ce qu'il en eut mal au bras. Il attendait quelque chose, il attendait que l'on brise sa routine, que l'on soit avec lui. Il attendait que la vie vie vive et qu'elle s'anime. Il voulait que le monotone se brise et devienne vif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blago

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 23
Date d'inscription : 11/02/2012

MessageSujet: Re: Vif et vive !   Lun 5 Mar - 16:36

Il s'était réveillé dans son désordre habituel, des cendriers renversés, des mégots écrasés sur les bras des vieux fauteuils recyclés sur un fond de classique. Cette musique était bien la seule chose qui lui reposait l'esprit, la seule chose qui lui permettait de se sentir vivre. D'un geste souple et rapide il apporta une cigarette à ses lèvres, l'allumant dans un mouvement tout aussi machinal. Il posa sa cigarette à peine entamé dans un cendrier avant d'aller prendre une douche, ne perdant pas de temps il garda son débardeur et son short. Après s'être changé accrochant sa quincailleries de façon presque rituel, il reprit sa cigarette, et attrapa sa guitare par le manche avant de la caler dans le creux de son épaule. Il claqua la porte de son appartement sans même la fermer à clefs, tout le monde savaient ou il vivait et personne ne voulait se risquer à violer son sanctuaire. Il fixa son casque sur les oreilles et laissa une musique pleine de sadisme couplé à de la sensualité emplir ses oreilles.

Il n'avait pas reçu sa livraison d'antidote pour sortir chasser, donc il ne restait plus qu'une chose à faire! Oublier cette journée déprimante dans le premier bar accessible, pourtant il sentit dans la rue qu'aujourd'hui n'était pas une bonne journée pour boire. Déjà par ce que tout était trop calme, malgré sa musique il sentait que tout été mort. Une ville fantôme sans vie, pas de disputes ou de grande fête pour animer cette foule. Non, il n'y avait là que le bruit pesant des semelles claquant contre le trottoir. Il avait une forte envie de vomir, une forte envie de s'en aller très loin, une forte envie de s'isoler quelque part. Il aurait put retourner dans son trous, mais il se serait endormit. Il continua sa route, manteau rouge, et bottes noir claquant avec force dans l'air et le sol.

Il croisa les grand portes du parc, un endroit regorgeant de vie d'après ses souvenirs. Ne voulant pas trop faire marcher sa mémoire il se fia à son instinct, entrant en crachant son reste filtre jaunis par le tabac tomber au pied des portes. Les gens avaient tendance à s'écarter quand ils croisaient sa route, ça ne l'avait jamais vraiment marqué, de toute façon même si s'était le cas se n'était pas plus mal. Il ne croisa qu'un vieil homme qui le dévisageait, retenant son petit chien brossé et lavé avec soin. Sinon rien, personne plus aucune agitation. Un calme limpide et dérangeant, même sa musique ne semblait pas réussir à vaincre se silence pesant. Il enleva son casque, laissant un air de musique plus tranquille que le précédent se répandre dans l'air. Il regardait les plantes avec attention, se posant une question qui le bouleversa:

Les plantes sont elles porteuses du virus? Si s'est le cas faut il les sauver elles aussi ? Appellent-elles aussi à l'aide? Demandent elles son aide?

Quand les aubes disparaîtront votre tour viendra, en attendant le crépuscule survivez.

Ses quelques mots se perdirent dans le parc, avaient-ils un sens? Lui même n'en savait rien, il entendit soudainement un son perturbant sa méditation. Un son étrange, qui allait de plus en plus vite. Ses pas le conduire jusqu'à un étrange archer, il était élégant, et maniait une arme à son image. Il ne savait pas si il avait capté sa présence mais qu'importe, il avisa un banc plus loin et décida d'observer cet étrange personnage quelque instants. Il laissa sa guitare se planter dans le sol, et retroussant ses manches comme à son habitude, il s'alluma une cigarette. Prenant quelques bouffées, qu'il expira peut de temps après. Qu'est ce que cet homme cachait, pouvait-il être réellement intéressant, pouvait-il être sauver lui qui plus tard risquait de basculer de l'autre côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nexus
PNJ
avatar

Masculin Nombre de messages : 4
Age : 25
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Vif et vive !   Jeu 19 Avr - 3:41

Il continuait de tirer ses flèches à une vitesse impressionnante mais toutefois possible pour un humain normal de l'atteindre. Après tout, les apparences, sont importantes et dans la tour c'est là qu'elles sont le plus importantes. La vie ce matin tardait à s'animer, les mêmes badauds, toujours les mêmes étaient présent. Pourtant en ce matin, si beau, ou du moins l'était-il dans la tour, il sentit que quelque chose changeait. Il sentit que quelque chose de nouveau arrivait vers lui. Que sa routine, allait changer dans cet instant. Impassible, il continuait de tirer et comme les cibles, laissait les flèches venir à elles, il attendait que le changement le rejoigne de son propre chef.

Sa conscience se laissait griser par la vitesse et la célérité. Il tira tant et aussi longtemps, qu'il sentit lentement que son corps ne fessait qu'un avec l'arc lui-même. Ce n'était pas la corde l'arc qui s’arquait, mais son corps en entier, d'un seul élan, d'un seul mouvement. Son esprit aussi sûrement que ses flèches, perçait la cible des pensées, des rêves. Il se sentait devenir insensible au vide de la vie et faire partie du vide de l'être. La sérénité. Voilà, il avait trouver une vieille amie perdue. Puis, il sut, il sut que le regardait. La sensation d'être observer lui était familière mais celle-ci détonait. Mais il ne devait pas réagir comme son instinct le lui disait autrement...

Il choisit de se retourner, car après tout on était dans un parc publique ici non. D'autant plus que ses projectiles étaient épuisé. Il croisa le regard de l'homme et ne broncha pas. Son corps était détendu mais son regard restait acéré, sans pour autant être menaçant. Il travaillait pour que cela lui soit possible en tout temps. L'apparence, un concept si... superficiel. Son regard n'accrocha celui du nouveau venu que quelques secondes. Mais cela devrait avoir suffit pour attirer la curiosité de l'homme. Du moins l'espérait-il, sa le changerai des badauds habituels. Il se retourna et déposa son arc à l'ancienne sur la table de bois.

Il pris son temps pour se rendre jusqu'au cible et pris le temps de retirer avec précaution ses flèches des cibles de paille coloré. Malgré la grande distance le séparant des tables, le visiteur devait avoir remarqué la précision des tirs. Impossible de ne pas voir que toutes les flèches s'étaient planté dans le milieu de la cible. Une par une, ils les retiras et en observa la hampe ainsi qu'il en détailla le fût. Il en rejeta trois, tout en prenant bien soin de garder les têtes métalliques. Il prend ensuite, tout le temps voulu pour revenir vers la table en espérant que l'homme serait encore là.

Il se demanda ce que cela pourrait donner de faire autrement, après tout on avait pas besoin de lui tout de suite. Pourquoi ne pas étiré sa visite de ce matin? Il pourrait en faire quelque chose d'Intéressant. Ce n'est pas tous les jours que le fleuve lent de la vie vous transporte près d'une anse où accosté...

Il pris soin de bien placé chacune de ses flèches empênes vers le haut dans son carquois de cuir patiné d'usure. Il pris ensuite entre ses doigts, une petite bouteille avec un petit compte goutte, à l'aide duquel il pris bien soin de traiter sa corde d'arc. Il avait préalablement débander celui-ci, qui fessait dans les 1,60 mètres de long, presque aussi grand que lui. Une fois qu'il eut humecter la corde, il passa une serviette afin de retirer le surplus. Du coin de l’œil il ne quittait pas l'homme, il observait ses réactions. Il était passé maître dans l'art d'observer sans être vu.

Il fit alors volte face pour regarder intensément l'autre avec une sorte de demi-sourire, un peu mystérieux. Et il tendit lentement la main dans un mouvement de va et vient entre l'homme et son arc. Il l'invitait littéralement à l'essayer, il était curieux de la réaction de ce dernier et aussi de voir s'il serait en mesure de le bander. Cette arme, était excessivement dur à bander et encore plus à maîtriser. Il ne pouvait s'empêcher de vérifier si cet homme valait la peine, qu'il y accorde de son temps. Nexus ne pipait mot. Les mots ne devaient être utilisé que lorsque c'était absolument nécessaire n'est-ce pas?

Il termina son invitation silencieuse par un léger regard de défi qui pointait de la cible distante de 120 mètres et l'homme....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vif et vive !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vif et vive !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» ABA LA JUSTICE, VIVE IMPUNITÉ ET VIVE MARTELLY !
» Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagneuuuhhh ♪ //SBAFF//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Les Sous-Terrains :: Sixième Étage :: Le Parc-
Sauter vers: