Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Samaël Samarensis

Aller en bas 
AuteurMessage
Samaël Samarensis
Petite Marionettiste
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
199/399  (199/399)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Samaël Samarensis   Ven 16 Juil - 5:10

Prénom : Il y a bien longtemps, ses parents avaient donnés à Petite Fille le doux prénom de Samantha... Mais les temps ont changés et rien n'est plus comme avant, papa et maman ne sont plus là pour l'appelés, et Petite Fille s'est laissée abandonnée par le prénom de sa naissance... Elle a tout oublié, elle n'a gardé en son regard que le surnom de Samaël, et c'est désormais sous ce pseudonyme qu'elle se présente, comme si ce prénom avait toujours été siens et qu'aucun autre jamais ne pourrait prendre sa place.

Nom : Petite fille ne sait pas si elle a déjà eut un nom de famille... Tout ce qui faisait son ancienne vie s'est doucement évadé de son esprit comme un courant d'air inssaisissable lorsque la maladie a éprit son corps au dépend de tous les proches qui ne sont maintenant plus que de vagues ombres qui peuplent les rêves de la petite. Un nom de famille ? Samarensis... Pour celui d'une unique créature qui la rattache à un lointain passé, un jeune serpent nommé Naja Samarensis, l'un des cobras les plus venimeux de l'existence...

Age : Que vous répondrais à cette question une enfant qui ne sait plus elle même ce qu'ont été ses premiers anniversaires ? Elle vous répondrait qu'elle avait dix ans il y a six ans, pas qu'elle en à maintenant seize. Tout dépendra de votre façon de comprendre, mais Petite Fille ne vous dira jamais qu'elle est âgée de seize années, elle vous contredira même si vous osez le déclamer ainsi... Petite fille n'a pas seize ans, vous dira-t-elle... Elle en a dix... Mais depuis six ans. Et ne cherchez pas à lui prouver la logique de votre raisonnement, car son physique et ses airs auraient vite fait de vous contredire par la propre logique de l'enfant. Regardez là donc avec attention... Trouvez vous vraiment qu'elle ressemble à une adolescente ? Non, Petite Fille est une Petite fille depuis dix ans, six ans et pour toujours.

Sexe : Oseriez vous vraiment demander à petite fille ce qu'elle est ? De par une chevelure soyeusement bouclée d'une blancheur assassine, de par ce visage qui vous assaille d'une pureté sans égale, de par un regard enfantin aux rougeurs mortelles, de quelques formes discrètes mais vivante, de par la grâce et la noblesse, de par la prestence et la beauté irréelle, ... De par tout ce que vous voyez d'elle, ne demandez jamais à Petite Fille ce qu'elle est, car Petite Fille serait peut être légèrement sucseptible.

Race : La plus proche des humanoïdes en est pourtant bien lointaine... Jeune albinos à la peau si blanche que la maladie semble l'avoir offert aux fantomes, à la chevelure si soyeuse qu'elle semble arrêter le temps qui l'entoure d'une danse glaciale dans les vents, au regard d'une rougeur si poignante qu'elle aurait pu être volée à la mort elle-même. Petite Fille était d'une belle blondeur, d'un agréable regard bleuté et d'une peau de pêche bien sucrée, avant que la maladie ne l'emporte... Aujourd'hui petite fille est l'image même qu'on se fait d'un fantôme, de l'irréel, de la peur... Une albinos, mais pas seulement... Une enfant aussi.

Orientation sexuelle : Demandez vous par là quelle est le sexe des personnes avec lesquelles elle préfèrent jouer ? ses proies ? Ses belles victimes ? Après tout, Petite Fille ne sait encore rien d'autre que le jeu alors que pourriez vous donc lui demander d'autre ? Ses partenaires de jeu peuvent être filles comme garçons, tant qu'ils sont amusants Petite fille est satisfaite, mais elle se lasse tellement vite...

Plus grande peur : Petite fille n'a pas peur... Petite fille ne connait pas cette sensation parce que jamais le jeu ne s'est arrêté, parcequ'elle est toujours restée maîtresse de sa vie et que personne jamais n'a tiré les ficelles à part elle. Si Petite Fille devait connaître la peur, elle la connaîtrait par une personne qui lui conterait un passé qu'elle ne connait plus, un avenir qu'elle ne connait pas encore, une personne qui tirerait les ficelles de son présent comme si elle n'était plus qu'une marionnette. Petite Fille est la marionettiste, sa plus grande peur ? Devenir la marionette...

Faiblesse personnelle : Petite fille ne connaît pas de faiblesse à vos yeux car vous ne comprennez pas sa façon de penser, de réagir et de raisonner... Si Petite Fille est faible, c'est de n'être que Petite Fille et rien d'autre. Petite Fille ne connait pas la vie, ne connait rien d'autre que le jeu que représente son existence. Petite Fille fait le mal, fait le bien, mais ne voit rien d'autre que le jeu... La faiblesse de Petite Fille ne sera jamais vôtre, car Petite Fille n'est que pauvre inconsciente de la différence entre la torture et le jeu... Profitez de sa faiblesse ne serait que la découverte d'un monde où elle est la marionettiste et où vous êtes la pauvre poupée.

Chose la plus précieuse à vos yeux : Petite fille ne trouve d'importance qu'à sa jolie poupée, son miroir inanimé qui parle pour elle et exprime ce que Petite fille ne montre pas. Son miroir
inanimé n'est qu'un pauvre jouet qui lui ressemble trait pour trait, si ce n'est de par une taille réduite, et jamais Petite Fille ne prend même la peine de la poser et de s'éloigner d'elle. Sa poupée, sa petite Sanaël, Petite Fille ne s'en séparerait pour rien au monde, pas même pour une danse...


Sanaël : Sanaël, le miroir inanimé de Petite Fille, une pauvre poupée qui ne ressemble pas plus à une arme que n'importe quel autre jouet... Mais aux yeux de Petite Fille, Sanaël est bel et bien une arme. Sa belle poupée est capable de parler pour elle, son double sublime est
vivant pour lui tenir compagnie et la rendre plus puissante que jamais elle ne le serait sans elle. Sanaël ne servira bien sûr pas à grand chose si on fait du mal à Petite Fille, mais la petite poupée reste malgré tout une arme parce que c'est grâce à son beau jouet que Petite
Fille considère l'existence comme un jeu. Et qui sait, peut être qu'un jour belle Sanaël sera même capable de vous planter un couteau dans le coeur, peut être que Petite Fille saura faire d'elle un arme mortelle à vos yeux comme aux siens, mais en attendant son double inanimé est sa plus belle arme, une arme qui ne se sert pas de force mais de psychologie...

Un poignard : Parce qu'un jour Sanaël à soufflé à l'oreille de Petite Fille qu'il lui faudrait connaître la couleur du sang, Petite Fille cache dans les beaux rubans qui ceinturent sa taille ce poignard au manche qui possède le noir des ténèbres, du jais et de la souffrance, à la lame doucement argentée qui connait le gout du sang et de la peur... Petite Fille ne voit pas
vraiment ce poignard comme un indispensable, il est juste comme une carte joker qu'on laisse de côté durant le jeu en attendant le bon moment de l'utiliser pour être sûr de gagner la partie. Mais bien sûr, aux yeux de Petite Fille la partie est déjà gagnée avant même d'avoir vraiment commencé, et cette carte joker n'est qu'une douce distraction qui l'accompagne dans sa course vers la case " fin ".


Chant des poupées : Elles sont si belles, si douces, les adorables poupées de Petite Fille. Avant tout, il y a Sanël, le miroir inanimé de l'enfant qui ne la quitte jamais et qui est en son pouvoir comme une partie d'elle même. De par sa volonté elle lui donne la parole qu'elle ne se trouve pas elle-même, elle lui permet de regarder et de comprendre les choses, elle lui donne la vie à travers la sienne parce que leur deux existences sont simplement liées, comme si Sanaël n'était que l'icone de Petite Fille dans le monde du jeu. Pas un pion mais belle et bien la belle créature qui la représente, la poupée est devenue Petite Fille dans le monde du jeu, et Petite Fille est juste là pour guider ses ficelles vers la victoire. Mais il n'est pas que Sanaël au coeur de Petite Fille, il est aussi toutes les autres belles poupées qui aujourd'hui ne sont pas grand chose, mais qui un jour seront toutes les précieuses amies de Sanaël... Un jour, un beau jour, toutes ces poupées, si belles et si douces, s'étireront doucement à la danse des ficelles, Petite Fille leur parlera et elles comprendront...

Description physique : Lorsque Petite Fille a vu le jour, dans une froide nuit de décembre où la lune baignait une chambre tordue par la douleur de la naissance, elle était alors petite blonde aux grands yeux bleus, adorable enfant à la peau de pêche qui ne quittait jamais ce merveilleux sourire aux dents blanches. Maintenant, ne reste que le blanc et rien d'autre... Lorsque la maladie à éprit le corps de Petite fille, la blondeur s'est éclaircie de pureté immaculée, la pêche est devenue rose blanche offerte à un fantôme, et le beau ciel bleuté s'est couvert d'une apocalypse rougeoyante où les flammes noires dansent comme les ombres de la vie. Ce doux sourire est resté, et jamais plus n'a grandi... Lorsque la maladie a caressé le corps de Petite Fille, elle était alors âgée de dix ans, celà fait six ans et toujours elle ne tient que les dix années de sa belle existence. Devenue morte, devenue fantôme, elle est restée douce enfant de sa taille et de son poid, de ses sourires et de toutes les expressions qui recouvrent son visage qui n'a jamais connu et ne connaîtra jamais les audaces de l'adolescence, les témérités de la puberté. Petite Fille est Petite Fille à jamais, de sa longue chevelure bouclée, des belles robes qui habillent son corps, du maquillage qui ne couvre jamais sa beauté, et de la voix de sa poupée qui comme elle gardera à jamais la même allure... Une allure qui vous charmera tout en vous glaçant d'effroi.

Description psychologique : Petite fille ne saurait que vous combler de la mentalité d'enfant qui est resté en son coeur depuis si longtemps. Tout sourire, toute douceur, elle est belle et s'amuse en s'habillant toujours de l'incroyable beauté de l'enfance. Légèrement susceptible, Petite Fille n'aime pas qu'on lui manque de respect sous prétexte qu'elle n'est qu'une enfant, elle se voit comme une marionnetiste et non comme n'importe quelle petite fille ordinnaire, elle est la maîtresse du jeu et elle seule peut choisir votre destin alors elle n'accepterait certainnement pas de votre part que vous la considériez autrement que comme la gagnante du jeu. Ainsi, parfois boudeuse, Petite Fille peut vous être indifférente parce que vous n'êtes pas un compagnon de jeu suffisament amusant, tout comme elle pourra s'attacher à vous pour un temps si vous parvenez à lui donner cette impression de domination qui lui plait tant. A côté de ça, Petite Fille connait l'inconscience, la belle naïveté de la petite fille qu'elle est. Jugeant que rien ne peut être plus dangereux qu'elle même, elle laisse parler son miroir inanimé sans même s'inquièter de la réaction de son partenaire de jeu, elle suivra qui lui paraîtra interessant à suivre et peut tout aussi bien s'endormir aux côtés de l'un de ses compagnons sans même craindre qu'il puisse lui advenir quelque chose. Si Petite Fille ne connaît pas la peur et la prudence, elle ne connait également ni le bien ni le mal. La vie n'est qu'un jeu pour elle, et les jeux ne connaissent pas de règle à son gout si ce n'est celui de s'amuser. Adepte de torture mentale comme physique, Petite Fille est capable des pires horreurs à votre égard et trouve ça très amusant... Et si par malheur vous perdiez la vie dans l'un de ses jeux, elle y verrait juste que le partenaire de jeu que vous étiez à besoin de se reposer, et elle repartirait comme elle est arrivée, adorable fantôme de l'horreur qui sèmera la mort sur un passage d'une beauté inimaginabe.

_________________


Dernière édition par Samaël Samarensis le Mar 9 Nov - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Samarensis
Petite Marionettiste
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
199/399  (199/399)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   Ven 16 Juil - 5:26


Il n'était là que la douce obscurité d'une heure bien tardive, à peine brisée par la quiétude d'une chandelle qui éclairait en douceur cette belle chambre d'enfant. Dans la pénombre, on distinguait une longue chevelure d'une blancheur immaculée aux belles boucles de poupées, une chevelure qui tournait éfrontément le dos à la porte d'entrée comme si jamais personne n'avait pu rejoindre la jeune enfant dans cet endroit qui n'appartenais qu'à elle. En s'approchant, en regardant avec plus d'attention, on pouvait distinguer les gestes gracieux de l'enfant qui faisait danser une belle poupée à son image. Un instant, un regard d'une rougeur effrayante, le sourire d'une enfant qui se plait à jouer à un jeu, et le lourd silence qui règnait fut brisé par une voix mélodieuse, claire, comme teintée de douce déception pardonnée par la bonté de la petite. Mais ce n'était pas elle qui avait prononcé ces mots, ces fines lèvres rosées étaient restées closes, contrairement à celles de la poupée...

- Je pense qu'il n'a plus envie de jouer... Quel dommage, nous nous amusions tant.

La petite fille acquiesse brâvement tandis qu'elle saisit la chandelle pour se lever et s'approcher doucement d'un coin dans la pièce... D'abord un pied, puis une jambe, et bientôt on peut voir celui dont la jeune poupée parlait. Un petit garçon à la chevelure brune qui bataille jusqu'à sa nuque, au regard d'un agréable vert forêt, un petit garçon qui devait avoir six ou sept ans avant que ces yeux ne se fige ainsi pour qu'il ne soit plus jamais capable de les fermer. Son corps est nu, recouvert de dessins tracés finement au poignard qui cloue sa gorge au mur juste derrière lui. Il y a beaucoup de sang mais l'enfant ne se laisse pas perturber, elle se penche doucement et caresse du bout des doigts la joue du petit garçon tandis que la poupée qu'elle sert contre elle laisse à l'enfant un adieu qu'il n'entendra jamais.

- Petite fille te souhaite la bonne nuit... Il lui faut maintenant partir avant d'être punie.

La petite prend alors le poignard du bout des doigts avant de tirer doucement pour que la chute du garçon ne soit pas trop brutale. Il ne faudrait pas que le pauvre se réveille, il est tellement fatigué de cette soirée passée à jouer avec l'adorable enfant qui cache son couteau dans le ruban rouge qui ceinture sa belle robe noire à volant. Une tâche de sang se forme mais elle est ne se distingue pas des belles nuances de la ceinture, et l'enfant quitte la pièce sur la pointe des pieds en tenant d'une main la chandelle, en tenant de l'autre sa jeune poupée pour la serrer contre son coeur battant. Maintenant il lui faut partir avant que la vilaine grand mère ne vienne la punir pour avoir veiller si tard, et qu'elle ne prévienne papa et maman... Papa et maman qui en voulaient déjà assez à leur fille que pour la laisser toute seule à l'hopital quand la maladie l'emmenait doucement, prétextant qu'ils devaient s'occuper du pauvre petit garçon, du pauvre petit frère.

Arrivée dans le couloir, la petite fille contourne cette vilaine grand mère qui n'est jamais venue la voir quand elle perdait peu à peu ses couleurs dans la grande chambre blanche, cette mèchante femme qui voudra la punir si elle la voit de ses yeux transpercés par de longues aiguilles à tricoter. Mais la petite fille est heureuse de voir que la mèchante grand mère reste allongée sur le sol sans le voir, tandis qu'une dernière aiguille passe à travers de cette gorge qui n'a jamais été capable que de dires de bien mèchantes choses à une pauvre enfant malade. Contente de n'avoir pas été repérée, la petite fille descend les escaliers en écoutant attentivement cette télévision que regardait encore les deux parents lorsqu'elle à monté les marches pour venir voir le petit garçon. Pour quitter la demeure, elle doit passer juste derrière eux, et il faudra être bien prudente pour que les deux têtes qui ont doucement roulé sur le sol pour mieux la guetter ne puisse pas la voir et lui lancer ce regard désespéré qui lui jure qu'elle ne survivra pas.

Sur la pointe des pieds, la petite fille s'approche de la porte. Jamais son beau prénom n'est prononcé, elle a ainsi réussi à retrouver la porte d'entrée sans que personne ne puisse être là pour la sermonner. Une fois la porte ouverte, la jeune enfant regarde sa poupée qui lui glisse quelques murmures pour ne pas être entendue des deux adultes qui voudraient la punir.

- Il aimera dormir bien au chaud...

L'adorable gamine sourit et laisse tomber la chandelle sur le sol avant de vite s'éloigner de ses pas discrets. Il ne faudrait pas être découverte après tout ce chemin... Derrière ele le tapis a prit feu, et déjà quelques rideaux s'embrasent pour lui tenir compagnie. La petite fille semble très contente, elle quitte donc la demeure en sautillant gaiement. Elle ne se souvient pas de son passé, elle sait juste que le dossier que l'infirmière aux yeux brulés lui a gentillement donné lui donnait cette adresse.

Lorsqu'elle est arrivée dans cette belle maison, elle s'est faite toute petite d'abord et est allée se cacher dans le grenier jusqu'à la tombée de la nuit... Là haut, quelques albums photos lui montraient son doux visage aux côtés d'un bel homme, d'une femme charmante et d'un adorable bébé. La petite fille a bien regardé chaque photo jusqu'à ce que le soleil se couche, et c'est avec ces belles images imprimées dans l'esprit qu'elle a quitté le grenier où ses anciens jouets ont été rangés lorsque le bébé à grandit et qu'il a prit sa place... La mémoire n'est pas vraiment revenue, il n'y avait que de vagues images, quelques visites de ses parents dans la grande chambre blanche, d'abord assez fréquemment puis plus rarement, jusqu'aux trois derniers mois où elle n'a même jamais revu leurs visages... Elle n'aurait pas dû sortir de l'hopital, elle n'était pas guérie puisque les photos lui donnaient une belle chevelure blonde et des yeux bleus alors qu'elle était plus blanche que jamais et que ses yeux s'étaient vêtu de rouge, alors elle leur pardonnait d'avoir ainsi fait comme si elle n'avait jamais existé. Redescendue du grenier, la petite fille était allé voir ses parents qui regardaient la télévision tranquillement... Sa mèchante grand mère était alors venue et s'était mise à courir vers la chambre où la petite fille reposait quand elle était petite. L'enfant ne l'avait pas laissée entrer, car elle ne voulait pas qu'on l'empêche de jouer avec son petit frère qu'elle n'avait pas vu depuis si longtemps...

Maintenant sûre que son ancienne famille ne l'a pas oubliée, la petite fille veut aller jouer. Seule un somptueux croissant de lune éclaire son chemin mais elle a le sentiment de connaître cet endroit par coeur. Alors elle va dans ce charmant endroit où se promenait son berceau lorsqu'elle n'était qu'un bébé, et elle se glisse doucement sur une balançoire, posant son beau miroir inanimé sur ses genoux. Dans le lointain, elle voit la douce lumière des flammes et déjà se fait entendre le bruit des ambulances, une douce mélodie, elle se balance avec gaieté jusqu'à être interrompue par une voix qui interpelle la petite poupée qui tourne la tête pour observer le nouveau venu.

'' Mais... Ou suis-je encore?. Mais serais-ce?... Mais oui... C'est cela... Un tobogant.... Comme c'est amusant. "

La petite fille continue à regarder devant elle, laissant à son beau double l'observation de l'étrange énergumen qui vient ainsi jouer dans sa pleine de jeu alors qu'il n'est même pas petit garçon. Et la voix de l'homme devient chantante : " Feu, feu... Joli feu... '' Alors la jeune enfant arrête de es balancer et pose à son tour son regard sur l'homme qui chante ainsi son bel exploit. Alors que ses lèvres se bercent d'un sourire discret, la petite poupée parle dans un doux murmure, comme pour se pavanner de cette belle lueur qui brille dans les ténèbres de la nuit et qui fait chanter la mélodie du beau camion rouge qui se débat déjà avec la grande maison.

- Il faisait si froid, là bas...

L'enfant voit l'homme sourire à son tour, et parler sans comprendre les choses... C'est bien la preuve qu'il s'agit d'un adulte, la petite fille sait qu'ils ne peuvent rien comprendre comme tout le monde, ils ont besoin des explications les plus logiques et ne voient jamais la réalité sans qu'on la leur souffle. " Alors tu t'es réchauffée " Sa belle poupée s'indigne alors que l'enfant garde le sourire, il ne faut pas confondre les choses que font la petite, elle n'est pas n'importe qui et elle ne se pare pas ainsi de temps de stupidité... Elle n'aurait pas fait un feu là bas pour se réchauffer si elle comptait venir ici.

- Petite fille n'est pas égoïste ! C'est le petit garçon endormi qu'il fallait réchauffer

L'homme semble comprendre les choses, il regarde le beau miroir inanimé de la petite fille et lui adresse un regard étonné. Il est normal qu'il n'ait pas tout de suite compris, et c'est pour cette raison que l'enfant ne lui en tient pas rigueur, les adultes ne peuvent pas être aussi justes que les enfants, et ils ne peuvent donc s'expliquer les choses de la bonne façon. " Le petit garcon, oui, évidement. Petite fille est une bien bonne enfant. Une bien bonne... Enfant... " A ces paroles le sourire de la petite fille s'élargit et elle acquiesse avant de se lever et de tournoyer un instant dans sa belle robe noir pour poser à nouveau son regard sur la belle lueur des flammes qui s'éteignent doucement au loin. La petite poupée imite l'enfant mais prend à nouveau la parole, d'une voix si calme qu'elle semble proche d'une menace.

- Petite Fille n'est pas ainsi nommée pour toi... Samaël est le nom que tu devras lui donner si tu veux encore jouer avec elle.

L'homme se laisse glisser sur le sol et prend à nouveau la parole, s'habillant de grossierté qui vexe l'enfant et sa poupée. " Samael, bien sur, bien sur. Suis-je sot. Anima semblerait être le mien " Il s'est incliné mais la petite fille ne lui adresse qu'un bref regard avant de retourner à ses flammes, indifférente. La poupée quand à elle garde le silence un instant avant de prendre une voix qui s'habille de vexation et de mécontentement.

- Petite Fille trouve impoli de se présenter par un nom de famille... Petite Fille ne te parle pas de Samarensis mais de Samaël, tu ne seras donc pas son compagnon de jeux.

L'homme semble réfléchir, parle seul tandis que l'enfant et la poupée l'ignorent ouvertement. " Un prénom, un prénom! J'ai besoin d'un prénom... Nathaniel " Il s'adresse ensuite à l'enfant en comprennant enfin qu'il doit être poli s'il ne veut pas finir la nuit seul, parce que l'enfant n'aime pas qu'on face preuve d'impolitesse à son égard, l'enfant aime les belles paroles telles que celles qu'il prononce à l'instant pour se faire pardonner : " Nathaniel est enchanté de vous rencontrer Samaël. Puis-je jouer avec vous ? " Petite fille se tourne alors vers lui et lui sourit, tout comme sa poupée qui s'habille de douceur pour lui faire entendre raison.

- Nathaniel... Il est maintenant trop tard pour jouer, et Petite Fille est fatiguée... Retournons à notre demeure et nous jouerons plutôt demain.

La jeune enfant tend alors la main à son compagnon de jeu, attendant qu'il l'emmène jusqu'à leur demeure. Elle sent alors la chaleur de la peau de l'homme contre la sienne et le suit calmement dans cette pénombre qui s'ouvre devant elle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Samarensis
Petite Marionettiste
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
199/399  (199/399)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   Mar 20 Juil - 3:39

1e phase(niveau 1 à 3):
Lors de cette phase, Samaël n'a pratiquement de pouvoir que sur son miroir inanimé, Sanaël. Capable de donner sa voix à la poupée, son pouvoir lui permet de faire bouger la tête de sa poupée mais ça lui demande beaucoup de force. Avec d'autres poupées elle n'a de pouvoir que lorsqu'elle est sous l'emprise d'une grande colère, mais là encore son pouvoir ne touche que le visage des poupées, mais une fois que son pouvoir se relâche après quelques minutes il lui faut se reposer si elle ne souhaite pas s'évanouïr.

2e phase(niveau 4 à 6):
A ce stade, Samaël a plus d'emprise sur Sanaël et peut donc créer des expressions sur le visage de sa poupée en plus de lui donner sa voix et de parvenir à faire bouger sa tête. Avec beaucoup de concentration, la petite parvient à faire marcher son miroir inanimé mais ça lui demande encore de l'entrainement. Avec les autres poupées, Samaël commence à n'avoir plus besoin de la colère pour les maîtriser mais ça lui demande encore beaucoup de force pour seulement dix minutes à un quart d'heure de pratique.

3e phase(niveau 7 à 9):
A partir de la troisième phase, Samaël maîtrise maintenant parfaitement Sanaël, capable de le faire marcher, courir, danser,... La petite poupée est maintenant plus proche d'un véritable être vivant que d'une poupée. Avec les autres poupées, Samaël n'a toujours de contrôle que pour trente minutes mais elle a apprit à les faire marcher et à leur donner sa voix pour que toutes s'expriment à l'unisson. Si la petite ressent toujours une certainne fatigue après l'appel des poupées, elle est néamoins parfaitement capable d'y résister sans devoir trop se reposer.

4e phase(niveau 10 à 12):
La maîtrise de Samaël étant parfaite avec son miroir inanimé, elle n'entraine plus que sa capacité à user de ses pouvoirs sur les autres poupées. Désormais, elle peut désormais maintenir son pouvoir pendant une heure sans vraiment ressentir le besoin de se reposer.

Phase Maître(niveau 14 et +)
A partir de la phase maître, Samaël n'a plus à s'inquièter de la fatigue, elle est capable de maintenir ses poupées en vie tant qu'elle le souhaite, au même titre qu'avec Sanaël.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prescilia Kacey

avatar

Féminin Nombre de messages : 86
Age : 26
Date d'inscription : 16/12/2007

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2700/3099  (2700/3099)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   Mar 20 Juil - 3:44

Validé!^^ Très belle fiche. Tu peux maintenant commencer à poster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedes.forumactif.com
Nathaniel Anima
Architect Of The Sin
avatar

Masculin Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2825/3099  (2825/3099)
Points de vie:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   Mar 20 Juil - 3:59

Bienvenue parmi nous Minette! =D

J'aurais bien valider ta fiche, mais c'est pas mon travail ici^^

Sur ce bon rp! =D

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ


Rien ne se perd, rien ne se crée. tout se transforme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Samarensis
Petite Marionettiste
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
199/399  (199/399)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   Mar 20 Juil - 6:16

Merci à tout les deux Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Samaël Samarensis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Samaël Samarensis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre de rupture [PV Kelsey Lorgan - Samaël Smith]
» Devoir de Sortilèges ou comment ne pas rougir devant une aussi jolie fille ? [PV Olivia E. Fowler - Samaël Smith]
» — Samaël Llydriëd Mawey ? U.C.
» Samaël
» Il en faut peu pour être heureux [Abygaïl Scavo, Maeva Hellsoft, Samaël Smith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Présentations Des Personnages :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: