Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses

Aller en bas 
AuteurMessage
Aimylia Vayle
The Creator's Whisper
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Niveau:
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses    Dim 22 Jan - 23:48

Prénom: Aimylia

Nom:Vayle

Âge: 22 ans et une minute, si si la minute fait la différence! J'y tiens à la minute, elle me différencie de ma soeur!

Sexe: Féminin

Orientation Sexuelle: Face à la mort tous sont égaux et je ne refuserai nul suggestions qui puissent conduire à un plaisir effroyable et qui de son souffle me feras sentir un plaisir subjuguant mortellement jouissif. Que de décès-sion!

Race: Albinos, qu'est-ce que je puis en dire? Pâle comme la mort, les yeux rouges de sang et un cerveau au potentiel illimitée, qu'aucune force ne pourrait contenir, bref la mort elle-même ne ferait pas mieux. De plus, sur moi fut tester un virus d'essai, qui altéra la structure de mon être, en raison de cela, ma nature Albinos est légèrement altéré et me permet ainsi de paraître plus humanoide que la normale selon les circonstances.

Plus grande peur et Faiblesse personnelle: De voir ce monde renaître de ses cendres comme ce serpent de flammes trop pures et qui souille mon horizon tout en me comblant de plaisir dans son sillage de mort. C'est que si jamais un jour le monde venait à être empli d'une telle quantité de vie, je viendrais à disparaître. Je ne serais ni morte, ni existante. Quelle honte!

Chose la plus précieuse à vos yeux: La mort. C'est la seule amie qui toujours m'accompagnera, nous accompagneras, elle est douce, équitable, elle n'a aucun préjugé, elle aime tout un chacun d'entre-nous la preuve elle finit toujours par nous embrasser un jour et elle tient toujours notre main dans la sienne pour à tout moment pouvoir nous tirer en son giron comme une mère le ferait. La mort, je suis son amante et elle est ma maitresse.

Armes: Toi créature impie tu feras connaissance avec ma Vierge.

Description des Armes: Le maitre d'armes qui forgea cette faux utilisa un alliage secret qui en fit une arme relativement légère pour sa taille. De plus le matériel qui la compose ne s'effrite pas et ne semble jamais perdre de son tranchant. La composition de l'alliage en lui-même est inconnue. J'aurais peut-être dû lui faire demander la recette au forgeron avant qu'elle ne lui enlève la vie? Quoique j'eusse vraiment eu envie de l'aider dans sa noble entreprise...

Pouvoir: Le murmure, il est la représentation d'une capacité mentale sans limites.

Description du pouvoir: Mon pouvoir est le Reflet de ma volonté. Il est d'acier et n'a aucune limite que celle que je décide de lui accorder. Ce pouvoir progresse de concert avec la Mort comme ombre. Il est simple et efficace, mortellement efficace! La profondeur de mon murmure accompagner des virevoltes de mon être amplifie l'effet de mon pouvoir. Les mouvements captent l'attention et attirent le regard et favorise la concentration de la cible. Il en vient même à appeler par-delà la mort les disparus et à les allier sous un même objectif, sous une seule volonté. S'il est complété de sa moitié éternelle, il est difficile de trouver pire comme combinaison. Dans le summum de sa puissance mon pouvoir, en vient même à me consacrer avatar de la Mort et ainsi à accomplir ces froides volontés.

Description psychologique: Qui suis-je? Que suis-je? Je suis le reflet, je suis Aimylia Vayle. Je berce en mon sein la mort de toutes choses. Personne ne peut égaler la beauté de la mort, la mort est sans équivoque. Je suis son reflet, je la calque naturellement. Je suis elle et elle est moi, nous ne sommes qu'un. La vie n'est rien face à la douceur de la mort. L'existence est corrompue, injuste, vile et laide. La mort est équitable, juste et froide, tout comme moi. Tous se plient à sa volonté, à MA volonté. La mort attend chaque âme à la fin de la longue et ardue route qu'est la vie. Pas même Dieu n'est à l'abri de la Faucheuse, pas même Dieu ne serait résister à mon baisé mortel.

La grandeur se trouve dans la mort, dans l'immobilisme et dans le silence. Les vivants pleurent, les vivants souffrent, mais la mort elle... La mort apporte la paix et le sommeil. La mort est emplie de compassion et de pureté. Elle est une délivrance et elle est salvatrice. N'y a'-il rien de plus magnifique que de voir la vie quitter doucement les yeux d'un vivant? De voir ainsi sa vie s'éteindre pour s'élever vers notre mère à tous, une mère aimante et attentionnée. Qui que vous soyez, peu importe ce que vous faites de vos vies... La mort vous attendra toujours sur le pas de la porte, toujours prête à vous accueillir comme seule une mère le ferait.

Description physique: Je mesure 1,67mètre, je suis mince et en forme, je prends soin de mon corps pour avoir l'air soigné si jamais un jour je meurs. Mes cheveux noirs et longs ornent mes épaules telles une couronne de fleurs sombres ornerait un cercueil. Ma peau pâle, que dis-je blanche, contraste fortement avec ma chevelure fournie et soyeuse, comme se ferais la caresse glaciale de l'amant frigorifié. Mes courbes fermes et ma discrète poitrine font de moi une jeune beauté froide et frigide. Mes yeux rouges, aidants à renforcer mon apparence fantomatique, éthérée. Mais il ne faut pas s'y tromper. De mon apparence, je puis être douce, langoureuse et me servir de mon corps ferme aux courbes timides, pour me mettre en valeur, mais je préfère de loin la simplicité, de l'économie de mouvement et de l'efficacité, qui forma mon corps tel qu'il est possible de le voir aujourd'hui. Tout comme mon corps est simple d'apparence, mes vêtements reflètent bien mes états d'esprit. Je porte un petit chemisier blanc accompagner d'une cravate noire qui donne un style d'écolière et d'innocence. Par-dessus ses vêtements de base, j'arbore un tailleur noir simple et dépouillé. Ma jupe courte et plisser complète mon l'habillement supérieur de mon corps. Ensuite, mes longues jambes fuselées et douces, sont recouvertes jusqu'à mi-cuisses par des bas noirs et longs, qui termine leur course dans des souliers noirs fonctionnels et confortables.

Histoire du Personnage: La foule, étouffante, suante et sale, oppressante, me pèse. La Mort elle n'est jamais légion, car on meurt toujours seul. Les vagues de mots inutiles et fastes, ne servaient à rien si ce n'est que d'envahir ses sens de s'endormir, de se perdre. Mais nul sommeil ne sera aussi faste et utile et profond que celui de la Mort. Cette divine amante ne laisse jamais tomber ses amis et le monde est son ami. Ta main jamais elle ne la lâchera, elle s'accrochera à jamais et pour les siècles à venir.

Les spectateurs s'agitaient de plus en plus, le premier acte devait probablement débuter sous peu, un frisson familier me glace l'échine, délicieusement fourbe et hypocrite, que dis-je mesquin! Je sentais, l'émotion enflée et l'attention s'éveiller, mais tout comme la fragilité de l'émotion est une chose si normale, la Mort un jour rendra soucieux ces personnes qui se disent vivante, mais qui ne sentent pas qu'ils ne sont rien d'autre que des Morts en sursis.

Puis, elle sort, elle cette femme terrible, belle tout le monde la suit de son regard, mais je n'y vois là que suffisance et arrogance, je n'y vois là que la dépravation d'une foule à des lieux du message de la scène, des ignorants. Ils sont stupides et refusent de sentir le pesant poids de la Mort sur la foule, mais certains le sentent, car ils semblent nerveux, je les vois recroquevillé, raides et blancs. Je sens leur peur qui perverti mon air et ne précipitant que leur propre fin. Je les méprise, ces hommes et ces femmes ces insectes misérable qui ne voient pas leur fin venir, mais même moi je ne le sais quand cela auras lieu.

Sur la scène se trouve un grand miroir. Il lui renvoie son image, celle de la reine des démons, le premier rôle de cette tragédie. Une rare histoire dans laquelle les gentils ne sont pas victorieux. Elle adore son rôle, elle adore la pièce. Dans ce miroir le reflet semble toujours plus vrai que l'original. Ce miroir reflète sa réalité idéale. Ici, les bons ne gagnent jamais.

La pièce touche à sa fin. Elle se retourne vers la foule entrainée par son personnage! Décidé à faire de sa dernière réplique la plus belle de toutes. Elle se retourne et soudain, son regard croise celui d'un homme, ou plutôt un fantôme, non loin de la porte. Son sang se glace, mais elle ne comprend pas la raison. Ses mots se coincent dans sa gorge pendant une seconde. L'apparition a disparu.

Elle se ressaisit et finalement elle donne son ultime réplique.

— S'ils ne veulent pas se soumettre aux pouvoirs de la reine, tuez-les tous, dit-elle.

Les lumières se ferment. Le poids du silence nous écrase. L'atmosphère s'alourdit, le noir semble s'épaissir... Finalement un son se fait entendre. Un simple petit cri. Un cri qui se repend, un cri qui contamine. Plusieurs lui répondent en écho et bientôt, bientôt je puis entendre les gens hurler. L'odeur du sang me monte aux narines. Les lumières s'ouvrent à nouveau, dévoilant un spectacle d'horreur morbide et sanglant. Autour de moi la foule se déchaine et s'entre-tue.

Sa vision se brouille. Sa tête lui fait atrocement mal et tout commence à tourner. Malgré la douleur elle se sent dériver, entrainée, bercée par les hurlements de douleur et de rage, par l'odeur du sang qui devient omniprésente. Pour la première fois depuis longtemps elle semble se sentir sereine. La cacophonie devint alors mélodie à son oreille. Elle ferme les yeux. Une douleur terrible les traverses. Elle se surprend à savourer le moment. Elle s'effondre sur le sol et puis, plus rien.

Ses paupières battent doucement, elle revient à elle. Le bourdonnement de la ruche ne se fait plus entendre. Elle peut alors entendre un dernier hurlement en provenance de la zone réservée au public et puis le calme absolu.

J'ouvre entièrement les yeux. Mon regard se pose alors sur un tout Nouveau Monde. Toujours étendue sur le dos, la femme se surprend à analyser chaque odeur, chaque son, chaque image et chaque couleur. Un afflux continu d'information se bouscule à l'intérieur de son esprit. J'ai l'impression de tout comprendre, de tout savoir. Tout me semble maintenant bien différent. Mes capacités de perception et d'analyse ont évolué.

Elle sent un morceau de verre écorche sa peau délicate. Elle se relève avec aisance et constate qu'elle s'était effondrée sur le grand miroir se trouvant sur la scène. Elle se retourne et plonge son regard dans ce reflet qui sera désormais le nôtre. Nos regards sont devenus brulants, flamboyant. Un regard rouge de violence. Des yeux magnifiques. Chacune s'attarde ensuite sur les cornes qui au départ fessait partie de son costume et qui maintenant semble bien réel. Ne suis-je pas devenu le reflet de mon idéal? Je fais place à la Reine. J'esquisse un sourire.

Mais la reine n'est qu'une part de nous et elle fera place à notre être originel. Je délaisse son reflet, ou plutôt notre reflet et redevint moi-même. Nos yeux se teintent de vert, ses cornes disparaissent. Nos perceptions changent à nouveau. Mon corps se raidit. Toi, la Reine s'est endormie. Jalousement elle referme sa main sur la mienne protégeant notre éclat, notre cadeau. Cet éclat symbolisant, la vérité et la réalité de la scène, plutôt que son rêve.

Nous nous retournons vers l'endroit où aurait dû se trouver le public. Une révérence et le rideau tombent.


De qui ou d'où avez-vous connu le forum? : Amylia Vayle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimylia Vayle
The Creator's Whisper
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Niveau:
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses    Lun 23 Jan - 1:06

Fiche des pouvoirs


Le murmure ou L'emprise sur la mort:

1ère phase(niveau 1 à 3):
Depuis que je suis tomber malade ce jour lointain, j'ai compris une chose si la volonté peut-être briser eh bien la mienne peut briser celle des autres parfois et faire bien plus encore. Elle amène même jusqu'à la Mort douce amie de nos nuits.

2e phase(niveau 4 à 6):
Ma pensée à dépassé ma langue cette fois, mais mon murmure à rendu quelqu'un a une existence perdu. J'avais songé : -Lève toi et marche! Et dit tout haut: - lève-toi marche! Et le voilà qui se lève et marche... Bizarre non? Mortellement bizarre, oui! Contenu que celui-ci avait les deux jambes briser...

3e phase(niveau 7 à 9):
Ce jour-là , je dansais lentement sous un soleil de plomb et on m'ordonna brutalement de cesser, ne regardant même pas dans cette direction, je murmurai: - Cesse et part... Il cessa et partit, comment savoir si ce fut un hasard ou une apparition nouvelle de mon pouvoir? L'expérience eut la chance de se reproduire ce jour là et je sut que la danse amplifiais le pouvoir. Mon amie froide et glaciale m'avait doter, d'une arme fatal...

4e phase(niveau 10 à 12):
La limite est celle que je choisis de donner, le pouvoir m'obéis car dans ma main se tient sa volonté! La force de mes ordres, fait force de loi, il est dur de me résister et si alors j’amorce une farandole, qui donc pourra me stopper avant la fin?? Si la vitesse de ma danse s'affermit et que mon corps par ses mouvements s’amplifie, le pouvoir plus longtemps est présent et me voilà alors heureuse et comblée de le sentir en moi s'accentuer.

5e phase(niveau 13 à 15):
Je le maîtrise mieux et il me donne maintenant accès à une vision complète de la volonté morbide de mon amante charmante et aguichante au rebord si tranchant. Je la sent virevoltant en mon être m'ouvrant la voie de la conquête. La durée et la force de ma volonté puise à sa source, bientôt je vous aurais tous!

Phase Maître(niveau 16 et +)
Je suis elle, je suis sa maitresse elle est mon amante, à moi elle s’abandonne. Nos corps ne font qu'un et je sent sa main dans la mienne, elle m'accompagne ma douce amie. Elle me dit quoi murmurer que ce soit mon corps qui soupir dans les mouvements ou que ce soit par ma bouche que la Mort viendra. Elle est toujours là présente et tendre, elle me tient en son giron et son murmure est la douce musique de son avènement des promesses de son royaumes d'êtres mourants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Anima
Architect Of The Sin
avatar

Masculin Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 08/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 10
Points d'XP:
2825/3099  (2825/3099)
Points de vie:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses    Lun 23 Jan - 1:11

Et voila le reflet de l'autre. Ah!

Bienvenu sur le forum Aimylia. J'ai l'impression de valider deux fois la même personne à cause de ta soeur et toi... xD

Bref! Sur ce je te valide et te souhaite de passer un bon moment parmi nous!

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ


Rien ne se perd, rien ne se crée. tout se transforme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses    Lun 23 Jan - 14:52

Aimy!!! J'avais vraiment hâte que tu termines ta fiche! =x

Bienvenu sur le forum! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les murmures des mourants sont mélodies nombreuses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fin de Kadhafi?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Présentations Des Personnages :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: