Forum rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un Spectacle Dénué de Sens.

Aller en bas 
AuteurMessage
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 16 Jan - 22:38

Chapitre 1: La Verve.


''Vous ne comprenez don rien!''

Les mains tournées vers son public, les embrassant du regard, les jambes légèrement écarter pour avoir un appui plus solide, la jeune femme, sourire aux lèvres s'amusait à faire la réplique seule. Tous et chacun la prenait pour une excentrique qui venait prêcher des absurdités dans un lieu public dans le but d'avoir un minimum d'attention! Bien qu'il soit vrai que la Reine soit un peu excentrique, bien qu'elle aimait l'attention, elle n'était pas là pour avoir l'air d'une idiote. Le spectacle n'avait pas de sens et c'était en cela qu'il fallait regarder de plus prêt! Ces gens ne savaient dont pas lire entre les lignes? Amusant, frustrant, drôle, que dis-je! Mauvais!

'' Je ne vous fais pas théâtre, je fais théâtre à la verve elle-même! Les mots, les mots, les mots ne sont riens de plus qu'un assemblage de lettre! Ils ne sont riens face à la grandeur de la pensée! Rien face à la subtilité frappante des émotions! La verve n'a pas besoin d'éloge, le mot n'est que faible traduction de l'intensité créatrice, comme destructrice, de l'âme! Je fais théâtre à la verve! ''

Ses mains se croisèrent dans son dos alors qu'elle arpentait de long en large la scène d'un pas exagérer. S'arrêtant soudainement, une main levée, l'air d'avoir une idée, elle se tourna vers son public.

'' Les mots, ne sont que des mot! Mais la verve mérite louange! La verve, l'art d'utiliser les mots dans un schéma d'une complexité qui par sa grandeur et sa beauté, donne aux sentiments une valeur démontrable! Bien que la grandeur ne soit pas atteinte elle est du moins calquer! La verve est un chef d'œuvre! De par cette complexité elle n'en est que plus difficile à manier! S'alliant à la répartie elle est une arme, s'alliant aux textes, elle est poésie! ''

Sa main droite retourna dans son dos alors qu'elle reprenait son manège, marchant, puis s'arrêtant, dos au public...

'' Non, décidément, le mot seul ne sont rien. Le théâtre n'a aucun sens lorsqu'il n'est que mot et parole ne possédant que froideur, pragmatique certes, mais dépourvue de toute humanité! Où est la beauté du théâtre? Où est la verve? Le sens n'est pas lorsque les divers éléments ne sont pas réunie! Le mot n'est que mot. Le théâtre n'est rien avec comme seul outil le mot! Même les actions ne le concrétise pas! Regardez, je ne vous fais pas face. Mais qu'est-ce que cela peut-il bien changer au message? ''

Amylia se retourna rapidement, pivotant sur un pied, reprenant sa position initiale, soit les mains ouvertes vers le public.

'' Vous faites le théâtre en mémoire d'évènement passé, vous faites le théâtre pour dépeindre vos réalités, pour en rire, pour en pleuré! Tout est à l'honneur au théâtre! Tout à l'exception de la verve! Verve qui par magie enchante le théâtre! Tout est à l'honneur à l'exception de l'élément créateur! ''

Son sourire se fit charmeur, grand, beau, d'une intensité brulante, son regard pétillait de plaisir.

'' La verve est un caméléon! Elle se dissimule dans le décor, elle s'insinue, s'infiltre dans le théâtre, dans le monde par les gens talentueux. Elle est une arme et une oeuvre, la verve est... '' Dit-elle en pointant les restes d'un corps. La Reine pouvait presque voir les fantômes de la tragédie qu'elle avait causé quelques mois plus tôt. Elle pouvait les voir crier, s'évanouir. Certains riaient.

''La verve est mortellement belle. Mais rien ne dégage plus d'émotion, qu'un cri déchirant. ''

Faisant courbette à son public imaginaire, la jeune femme fit un pas derrière sa petite robe noire virevoltant autour d'elle . Amylia se laissa tomber gracieusement sur le trône de la Reine. Vestige d'un autre temps.

'' Vous savez, je n'ai pas eue de public depuis très longtemps. Soyez le bienvenue. J'espère que la pièce vous à plus. Vous auriez cependant du applaudir.''

Les yeux mis-clos, cette dernière semblait en transe, fixant un point précis dans l'ombre.

'' Je vous en prie, sortez de l'ombre.''

Vayle releva légèrement la tête.


Dernière édition par Amylia Vayle le Mer 18 Jan - 3:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mar 17 Jan - 20:33

Il était là, parmi les décombres de se théâtre l'observant depuis un bon moment déjà, camouflant son tatouage sous son manteau noir comme la nuit. Il observait chacun de ses gestes, écoutait ses paroles sans ne serait-ce essayer de les juger, elle savait se qu'elle faisait et exprimer son art à travers son jeu. Non elle faisait bien plus que ça, elle était la reine et le publique bien qu’inexistant (si se n'est lui), ses sujets. Elle devait l'avoir remarqué depuis le temps, mais ne faisait mine de rien, désignant de temps en temps un corps tout en défiant et modelant comme elle le souhaitait les règles de la scène. Tournant le dos au publique et prenant plaisir à afficher et dévoiler sa personne. Quand finalement le finale arriva, elle se laissa tomber dans son trône, et interpella Kamina. Lui reprochant de ne pas avoir applaudit il s'exécuta de suite, sortant de l'ombre, sans un mot il laissa finalement son tatouage illuminer les ténèbres révélant ses yeux d'un rouge sang.

Il enjamba les corps en décomposition, le caractère de Kamina avait réellement changé depuis l'apparition du serpent de feux, l'air du changement lui avait ouvert les yeux. Et si il devait trouver sa propre moitié elle pourrait bien l'être, donc il tira un trait sur sa timidité la femme chat l'avait aidé à brisé une partie de se problème. La reine allait être celle qui achèverait sa peur irrationnel des femmes! arriva jusqu'au devant de la scène sans dire un mot continuant d'applaudir lentement, terminant son numéro en sautant sur la scène se trouvant à quelques mètres de la reine. Il plongea son regard dans le sien, avant de mettre un genou à terre s'inclinant respectueusement. Le silence était dur, le silence était une forme d'art, le maintenir et l'entretenir entre plusieurs son pour qu'il retombe toujours plus fort, toujours plus pesant.

Kamina se releva finalement souriant amicalement, tout en essayant de préserver cette forme de respect qu'elle lui inspirait il prit alors la parole laissant son manteau tomber entièrement sur le sol. La marque sur sa poitrine brillait de mille feux, et il semblait avoir réussit à capter l'attention de la reine:

-Se théâtre représente le royaume que je m'apprête à conquérir, une univers sombre, et composé de mort qui n'arrivent pas à comprendre se que sont les choses. Il va falloir remédier à tout cela. Votre prestation m'a impressionné, mais je pense qu'un être tel que vous mérites mieux que se publique n'est ce pas?

Kamina parlait d'une façon complètement détaché, mais on pouvait sentir une certain assurance couplé d'une admiration assez originale. Il étudia les gestes de la reine, puis repris:

-Je suis d'une impolitesse! Mon nom est Kamina, je suis l'être qui ouvrira les yeux au monde et mènera cette humanité égoïste à sa perte. Je rassemblerais les déchus, les ignorés, les incompris, les chassés, les renégats et montrerait à l'humanité que nous ne sommes pas qu'ils pensent! Je suis le bras armé du créateur, et je ferais se qui doit être fait! Vous êtes assurément je ne peux plus en douter la moitié qu'on m'a promis, qui me hante, et que j'efforcerais de combler par des actes!

C'était au tour de Kamina de jouer la comédie, il parlait avec rapidité, fluidité, énergie, et ne perdit aucunement le fil de se qu'il faisait. Il gesticulait comme un véritable comédiens, essayant par ses gestes de montrer ce qu'il ressentait! Il passa à l'acte deux l'illumination, il pressa la marque qui ornait sa poitrine, replongeant son regard en ouvrant sa main devant la reine:

-Il est impossible que vous ne ressentiez l'appel de l’Ouroboros, le serpent de feux qui renaît de ses propre cendre inspirant le renouveau et appelant chacun de nous à se rassembler! Je vous offre la possibilité de venir avec moi pour diriger et créer avec moi une nouvelle erre. L'erre de l'imagination, du renouveau, le dernier acte de l'humanité et le premier de notre espèce!

Puis finalement le finale, s'inclinant de nouveau en tendant la main vers la reine il déclara:

-Voulez-vous me suivre en tant que reine dans cette épopée! L’instinct, et l'appel m'à amener à vous des légions nous attendent quelque part. Ils n'attendent que vous, oui vous la moitié que j'ai choisis pour recréer se monde qui n'est fait que d'injustices!

Kamina s'attendait à un rejet, ce pourquoi il se préparait à bondir ou à esquiver un coup, mais il était décidé à repartir avec elle ou mourir n essayant. La marque commença à s'intensifier faisant apparaître plusieurs images dans l'air, d'abord le parc, puis les les légions de créatures, ainsi que l’Ouroboros dans lequel elle pouvait voir l'ombre ou une moitié du visage du créateur. Kamina intensifiait l'appel, cherchant en elle l'instinct qui la pousserait à ouvrir les yeux sur sa vérité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mer 18 Jan - 20:48

Chapitre 2: Proposition.

Son regard se perdait dans l'ombre épaisse et poisseuse qui s'étendait devant elle. Si chacun des sièges était occupé par de nombreux fantômes de son passé, l'un d'eux du moins, était occupé par un être de chair et de sang. Un intrus parmi ses spectres, un être qui n'avait pas été invité lors de sa dernière grande représentation. Un homme que la jeune femme n'avait probablement jamais rencontré auparavant. Cela n'avait cependant aucune importance. Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pas eue un vrai public, pourquoi s'indignerait-elle de la présence d'un homme qui n'avait pas reçue d'invitation au préalable? Au contraire, elle devait se réjouir de cette présence qui allait enchanté sa journée à un point que Vayle ne pouvait pas même s'imaginer.

Le son caractéristique d'un applaudissement se fit entendre, se répercutant dans la grande salle du théâtre conçue de manière à amplifier les sons. De l'ombre surgit un homme. Amylia le détailla rapidement du regard. Les yeux de l'homme brillant d'une lueur d'un rouge hémoglobine. Il était Albinos c'était bien certain. Cependant le détail qui attira le plus son attention se trouvait sur la poitrine du spectateur. Vis-à-vis de son coeur, un serpent enroulé sur lui-même flamboyait de mille-feu. Un Ouroboros constata-elle. Le simple tatouage semblait vivant, vibrant de force et il éveillait en elle quelque chose d'ancien et de destructeur. La Reine s'éveillait.

L'Albinos continua sa progression lente vers la scène. Il était très droit, l'homme avait une démarche assurée. Amylia ne put s'empêcher de lui donner une certaine prestance. Elle aimait les gens qui avaient de l'assurance. Il semblait savoir ce qu'il voulait, c'était une bonne chose. Intéressée et intriguée, Vayle le regarda monter sur scène sans un mot. L'Albios marcha jusqu'à elle, puis mit genoux au sol et plongea son regard dans le sien. L'homme savait tenir un regard profond et il le faisait avec respect. Il avait su apprécier la grandeur de la Reine. Le silence tomba. Un silence emplit de sens, un silence d'une grande beauté.

La marque sur le coeur de l'homme se mit à briller avec une intensité redoublée alors qu'il laissait tomber son manteau, dévoilant son torse en entier. Les yeux de la Reine glissèrent tranquillement sur celui-ci, l'étudiant avec de plus en plus d'attention. Il fallait dire que l'Ouroboros était mystérieusement attirant. Elle ne pouvait encore l'expliquer, mais sa faim s'éveillait à un rythme frénétique. Le gout du sang lui monta à la gorge, mais elle n'en fit pas de cas, pas encore du moins.

Finalement l'Albinos se releva, souriant. Sans pour autant perdre son assurance il entama la conversation. Ce dernier ne cachait pas du tout son admiration pour elle et pour sa manière de faire le théâtre. Peut-être avait-il compris le sens profond des mots de la Reine? Ses paroles intriguèrent la jeune femme. Il semblait avoir compris à un niveau qu'elle ne croyait pas possible. Il était vrai qu'elle méritait plus que son public fantomatique. Pourrait-il la sortir de son ennenui?

Ainsi il se nommait Kamina, elle aima la sonorité et le mariage des lettres. Un beau prénom. Il se présenta comme un messie. Comme un roi qui allait diriger une armée composée de leur semblable contre les hommes. Il se disait le bras du créateur? Cela paraissait invraisemblable. Elle aurait repoussé quiconque lui aurait dit pareille absurdité. Unifier des monstres sanguinaires? Combattre les humains dans une guerre ouverte? Cependant, Kamina ne semblait pas fou. Cependant, Kamina était intriguant. Il possédait une verve impossible à ignorer. Il parlait avec éloquence et il y avait cet Ouroboros sur sa poitrine. Cette chose qui semblait vouloir la pousser au meurtre et au bain de sang. Amyla avait l'impression qu'elle pourrait perdre contrôle sur sa faim à tout moment.

Il marquait un point. Vayle avait de la difficulté à détourner le regard de l'Ouroboros. Le plus fou était qu'il semblait que ce tatouage n'était que la représentation de quelque chose de beaucoup plus grand... Kamina avait saisis complètement l'attention de la Reine comme personne n'avait été en mesure de le faire.

Finalement il lui proposa de devenir la reine de ce royaume qu'il se disait vouloir construire. N'avait-elle pas toujours aspirée à être la Reine de toute chose? Cependant, il était bien trop tôt pour se prononcer sur la question. Amylia ne connaissait pas l'homme. Un homme qui parlait de lui-même comme l'instigateur d'un nouveau monde. Il parlait d'un créateur, d'un créateur qui aurait même promis à Kamina qu'elle serait sa moitié? Non, malgré son éloquence il ne faisait que fabulé.

Et si cela n'était pas le cas? La marque sur le coeur de Kamina s'illumina de plus bel, projetant des images qui eurent un effet de renouveau. Elle vit la moitié d'un visage, d'un visage qu'elle croyait avoir déjà vu... Celui d'un spectre. Était-ce le créateur d'on Kamina parlait? Oui, il était beaucoup trop tôt pour se prononcer.

Vayle détourna le regard du tatouage et plongea un regard écrasant dans celui de l'homme. Elle croisa les jambes. Le silence revint peser sur la scène une nouvelle fois. Le visage de la Reine exprimait légèrement la crédulité. Ses yeux se faisaient de plus en plus inquisiteur, son regard de plus en plus lourd. Amilya le jugeait d'un regard royal, cherchant une faille dans la conviction de l'homme, cherchant une trace de folie. Mais le visage de Kamina n'exprimait rien d'autre que son désir et sa conviction.


'' Vous êtes éloquents, je ne puis dire le contraire. Vous avez de la verve, je ne puis dire l'inverse. ''

La Reine se releva avec grâce. Elle s'approcha de l'Albinos et passa à côté de lui sans un regard. Cette dernière fit le tour de l'homme et s'arrêta derrière lui. La jeune femme marqua une pause et revint face à l'homme avant de reprendre. Sa robe tournoyant toujours autour d'elle. Ses yeux verts se teintaient légèrement de rouge.

'' Je me nome Amylia Vayle. Je suis la reine de ce théâtre. Soyez le bienvenue. '' La Reine relava légèrement sa robe et fit une courte révérence.

'' Il y avait longtemps que je n'avais eu un être de chaire comme public. Il y avait encore plus longtemps que je n'avais pas rencontré quelqu'un avec pareille assurance. ''

Elle s'approcha de l'homme et posa un doigt sur son tatouage. La Reine caresse délicatement l'Ouroboros. Le contacts fut brulant. Amilya releva les yeux pour regarder ceux de l'homme.

'' Vous êtes un fou. Pour venir ainsi vous présenter à moi et m'offrir le monde sur un plateau d'argent. Vous devez êtres fou ou incroyablement amoureux.'' Dit-elle alors que son sourire se faisait magnifique et charmeur.

'' Cependant... ''

Amylia posa entièrement sa main sur le coeur de l'homme et le repoussa.

'' La Reine n'est pas facile à impressionner.''

La jeune femme se mordit légèrement la lèvre inférieure en joignant les mains.

'' Vous semblez me connaitre. Mais je ne sais pas qui vous êtes. Vous me parlez d'un monde qui n'est pas mien. D'un créateur qui n'est pas mien. Quel est cette folie? Croyez-vous que je vais prendre ainsi votre main? Ceci est folie, mais peut-être avez vous raisons.

Amilya referma l'écart entre elle et son interlocuteur. Vayle se fit douceur et s'approcha de lui. Elle posa ses mains sur le torse de l'homme. Toute prêt, elle se mit sur la pointe des pieds et approcha ses lèvres de l'oreille droit de l'homme.

'' Comment puis-je vous faire confiance? Comment pourrais-je vous croires? Qui êtes-vous vraiment Kamina? '' Chuchota-t-elle.

Elle revint poser entièrement ses deux pieds au sol et déposa sa tête sur l'Ouroboros. Un nouveau sourire vint trôner sur son visage. Durement elle repoussa Kamina à nouveau avec une nouvelle force. Ses yeux étaient maintenant pratiquement complètement rouge.

'' Je suis Amylia Vayle. Je suis la Reine, mais malgré votre verve, vous n'avez rien du roi que je j'attends. La promesse de votre créateur ne me regarde en rien.''

Vayle se tourna dos à l'homme et se regarda dans son miroir.. Elle plongea son regard dans celui de son reflet. La Reine s'éveilla complètement. Deux cornes firent leur apparition sur sa tête, sa couronne. Ses yeux prirent entièrement la couleur du sang.

'' Je suis intriguée et las d'ennuie.''

La jeune femme se retourna vers l'homme.

'' Faites voir à la Reine ce monde que seul vous pouvez voir. Prouvez la véracité de votre verve. Prouvez à la Reine que vous méritez sa présence et son attention. Montrez-moi Kamina, montrez-moi votre royaume. ''

Les yeux flamboyant, la reine tendit la main à Kamina.


Dernière édition par Amylia Vayle le Lun 23 Jan - 3:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mer 18 Jan - 22:03

Kamina laissa son regard pénétrer le siens, il se laissa approcher, il la laissa l'analyser le découvrir le dévorer des yeux. Il sentait la faim, et l’instinct que les membres de leurs races avaient en eux, la sienne était comparable à aucunes autres, elle se rapprochait de celle de l'élus en plus subtile et moins sauvage. Chacun de ses mouvements dégageaient une grâce, et une puissance qui en écrasait presque Kamina. Il la laissait parler sans même songer à lui couper la parole, il se laissait envahir par la magnificence de la reine sans pour autant se laisser dominer. Elle le poussa doucement une fois, lui arrachant un sourire amusé, puis il la laissa se coller à lui, perdant son regard qui avait viré au rouge. Se rouge si délicat, si sanglant, se rouge qui à la fois l'attirait et l'effrayait. Il ne réagissait pas, elle était la reine et il était pour l'instant un objet de convoitise et d'interrogation. Elle le repoussa une deuxième fois, beaucoup plus durement, la reine montrait son véritable visage. Un visage magnifique, un visage aussi angélique que démoniaque, la reine parfaite.

L'albinos était au bord de la scène désormais, se remémorant son nom, se nom qui faisait trembler chaque parcelle de son corps. Il représentait sa beauté et son originalité, "Amylia Vayle". Elle l'invitait à se montrer au grand jour à son tour, elle lui demandait de lui prouver se qu'il était vraiment, de se révéler au grand jour une bonne fois pour toute. La marque illumina le corps de Kamina soulevant quelques mèches de cheveux, révélant entièrement son visage, ses yeux étaient désormais encré dans ceux de la reine. Débordant d'admiration, de respect, et de détermination, reflétant sa volonté de fer. Il en ferait sa reine, quitte à lui céder une part de lui même, son sang bouillonnait, une ardeur et un charme qui n'avait jamais été siens au par avant prit le dessus. Chacun de ses pas s'approché de ceux d'un roi, dégageant une grâce certes bien inférieur à ceux de la reine, mais amplis d'une virilité et d'une puissance qui était uniquement sienne. Il sentait se qu'elle voulait, elle voulait tel un animal goûter à son sang , mordre sa chaire, mais comme lui elle semblait réussir à contrôler ses pulsions. Kamina attrapa sa main avec douceur, ne perdant sous aucun prétexte son regard, il commença alors à parler:

-Vous le sentez, cet instinct si puissant, cette chose qui vous caractérise! Ce sentiment de puissance qui fait de vous la reine, comment pourriez vous l'ignorez! Vous me qualifiez de fous, que répondre mis à part... vous voyez juste tel une reine. Oui, je suis fous, fous à lié de vous, de mon devoir, de ce monde qui est nôtre! Je ne laisseras personne se dressez sur notre chemin, vos priorités passeront avant les miennes car je sais quelles ne mèneront qu'à l'amélioration de mon oeuvre!

Kamina la tira à elle sans la brusquer, l’emmenant sur son torse une nouvelle fois prêt de cette marque qui la réchauffait et qui l'appelait à laisser la reine la vraie, dévoiler sa vraie nature. Celle d'un être évolués et supérieur. Il murmura dans le creux de son oreille quelques mots:

-Je m'excuse d'avance, cet acte est peut être brusqué et indigne d'une reine, et d'un être de votre qualité mais je veux que vous le ressentiez vous aussi. Cette faim de puissance, et cette soif de pouvoir qui nous mènera à nous hisser au dessus des autres membres de notre espèces. Car notre instinct est unique, notre pouvoirs nous reviens de droit!

Soudainement il se défit de son étreinte ne lâchant pas pour autant sa main, il laissa un sourire gracieux et vainqueur se dessiner sur son visage. Et décida finalement de lui révéler une partie de son être, elle pouvait lire dans ses yeux la franchise, et toujours cette même détermination qui en aurait écraser plus d'un:

-La différence distincte entre vous et moi, c'est que je suis devenue roi, je suis devenue un être majestueux! Vous se qui vous rends d'une certaine façon plus précieuse, et plus importante c'est que vous êtes la reine depuis votre naissance. Vous êtes destiné à devenir l'un des êtres dominant de se monde! Et s'est pourquoi je vous ai choisis! Vous Amyia Vayle, reine de l'aube du changement!

Kamina espérait avoir toute son attention, il ne montra aucun signe de faiblesse ou de doute, la marque illumina une bonne fois pour toute le théâtre et son corps. On aurait dit une illusion sortant de nul part, un être de lumière, un être à la limite du divin. Mais bien sûre tout cela n'était qu'apparence. Ouvrant grand les bras vers le ciel attirant de nouveau la reine sur son torse, il approcha son cou de sa bouche. Tenant cette fois-ci ses deux mains rebaissant les bras, il la tenait doucement, mais été décidé à ne plus la laisser partir. Son corps dégageait une chaleur attrayante, et une puissance qui invitait et agrandissait la puissance et l'appel de la reine. Kamina glissa finalement ses derniers mots d'une voix douce, et rassurante, avec une pointe de conviction:

-Mordez ma chaire, buvait mon sang, nourrissez vous de mon énergie de ma puissance! Laissez l'appel dicter vos actes juste en cet instant, je le sens, vous la voulez, mordez moi, et buvez! Ainsi nous serons lié à jamais. Laissé couler mon sang en vous, et vous serez tout de moi... mes forces, mes faiblesses, mon ambition, mon passé, ma conviction!


Dernière édition par Kamina le Jeu 19 Jan - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Jeu 19 Jan - 0:59

Chapitre 3: La Décision.

L'attente se faisait difficile. Si l'horloge du théâtre aurait toujours fonctionné, elle aurait probablement indiqué six heures. L'heure de sa renaissance, renaissance qui avait eu lieu ici, sur cette même scène. Cette fois il semblait à Vayle qu'elle embrasserait à nouveau les délices de la royauté. Les délices du renouveau, de l'actualisation. Depuis si longtemps elle attendait ici. Depuis si longtemps la Reine attendait que le monde la reconnaisse comme étant la seule souveraine valable. Bien qu'Amylia savait pertinemment qu'aucune reine ne la valait, mais jusqu'à maintenant elle n'avait régné que sur ce théâtre et ses fantômes... Au fond d'elle-même, la jeune femme savait qu'elle avait toujours été destinée à plus que cela, destiner à un public beaucoup plus grand... L'idée était folle, mais la possibilité était là, si Kamina avait raison... Si vraiment il était le Roi qu'elle attendait...

L'idée était folle. Son ennui pesait depuis bien trop longtemps se dit-elle. Cependant, dire qu'elle ne ressentait pas l'appel du serpent aurait été un mensonge. Sa faim grandissait à mesure que les secondes s'écoulaient. Les idées qu'avaient fait germer Kamina en elle éveillait sa soif. Une soif de pouvoir impossible a étancher. Elle était la Reine. La Reine d'un théâtre vide, la Reine d'un public imaginaire. Lui, il avait la marque. Ce serpent qui lui donnait faim, cet Ouroboros qui faisait naitre de plus en plus de pulsions destructrice... Kamina avait quelque chose qui la faisait vibrer d'une émotion impossible à déchiffrer. Oui, c'était vrai depuis bien trop longtemps son ennui pesait sur elle... Il représentait pour elle un nouveau jouet, une nouvelle source de distraction. Un Roi peut-être? Pas encore, non, pas encore. Il avait cependant tout ce qu'il fallait pour le devenir. Il possédait le pouvoir et cela était impossible a réfuter.

Elle fut tirée de ses pensées par le contacte de la main de Kamina. Il savait être plein de douceur malgré la force qu'il dégageait. Il savait aussi très bien comment parler à la Reine. Une fois de plus cette dernière eue l'impression qu'il la connaissait par coeur. L'Albinos traduisait son émotion en employant toujours cette verve que la Reine chérissait tant.

Soudainement elle se retrouva attiré dans les bras de l'homme. Normalement elle se serait indigné, elle se serait débattue, mais pas cette fois. La Reine pouvait sentir le regard brulant de l'Ouroboros, la marque tatoué sur le coeur de l'homme. Cela était apaisant, très apaisant. Amylia ce surpris même à vouloir arrêter le temps pour quelques minutes. Il l'avait déjà sortie de son ennui. Pourquoi ce serait-elle offusquée? S'il avait raison, s'il pouvait vraiment lui donner tout ce qu'elle voulait alors pourquoi l'aurait-elle repoussé? Une certaine note vengeresse traversa son esprit. Qu'il me mente pensa-t-elle, qu'il me mente et il mourra pour cet acte.

L'étreinte se relâcha, la Reine tourna légèrement sur elle-même comme dans une danse. Replongeant son regard dans celui de l'homme. Jamais personne avant n'avait été en mesure de soutenir ainsi son regard sans plier. Personne n'avait su lui promettre avec autant de force ce qu'elle désirait le plus. Le regard de Kamina était franc et fier, tout comme le sien. Il savait ce qu'il faisait et amusé, Amylia prenait part au jeu. Vayle avait presque oublié les joies du théâtre à deux.

Une fois de plus il ouvrit la bouche. Il avait raison. Amylia avait toujours été une reine. Cependant, quatre petits mots vinrent déranger un peut sont bien être. Une touche de colère et de défis vient s'ajouter à son regard. La Reine n'en fit pas de cas, laissant l'homme terminer avant de faire la remarque. Il avait le pouvoir, mais il n'était pas encore Roi. Elle devait le lui faire comprendre.

La Reine fut à nouveau attirée dans les bras de l'homme. Il lui prit délicatement les deux mains et approcha sa nuque. Amylia eue un frisson de plaisir. Elle pouvait entendre le sang de l'homme battre et elle avait faim, si faim... La proximité du petit Ouroboros n'aidait en rien la jeune femme à contrôler sa faim. Puis Kamina l'invita alors à gouter sa chaire. Sa faim se faisait de plus en plus sourde, un désir profond de s'abandonner s'éprit d'elle.


'' Je suis la Reine... Je suis la seule à décider de mon destin. Vous ne m'avez pas choisi Kamina. '' Lui souffla-t-elle doucement à l'oreille.

Elle posa ses lèvres sur la nuque de son interlocuteur, goûtant sa peau avant de se mordre la lèvre pour s'empêcher de passer à l'acte tout de suite.

'' Si je décide de vous mordre, vous serez mon pantin. Vous ne m'avez pas choisi Kamina, votre créateur à tord. Je suis la Reine et je suis seule maitresse de mon destin. Non, vous ne m'avez pas choisi, si je vous mords, vous serez mon objet, ma propriété. Vous vous dites prêts à tout me donner Kamina? ''

Sa respiration se fit plus lente, sa faim de plus en plus forte l'empêchait presque de réfléchir. Elle ressentait le sang battre avec force dans le corps de son nouveau jouet.

'' Vous ne m'avez pas choisis Kamina... Je vous aie choisis.''

La Reine planta avec force ses crocs dans le coup de l'homme. Le gout la fit pratiquement fondre sur place. Son coeur battait de plus en plus rapidement. Le temps c'était bel et bien arrêté autour d'eux. Elle savoura avec une joie féroce et un plaisir atroce chaque goûte de la vie de Kamina. Cette fois Amylia pouvait vraiment sentir toute la puissance de l'homme.

Le sang de la jeune femme se mit a bouillir alors qu'une suite d'image commença à déferler dans son esprit. Elle le vit lui, le créateur... C'était bien lui, le spectre de la tragédie. Elle en était maintenant certaine. Elle vit le créateur s'approcher d'elle avec un sourire paternel. Il lui toucha la main puis il se dissipa pour devenir l'Ouroboros, le serpent gigantesque de flemme détruisant tout sur son passage. Son regard enflammé se posa sur elle... Un regard hypnotique...

Amylia fut ramenée à elle par une sensation de brule. Là où le créateur lui avait touché la main dans sa vision, une réelle brulure prenait la forme de l'Ouroboros. La Reine relâcha son emprise sur la nuque de Kamina avant de le repousser légèrement. Vayle plongea son regard dans celui de l'Albinos.

Elle mordit une fois de plus sa lèvre gorgé de rouge. Une petite goûte du précieux liquique rouge s'en échappa.


'' Vous êtes dignes Kamina... Mais il vous faudra encore mériter votre couronne. ''

La Reine lui offrit sont plus magnifique sourire.

'' Donnez-moi le monde. ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Jeu 19 Jan - 17:57

Kamina la laissa exprimer son avis, elle disait être seule et unique maître de son destin, qu'elle l'avait choisit, et non pas l'inverse. Se genre d’égaux aurait dégoutté l'ancien Kamina, mais le nouvel être qu'il était s'en délectait. Une point de mélancolie apparue en lui, des images de sa mère et de son frère qu'il avait épargné apparurent. Se combat qui avait marqué son premier grand choix, et que la première réalité qui lui avait éclaté au visage. Ils étaient différent, né d'une humaine pour devenir un être supérieur, tel avait choisit le destin et il ne lui en voulait pas. Il irait jusqu'au bout, surtout si la reine maintenait son choix.

La morsure le ramena brutalement à la réalité, se n'était pas doux, mais cette sensation était loin d'être désagréable même pour Kamina. La sensation de laisser son pouvoir couler, partager se qui allait être un fardeau. Car les élus seraient les cibles de l’humanité, mais se fardeau les rendaient et les rendraient encore plus fort. Désormais elle savait tout de lui, comme si ils ne faisaient qu'un. Soudainement elle se décrocha de sa nuque, repoussant une nouvelle fois Kamina, lui demandant ce qu'elle avait déjà. Non, il ne fallait pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, et s'est pourquoi sentant son corps se régénérer grâce à la marque qui brillait d'une lueur douce et protectrice. Il se permit d'approcher de la reine, l'énergie qui émanait de lui diminuait, n'ayant plus rien à prouver et voulant économiser son pouvoir il se permit d'essuyer la petite goûte qui glissait le long de sa bouche. Répondant sur un ton calme mais d'une franchise qui le caractérisait:

-Le monde vous appartiens déjà ma future, il vous faudra juste être patiente, ce n'est qu'une question de temps. Mais soyez en sûre, je ne peux échouer si vous me soutenez! Je vous livrerez se monde quoi qu'il en coûte mais j'ai une requête à vous adressez!

Kamina lécha la goûte de sang qu'il avait récolté, puis reprenant un teint beaucoup plus dynamique et sincère il lâcha sans peur:

-Si vous... non si JE deviens votre roi il faudra que vous respectiez une chose. Si l'appel, cette soif que j'ai pus étancher temporairement en vous refais surface. Vous ne devez pas vous en prendre à l'un de nos sujets, appelez moi, et j'arriverais. Il vous suffira de d'un geste ou d'un regard pour que vous puissiez vous nourrir de mon sang... de ma chaire!

Kamina n'avait jusque là joué que le rôle d'un quémandeur, d'un enfant qui désirait faire ses preuves, d'un fous qui osait faire et dire se que d'autres n'auraient jamais essayé. La on pouvait sentir une sincérité, et un profond sentiment de doute. Il ne doutait pas d'elle jamais il n'oserait remettre sa parole en cause! Mais il doutait du nouveau peuple qui allait naître. Le peuple de l'espoir, de la renaissance! Il s'était jurer d'en protéger le plus possible, et de tous les sauver de cette vie qu'aucun ne méritaient! Il ne vouait pas leur offrir un cadeau empoisonné, ils allaient devoir les sauver de l'humanité, et les protégé d'eux même! Il reprit soudainement son air originale, laissant un profond et splendide sourire illuminer son visage. Il continua finalement en se détachant de sa future:

-Pour en revenir au monde, laissez moi vous amener au berceau de l’Ouroboros! Là nous attend nôtre peuple, là nous attend nôtre destinée! Prenez ma mains et je vous y emmènerez, vous protégeant pour l'éternité! Si vous acceptez ma requête bien entendue.

Kamina lui tendait la main alors que la lumière réapparut, faisant naître en elle de nouveau l'appel. La blessure de Kamina n'était pas fermer, et si elle voulait de nouveau goûter au sang qui coulait sur son torse, ou même mordre de nouveau dans son cou. Mais surtout la marque l'appelait à le rejoindre, la marque voulait réunir les deux élus et ça Kamina le savait. Avant qu'elle ne se décide il reprit brièvement:

-Le monde vous attends.

Kamina avait retrouvé sa puissance, sa royauté, sa force, il se sentait revivre sentant qu'il allait enfin pouvoir commencer les choses sérieuse à ses côtés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Ven 20 Jan - 1:43

Chapitre 4: La Condition.

La Reine savourait avec un plaisir qui se renouvelait sans cesse, l'instant présent. La morsure qu'elle avait pratiqué sur Kamina avait éveillé quelque chose d'ancien et de nouveau à la fois, chez elle. Amylia semblait mourir de soif au prêt de la fontaine du pouvoir. La jeune femme sentait chacun de ses sens ce décupler. Ses instincts aussi d'ailleurs. Vayle avait peine à rester calme, elle avait envie de sortir pour provoquer un bain de sang mémorable. La Reine subissait une autre renaissance grâce au sang de Kamina. Cette nouvelle source de pouvoir, cette marque qui venait de faire son apparition sur sa main droite... Il y avait aussi la connaissance qu'elle venait de gagner et la promesse qui venait de lui être fait. Le théâtre était maintenant bien loin dans son esprit. Ses yeux brulant ne voyaient que Kamina et sa marque. Entre la Reine et le monde il n'y avait plus rien, plus rien du tout. Le sang de son futur roi lui avait ouvert les yeux sur un futur resplendissant. Sur un futur de reine. Un avenir qu'elle c'était toujours sut destinée.

L'homme s'approcha d'elle à nouveau, il essuya délicatement la goutte de sang qui coulait le long des lèvres de la Reine. Le geste la fit légèrement frémir de plaisir. Kamina savait être si doux tout en dégagent une force qui s'approchait de la sienne. Un roi se devait d'être fort. Peut-être même était-il plus fort qu'elle? Pour le moment du moins... Amylia était maintenant convaincu que de rester avec lui l'aiderais à développer ses pouvoirs au-delà des limites du possible. Après tout, il n'y avait aucune limite au pouvoir de la verve, aucune limite à l'Éloquence Divine.

Kamina ouvrit la bouche. Il avait donc une requête? Une condition pour elle, la Reine? Une nouvelle fois une note de colère s'alluma dans ses yeux. Personne ne formulait de conditions mis à part elle-même. L'Albinos n'avait pas encore respecté sa promesse que déjà il formulait des demandes... Alors qu'elle allait ouvrir la bouche pour formuler son indignation, le regard de la Reine croisa la marque qu'elle possédait maintenant. La colère en elle monta d'un cran encore. Amylia se mordit encore une fois la lèvre inférieure pour s'empêcher de parler. La création d'un royaume nécessitait des sacrifices. Elle prit alors la décision de le laisser terminer avant d'agir.

L'Albinos formula sa requête. Il aimait son peuple, c'était évident. Peut-être aimait-il encore plus son peuple qu'elle? Cela restait à voir. L'hypothèse ne resta pas longtemps en suspend puisque l'homme lui proposa ensuite de lui offrir sa chaire et son sang à chaque fois qu'elle avait faim. Son peuple contre son être? Il s'abandonnait corps et âme à la Reine, mais était cependant incapable de la laisser blesser son peuple. La perspective ne la réjouissait pas réellement. Pourquoi diable protéger des serviteurs? Pourquoi était-il prêt à ce sacrifier pour son peuple? N'avait-il pas de fierté? D'un autre côté, cela signifiait pour elle que la Reine serait toujours en mesure de s'abreuver directement à la source du pouvoir et que cette source n'appartiendrait à personne d'autre qu'elle...

La Reine était mitigée. Devait-elle accepter la requête? Peut-être pourrait-elle utiliser son éloquence pour forcer l'homme à revenir sur ses mots? Cela était faisable. Faisable, mais hors de question. Non, il y avait beaucoup plus en jeu. Il y avait son royaume. Cependant, il était toujours possible de tourner la proposition à son avantage. Un aire légèrement menaçant se dessina sur son visage alors que l'idée germait. Kamina allait pouvoir lui prouver à quel point il était prêt à tout pour elle. La Reine était maitresse de son destin, cela était une certitude absolue.

Amylia s'éloigna légèrement de son interlocuteur et se retourna avant de croiser les bras, la jeune reine avait maintenant l'air offusqué.


'' Vous ne m'avez pas encore donné mon royaume que déjà vous formulez des requêtes. ''

Elle se retourna l'air triste, une larme perlait prêt de son oeil droit.

'' Vous ne comprenez rien Kamina. Vous n'avez pas encore de couronne que déjà vous me contraignez? Que suis-je pour vous? Un simple trophée à montrer à votre peuple?''

La jeune femme alla se blottir dans les bras de Kamina et posa sa tête sur le coeur de celui-ci. Elle entoura ses bras autour de la taille de l'homme et se pressa un peu plus contre lui.

'' Aimez-vous plus votre peuple que moi, la Reine? Vous êtes prêt à vous sacrifier pour votre peuple... ''

Un sourire carnassier se dessina sur son magnifique visage.

'' M'aimez-vous vraiment Kamina? ''

Elle défit son étreinte et plongea son regard dans celui de l'homme. Doucement elle caressa le torse de Kamina du bout des doigts sans le quitter des yeux.

'' Prouvez-le moi. ''

L'expression entière de son visage changea pour devenir celui d'une jeune femme amoureuse. Elle joinit les mains ensemble.

'' Mon roi. Prouvez-moi que votre amour n'est pas mensonge. Cette requête... ''

Une ombre de menace vint alors planer sur son visage qui se glaçait doucement.

'' Cette requête sera respectée à une condition. ''

Elle fit un pas vers son amant.

'' Si jamais vous me refusez quoi que ce soit.... Si jamais vous n'êtes pas présent à mes côtés lorsque ma soif s'éveillera... Votre peuple mourra. Jusqu'au dernier. Je m'abreuverais du sang de chacun d'entre eux et ce jusqu'à la dernière goûte. Suis-je claire? ''

La Reine fit un nouveau pas pour se blottir à nouveau dans les bras de Kamina.

'' Ne faites pas pleurer la Reine où vous perdrez tout. ''

Amylia releva la tête, son regard ce fit charmeur. Elle approcha ses lèvres de ceux de l'Albinos.

'' Respectez ma condition et je serais vôtres. '' Souffla-t-elle avait de déposer délicatement un baisé sur les lèvres de son amant.

Doucement elle fit un pas derrière, le sourire aux lèvres. La Reine lui tendit une nouvelle fois la main avec un air invitant. Une pointe de défis dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Ven 20 Jan - 17:17

Kamina la laissa jouer se qui semblait être une comédie, ses mots faisaient mal, et elle se comportait comme si elle ne savait pas se que Kamina ressentait envers elle. Il lui suffisait de lire son être, il lui en avait donné le pouvoir après tout! L'albinos afficha une mine qui semblait légèrement intrigué. Elle s’interrogeait sur son amour, sur son peuple, sur les raisons de sa venue? Il ne lui avait pas donné son sang juste pour le plaisir de se faire trouer la peau, s'était un acte d'union qui faisait d'elle la reine suprême, et lui un futur roi si elle le voulait. Le contacte de son visage, de ses doigts, de son corps en générale sur le siens éveillait en lui un sentiment de puissance et d'assurance. Alors qu'elle imposait sa condition un sourire mauvais comme jamais il n'en avait eu, étira ses lèvres, elle était prête à massacrer tout un peuple par caprice. Elle était la reine après tout, il fallait peser chacun des ses actes, et surtout ne jamais la décevoir. Pourrait-il la changer un jour, diminuer l’ego démentiel qui la rendait si amusante, mais en même temps si dangereuse?

Il accepta son étreinte lui rendant chaleureusement, quand soudain alors quelle se livrait à lui dans un dernier souffle ses lèvres entrèrent en contacte avec les siennes. Un choc électrique parcouru le corps de Kamina, après tout elle était la première femme qui l'embrassait, qui plus est elle n'était pas n'importe quelle femme! Elle était sa princesse, qu'elle accepte ou non elle lui appartenait, et il ne la laisserait jamais tomber, il était prêt à vendre sa chaire pour son peuple, mais pour la reine il donnerait son peuple et ça il allait lui faire comprendre. Elle se retira finalement, se moment qui avait semblé éternel se termina. Elle lui lança un regard défiant, qui se percuta encore une fois à se regard plein de détermination, les paroles de Kamina sortirent finalement, fluide et sincère il s'approchait lentement d'elle:

-Vous remettez en doute ma parole, mon amour, ma raison de vivre! Votre condition n'a même pas besoin d'être accepter, votre volonté est un ordre! Je ne veux plus jamais vous voir verser une larme, sauf pour jouer la comédie bien entendue. je suis prêt à donner ma chaire pour protéger mon peuple, mais pour vous je donnerais le peuple!

La folie était l'invitée de Kamina permanente, mais elle semblait par moment faire surface sous des formes bien étranges. Il attrapa la main de la princesse avec toujours autant de délicatesse, mais cette fois-ci il ne l'attira pas à elle, il se colla à elle, Plongeant son regard plein de folie, d'envie, et d'énergie dans le siens. La marque sembla laisser son énergie les envelopper n'aidant pas Kamina à maîtriser ses pulsions, mais qu'importe il en mourait d'envie de toute façon! Il approcha sa bouche de sa nuque, la goûtant tout comme elle avait fait, posant ses lèvres dessus. L'envie de planter ses crocs dans sa chaire était grande, mais elle pouvait le sentir en lui, il ne se comportait pas ainsi pour ça. Il remonta jusqu'à son oreille lui murmurant comme si il n'existait rien d'autres qu'eux deux:

-Votre condition est acceptée, elle sera respectée quoi qu'il m'en coûte, je réaliserais vos souhaits les plus cher, et ne laisserais personne, je dis bien personne vous offensez! Soyez mienne, et ainsi tout cela sera possible.

Il déposa à son tour un baiser sur ses lèvres, essayant de faire durer l'instant le plus longtemps possible, laissant son autre main caresser sa hanche, la remontant doucement comme si il pouvait la casser en allant trop vite. Il ou elle se détacha finalement, Kamina reprenant ses esprits s'excusa:

-Pardonnez mon audace, j'aurais du attendre votre accords avant de laisser aller mon instinct.

Kamina souriait, ne pouvant quitter les yeux de sa reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Sam 21 Jan - 23:00

Chapitre 5: Le Désir.

Kamina était maintenant devant un choix crucial qui allait déterminer l'allégeance de la Reine dans le monde qu'il s'était fait promettre par son créateur. Il pouvait soit mourir sur place soit mettre son peuple en péril. La Reine ne revenait jamais sur une parole donnée. L'Albinos allait l'apprendre d'une manière ou d'une autre. Rien n'avait plus de valeur qu'elle, absolument rien. Si l'homme désirait devenir son roi alors il devait être en mesure de tout sacrifier pour elle. Rien n'avait d'importance, il n'y avait qu'Amylia et le reste du monde. Sa vie valait plus que celle de tous les autres. Peut-importe qui ils étaient, qu'ils soient son peuple ou ses ennemies. Le monde lui appartenait et chacune des âmes qui l'habitaient aussi. Elle était la Reine de toutes choses. Si Kamina désirait devenir son roi il allait devoir le comprendre et l'accepter. Sans quoi, avec la nouvelle force qu'elle avait acquise, Vayle bâtirait son monde sans lui, avec un autre roi. L'Albinos l'avait animé d'une nouvelle faim. D'une faim qui la poussait maintenant à vouloir encore plus tout posséder. Surtout que maintenant Amylia en avait le pouvoir et la capacité.

L'homme s'approcha lentement d'elle parlant à nouveau. Sa réponse fit sourire Amylia, Kamina avait fait le bon choix, il était tombé dans les griffes de la Reine. Il était siens. L'Albinos avait scellé son destin et celui de son peuple. À jamais il appartiendrait à la Reine. L'abandon était total, il se livrait totalement et lui donnait la quintessence de son être. Bien sûr que tu me donneras ton peuple pensa-t-elle, le sourire aux lèvres.

L'Albinos pris la main de Vayle, acceptant l'invitation de cette dernière, il se colla à la reine et plongea son regard amoureux dans les yeux d'Amylia. N'était-elle pas réellement la personne la plus désirable du monde? Le sourire de la jeune femme pris de l'ampleur. Un grand et magnifique sourire. Kamia posa tendrement ses lèvres sur la nuque de la jeune femme. Amylia pouvait sentir le pouls de son amant s'accentuer. Il la désirait, c'était palpable. L'Oroboros s'illuminait à nouveau, intensifiant le pouvoir des pulsions. La Reine eue envie de mordre à nouveau la chaire de son roi, mais se retint. La Reine frémit de plaisir.

Vint ensuite la réponse de l'homme au baiser qu'elle lui avait laissé plus tôt. Légèrement surprise par la fougue de l'homme, la Reine accepta le baisé avec un certain plaisir. Il n'y avait plus aucune demi-mesure possible. Il lui appartenait. Elle avait gagné, encore une fois. Cela était prévisible, bien entendu. Rien n'était jamais laissé au hasard et chacune des réactions étaient toujours prévues par la Reine. Oui, elle avait gagné une fois de plus.

La Reine déposa un doigt sur les lèvres de Kamina pour le faire taire. Son regard se fit invitant et elle déposa un second baisé, plus petit sur les lèvres de l'homme, comme une signature.


'' Vous avez fait le bon choix, mon roi. ''

Amylia resta blottit contre l'homme quelques secondes, savourant sa victoire. Elle se détacha ensuite de lui, le regardant, les yeux pleins de désirs. Ses joues légrèremenet rosé lui donnait un air amoureux.

'' Il y avait si longtemps que je vous attendais Kamina... Sans vous j'étais seule, si seule... ''

La Reine pris la main de l'homme. Amylia lui fit son plus magnifique sourire.

'' Mon roi, il me tarde de voir ce monde, notre monde. ''

La jeune femme tourna légèrement son corps en direction de l'arrière scène.

'' Mon roi, j'ai si hâte que de voir le monde comme seul vous pouvez encore le voir. Il me tarde de partager avec vous cette vision. ''

Amylia revint vers lui rapidement, se collant à l'homme elle releva la tête et souffla doucement à l'oreille du monstre.

'' Mais avant... Avant. Il nous faudra passer par mes appartements... ''

À nouveau un sourire invitant se dessina sur ses lèvres alors que ses joues se teignaient de rouge une fois de plus. Tu es à-moi pensa-t-elle, tout à-moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Dim 22 Jan - 0:35

Alors qu'elle se blottissait contre lui, Kamina s'égara au loin, comme si son esprit avait été aspiré par une force inconnue. Des images de son passé, des voix indéchiffrables mais dont on pouvait reconnaître les tons. Quelques bribes de paroles revenaient, heurtait Kamina, mais un rire dominait le tout un rire féminin. Alors qu'il pensait en avoir finit avec elle voilà qu'elle revenait le hanter. Deux lames s'entre choquant, et beaucoup de sang dominait sa vision. Kamina avait faillit périr se jour là, un monstre pas si fort avait finit par l'envoyer à terre. Mais alors que se dernier s'apprêtait à l'achever sous la froide pluie qui martelait son corps ensanglanté. Kamina fut sauvé à la dernière secondes, deux lames s’entrechoquant tranchèrent la tête de la créature. le visage de son sauveur? Une sauveuse, vêtue de noire elle dominait Kamina lui lançant un regard intéressé. La vision s'arrêta par une caresse sur la joue, et le fait qu'elle lèche son sang.

Revenant à la réalité, une nouvelle fois réveillé par les baisés de sa princesse il s’arrangea pour paraître attendris, dissimulant son appréhension. Tout cela était si étrange? Pourquoi se rappeler de ça maintenant? L’Ouroboros brillait de mille feux désormais! Les paroles de la reine l'atteignait malgré le fait qu'il sache parfaitement qu'elle exagérait avec joies ses propos. Mais cela lui faisait plaisir qu'elle se donne tant de mal pour être sûre de sa fidélité, qu'il se laissait prendre au jeu, lui rendant chacun de ses baisés, qu'ils soient cours ou non ils devaient être savourés, dégusté, et surtout jamais ignoré! Elle voulait voir se monde qui était leurs, sa soif de pouvoir grandissait sans s'étancher au fur et à mesure que la marque scintillait. Elle serait dangereuse, mais aussi tellement utile, elle serait la raison pour laquelle il voudrait voir l'espèce humaine disparaître. Un sourire haineux apparue, qu'un seul de ses humains osent ne serait-ce toucher un cheveux de la reine et ils ne pourraient plus jamais prétendre être l'un des leurs, tellement leurs corps seraient mutilés .

Elle se collait, et décollait de lui, tendit que se dernier ne bougeait pas un muscle. La laissant disposer de lui comme elle le voulait, mais à attiser son instinct elle risquait d'obtenir un résultat dangereux. Jusqu'à se qu'elle franchisse se qui parut être une invitation à la pulsion la plus animale du monde, la reproduction! Aussi appelé le sexe quand il ne s'agissait que d'un jeu. Se qui était le cas ici présent, du moins s'est se que Kamina avait comprit, et il n'allait pas se faire prier. Lui répondant sur un ton rassurant et amusé:

-Et bien passons, de toute manière nous avons notre temps! Tout nôtre temps!

Il planta son visage une nouvelle fois dans son cou, sentant son parfum si agréable, l'envie de la mordre était toujours présente, mais il ne fallait pas inverser les rôles. Elle était celle qui avait besoin d'énergie non l'inverse. Sans prévenir il l'entraîna délicatement jusqu'à ses appartements, la tenant par la main, il alla même à la porter quand il fallait monter des escaliers se justifiant par un simple:

-Vous n'avez pas à vous fatiguez...

Il pouvait sentir la tête de la reine entre la marque et sa nuque, elle voulait encore de son sang, il lui en donnerait si elle en réclamait il lui en restait bien assez. De toute façon il se régénérait plus rapidement avec son nouveau pouvoir. Une fois dans se qu'elle appelait ses appartements il la déposa sur le lit, préservant cette délicatesse qui le caractérisait. L'énergie de l'appel, celle de la faim, ne pouvait plus attendre. Il l'embrassa de nouveau, glissant quelques mots:

-La faim, j'ai faim d'amour, j'ai faim de vous, je ne peux plus la contenir.

Il la dominait sur le plan physique, il l'avait allongé sur les draps et se maintenait au dessus. Il baladait ses lèvres sur son corps, remontant progressivement jusqu'aux siennes. Son regard était de nouveau planté dans le sien après cette série de caresses, de baisés, et tout simplement de tendresse. Il était tellement rare que des créatures, ou simplement des gens puisse se détendre, prendre du bon temps. Tellement rare, que cela en faisait presque un privilège de roi et reine! Rien que cette idée l’incita à intensifier son acte, allant même jusqu'à découvrir l'une de ses épaules. Il baisa de ses lèvres cette partie si tendre et pâle de la reine, il faillit cette fois plus que d'habitude y planter ses crocs. Elle pouvait les voir sortie mais il détourna le regard, se concentrant sur son visage. Lui aussi était à croquer, mais pas de la même façon, Kamina ne rougissait pas, ne montrait aucun signe de faiblesse, la vision de son passé était loin maintenant! Rien qu'elle et elle seule comptait à présent, il souffla une dernière fois à son oreille en caressant le bassin de la reine:

-Vous êtes la reine Amylia Vayle, et je serais votre roi je vous en fais la promesse! Si l'envie vous en prends vous savez comment étanchez votre faim...

Sa bouche était tellement prêt de sa nuque, qu'elle pouvait sentir les vibrations de ses mots, il testa la peau de cette dernière la goûtant d'une façon animale. Laissant sa langue suivre l'une de ses veines, avant qu'il ne recommence à l'embrasser. Laissant la marque développer leurs instincts. Son corps vibrait, il la voulait pour lui seul, il la voulait tout de suite et maintenant. Sauf si cette dernière le repoussait, mai alors dans se cas ça serait fatale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 23 Jan - 1:51

Chapitre 6: Le Miroir.

Dévoré par un profond et incontrolable désir, porter par la pulsion de vie, la Reine laissa l'homme l'entrainer avec énergie vers ses appartements. Amylia savait très bien ce que Kamina avait en tête, n'avait-elle pas provoqué d'une certaine manière cette tournure d'évènement. Bien évidemment, elle ne le savait que trop bien. Vayle était d'une rare beauté, la Reine était incroyable désirable et elle le savait. De plus Amylia savait très bien comment se mettre en avant plan de manière sensuelle. User de ses charmes pour obtenir tout ce qu'elle désirait était une action parfaitement normal et naturel. La Reine n'était pas seulement très belle, Amylia était mue d'une manière d'être qui induisait le désir et l'envie. Dans une situation comme celle-ci, après une telle proposition et de telles actions, il aurait été plus qu'improbable que Kamina ne cède pas aux manipulations de la jeune femme. Qui l'aurait pu de toute manière? Et puis il y avait cet Ouroboros qui n'aidait en rien, décuplent la faim sous toutes ses formes ainsi que les pulsions. Cela était dur à expliquer, mais la vision de ce serpent éveillait réellement des instincts puissants et primaire. Peut-être n'y avait-il rien à comprendre en fait. Peut-être que poser des questions en cet instant était inutile? Probablement, pour une rare fois, la Reine n'avait pas réellement la tête à la réflexion.

Elle se laissa prendre par l'homme qui la porta dans les marches. Il était galant c'était bien certain. Une attention qui plaisait à la Reine. Amylia était friande de ce genre d'attention qui lui donnait l'impression d'être encore plus importante et précieuse. Une Reine n'avait pas à s'épuiser inutilement. Kamina l'avait bien compris. Il semblait avoir de plus être fait de l'étoffe d'un roi digne d'elle. Quoi que pour être réellement digne d'elle, Kamina avait encore beaucoup de chemin à faire. Il ne suffisait pas simplement de la porter ou d'être délicat. Il n'avait pas encore sa couronne et elle n'avait pas encore son royaume. Être fait de la trempe des rois et en devenir réellement un, étaient deux choses bien différentes l'une de l'autre. Ne restait plus qu'à savoir si Kamina allait passer de prétendant à roi véritable. Amylia avait une kyrielle d'idée pour déterminer quel serait l'issu, mais l'a encore, le temps n'était pas à pauser ce genre de question. Il y avait autre chose de très important en jeu...

Kamina la déposa délicatement sur le lit avant de prendre place au-dessus de la Reine. Il l'embrasait avec une passion sourde et soutenue. Décidément, il craquait encore plus vite qu'Amylia ne l'aurait imaginée. Cela lui donna l'impression d'être encore plus désirable. Vayle adorait énormément les compliments et les actions de l'homme provoquaient le même effet. Il était certain que l'homme avait un talent particulier pour la faire se sentir belle et désirable. Un autre plus pour celui-ci, car la Reine aimait plus que tout être le centre de l'attention, que dis-je, du monde.

Les caresses de l'homme faisaient grimper rapidement la température et l'envie. Le désir de l'homme, mais aussi celui d'Amylia était palpable. Cette dernière s'abandonnait doucement en répondant à chacun des baisés et des caresses par de petits frissons de plaisir. Il fallait dire que la jeune femme n'avait pas eue ce type de relation depuis qu'elle avait vécu sa renaissance. Si elle passait à l'acte, cela serait aussi sa première fois en tant qu'Albinos. Ses nouvelles perceptions rendaient la chose beaucoup plus agréable, ses sensations poussées à l'extrême. Elle dut avoué être exaltée.

La Reine avait envie de mordre la chaire de son amant une nouvelle fois, plus que jamais. La fontaine de pouvoir était toute proche... Son désir grimpa encore alors que l'homme lui disait qu'elle pouvait étancher sa soif. Le problème était que sa soif était impossible à étancher... Oui, elle mourrait de soif au prêt de la fontaine. Cela avait toujours été ainsi avec elle. La Reine leva les yeux vers la porte de la salle de bain. Un large sourire se dessina sur ses lèvres. De dire qu'elle n'était pas excitée aurait été un mensonge, cependant...

Ses joues étaient teinté de rouge. La jeune femme planta ses ongles dans le dos de l'homme avant de lui arracher un baisé langoureux. Vayle planta son regard désireux dans celui de son partenaire. Puis elle le renversa pour grimper sur le dessus. Amylia s'arrêta une seconde pour observer le roi. D'un doigt elle commença à caresser doucement le torse de l'homme alors que de sa main gauche elle remontait légèrement sa robe en bougeant son basin comme si elle dansait.


'' Vous êtes quelqu'un de passionné Kamina... ''

La Reine se pencha sur lui pour l'embrasser à nouveau.

'' Mon roi... Ne croyez-vous pas cependant qu'il est un peu tôt pour se laisser aller au plaisir charnelle? Après toute reine doit savoir se faire désirer... ''

Amylia releva un peu plus sa robe s'en arrêter ses petits mouvements de bassin.

'' Me désirez-vous vraiment à ce point? Au point de succomber aussi facilement aux charmes de la Reine?''

Vayle se mordit la lèvre inférieure, ses joues devinrent encore plus rouge.

'' Votre passion est contagieuse... Votre fouge est entrainante... Ma faim atteint des sommets qui jamais n'ont été égalés... Votre désirs est transmissible... ''

Une fois de plus elle se pencha sur l'homme approchant ses lèvres de la nuque de l'homme, elle murmura.

'' J'ai envie de vous. ''

Subitement elle retira sa robe. Il ne restait de ses vêtements que sa lingerie de dentelle qui laissait dévoiler chacune de ses formes avec précision. La jeune femme posa alors un doigt sur la bouche de Kamina.

'' Cependant... Une reine doit se préparer. ''

Elle embrassa l'homme une ultime fois avant de descendre lentement du lit.

'' Je ne serais pas longue. Soyez patient et vous ne le regretterait pas. '' Fit-elle, un magnifique sourire aux lèvres. La Reine lui envoya un baisé volé.

D'une démarche des plus sensuelles la Reine se déplaça vers la chambre de bain et ferma la porte. Amylia retira entièrement ses sous-vêtements. Elle plongea son regard dans son reflet et refit sa peignure sans dire un mot. Chose faite, Vayle tendit sa lingerie vers son miroir.

'' Il est tout à-toi. ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 23 Jan - 2:49

Kamina ressentait son excitation, il ressentait le désir de la reine mais pourtant il sentait en elle une certaine retenue. Non pas qu'elle n'en avait pas envie, mais elle avait une idée derrière la tête et ça elle n'avait pu lui cacher. Alors que Kamina la contemplait de sa position dominante, il sentit les ongles de la reine pénétrer sa chaire, et comme si elle ne voulait rien entendre coupla avec un baisé plus qu'intense. Le roi était plus que satisfait, il la laissa prendre le dessus, le plaquant sur le lit en faisant jouer ses atouts. Elle semblait danser sur lui, révélant une partie intéressante de son corps petit à petit. Ses paroles amusées toujours autant Kamina, elle était si désirable, si envoûtante, et en même temps dans son monde. Elle était la femme qui lui fallait, une reine qui savait mener les gens, une reine qui saurait comment lui remonter le morale, une rien qui saurait être reconnaissante à sa façon. Chacun de ses baisers étaient un présent, chacune de ses caresses un délice, elle était bien bonne avec lui. Les paroles qu'elle prononça avant d'enlever sa robe le firent frémir, son corps était magnifique lui rendant ses caresses fasciné par ses hanches.

Mais soudainement un doigt inquisiteur stoppa Kamina dans sa délectation, elle savait se faire désirer, et y prenait plaisir. Il la laissa partir lui rendant son baisé volé. Une fois que la porte se ferma, il fit plus attention à son environnement. Tout était rangé, cadré, couvert de couleurs teintes d'or se fondant avec la mystérieuse noirceur. Cette chambre était à l'image de la reine, mystérieuse, mais en montrait suffisamment pour savoir à qui on avait à faire. Kamina se releva, s'approchant de l'immense fenêtre donnant sur une partie de la ville, perdant son regard dans se champ de destruction. Un sourire malveillant décora son visage, tout ça lui appartenait, quoi qu'en disent les autres, qui qu'on que osera s'opposer à lui périra de sa main. Mais alors qu'il semblait savourer une chose qui n'était pas encore sienne, ses souvenirs refirent tous surface. Le visage de la femme qui riait aux éclats, de cette femme qui pour sauver Kamina l’emmena loin. Tellement loin, qu'il ne se souvenait plus combien de temps il lui avait fallut pour revenir. Encore une fois les images étaient floue et des éclats de sang semblaient refaire surface sans arrêt!

Mais alors que tout revenait petit à petit une voix s'adressa clairement à lui, se n'était pas celle du maître et encore moins celle de sa princesse. S'était une voix pourtant familière, des yeux de panthère vert émeraudes envahirent son esprit alors que les paroles prenaient finalement forme:

Petit Kamina devient grand et fort, le petit et frêle albinos que j'ai sauver de la mort commence enfin à savoir parler aux femmes! Mais ou est passé le Kamina que j'ai sauvé? Tu te laisses guider par un homme qui prétends être ton créateur, et tu te permet de vouloir dominer se que tu appelais autre fois abomination? Quoi qu'ils te disent, tu es indigne du titre que l'on t'accorde, et surtout il y a quelque chose que tu as oublié... oui quelque chose de tellement effrayant que j'ai du le sceller en toi! Cette chose qui m'à coûté si cher que je ne peux plus me déplacer! Et je la sens remonter en toi de plus en plus intensément alors permet moi de te dire ne plus abuser de cet "appel", sinon tu le regretteras!

Les apparitions et la voix s'arrêtèrent alors que les crocs du roi devenaient plus affûte, et ses yeux prenaient une sombre teinte le rendant effrayant. Mais alors qu'il semblait devenir se qu'il avait toujours méprisé, il se remémora l'image de la reine, cette image si douce et puissante. Il ne prononça aucun mots, reprenant le dessus en chassant cette chose, son tatouage avait brillé d'une lueur bien trop meurtrière pour qu'il l'a trouve attirante. L'albinos avait tué pour le simple plaisir de tuer autre fois, Kamina avait faillit devenir l'un de ses choses qu'il maudissait tant. Et une femme avait essayé d'en profiter, jonglant entre cette rage instinctive, et sa timidité maladive. Elle l'avait payé de sa vie, du moins Kamina le croyait, oui elle était morte qui pouvait survivre à un arrachage de tête?! Son imagination, son subconscient essayait peut être de l'arrêter, mais qu'importe il chassa toute ses idées se rallongeant sur le lit.

La marque reprit cette teinte affectueuse et attirante, il était de nouveau prêt à recevoir la reine. Il attendait allongé sur le lit les pieds touchant le sol, le visage exprimant la frustration. Quand soudain la porte s'ouvrit, alors l'expression de Kamina changea du tout au tout, un visage et un regard n'exprimant que le désir, la volonté, et l'amour qu'il lui portait. Elle était si belle... Son souffle et son coeur s'accélérèrent tandis que l'instant semblait interminable! Il ne voyait que cette porte ouverte, qui le poussa à se lever sans pour autant quitter sa position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimylia Vayle
The Creator's Whisper
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Niveau:
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 23 Jan - 3:12

Une silhouette lentement, glissa du néant et de la noirceur d'une ombre ténue. On voyait comme une tâche s'élargir, elle sortait des ténèbres entourant Amylia, c'était comme si deux personnes pouvaient être contenues dans l'ombre d'une seule. Comme deux feuilles de papier si minces, que la première semble seule jusqu'à ce qu'un doigt découvre celle du dessous. Le phénomène avait lieu en silence, nul bruit ne parasitait la scène si ce n'est les soupirs d'un amant languissant dans une chambre, pièce où aurait bientôt lieu une communion auquel nul ne s'attendait. La seconde forme pris soudain des dimensions autres que 2D, elle prenait corps et c'est une exacte même réplique, que dis-je un clone qui se détacha lentement du vide.

C'était comme si la réalité venait d'être entailler dans sa longueur, comme si un moule découpait dans le vide et l'ombre, un nouvel être humanoïde. Puis cette silhouette parfaite, élégante, froide, fit un pas, puis un second comme pour éprouver une liberté longuement désirer. Comme si la silhouette, que dis-je, la femme renaissait du vide. C'était comme si la danseuse venait de se désynchroniser des mouvements de sa partenaire, qui auparavant donnait l'impression d'être seule. L'illusion était achevée, elle prenait fin...

Une jumelle se tenait maintenant sur le côté droit de sa soeur. Si semblable, que si n'eussent été vêtements, nul n'aura pu d'aucune façon les différencier. Tout y était, la pose, la silhouette fine, la marque sur la main droite en forme d'Ouroboros. S'il avait fallu qu'une personne compte chacun des pores de la peau de ces deux jeunes femmes brulantes et magnifiques, il n'aurait pas été possible de trouver une différence. C'est dans leur coeur que la différence résidait, mais ce soir, la différence était enfouie. Kamina, ne s'apercevrait de rien, comment aurait-il pu, deux êtres si identiques que même l'un se regardant un miroir ne pouvait savoir si c'était bien elle ou bien l'autre.

Le silence fut brisé par une phrase, net et perverse sortant d’une bouche souriante qui semblait grandement s'amuser de la situation au détriment de son consort de l'autre pièce. Cette voix disait qu'il lui appartenait à elle. Qu'elle pouvait en faire son inéluctable chose, qu'on lui donnait carte blanche. Elle sortait de l'ombre, mais également de l'ombre de sa soeur. Enfin, elle saurait ce que c'est que de s'amuser. Ce que c'est de vivre, elle aurait droit à sa folie à elle. Sa soeur n'avait émis qu'une règle, il ne doit pas mourir. Logique, mais elle ne saurait que dire si la Mort décidait de choisir de lui prendre sa vie. Elle ne lutterait pas contre, son ambition n'était pas le monde comme sa soeur elle, elle était complète, réaliser car elle avait accepté l'absolu. Elle marchait main dans la main avec lui.

Lentement, elle enleva ses vêtements un à un, les laissant doucement tomber sur le sol. Il prit alors même les intonations de la voix de sa soeur et dit: — Il est donc à moi ainsi soit-il. He will beg me to stop it once before the end of the night shall i need to accept? Elle parlait dans un murmure, lent clair et glacé. Elle n'attendait pas de réponse, elle savourait ce mortel désir, cette pulsion dévorante. Elle sentait la faucheuse à son côté, elle percevait sa respiration sifflante, celle d'un mourant, celle d'une mélodie atroce. Une fois complètement nue, elle enfila les sous-vêtements de dentelle blanche que sa jumelle lui tendait et le charme opéra.

Là debout se tenait non plus Aimylia Vayle, mais bien Amylia Vayle, la reine. Qui brulait d'une beauté non plus glaciale, mais bien chaude, enveloppante, elle était flammes! Elle était à son meilleur au summum de sa magnificence. La royauté brillait dans son regard. Elle le voyait dans le reflet de son image. Les yeux de sa jumelle lui reflétaient une image uniforme. Et elle sentit alors le violent désir lui brulé les veines, son cœur se mettre à battre plus, fort, et sa pensée à s'affoler, la marque venait de ravir sa maitrise d'elle-même décuplant, la tentation, et les pensées perverses de la jeune femme.

Elle se retourna une ultime fois vers jumelle, désormais nu et lui conseilla de l'attendre, nul mot ne fut nécessaire, le regard suffisait et dans le sien on pouvait y voir un miroir, celui de sa jumelle. Sens, se décuplaient alors qu'elle avançait avec une lenteur calculée vers la porte de cette salle de bain miteuse d'une salle de théâtre jonché de cadavres froids figés dans un rictus et des poses artistiquement orchestrer dans le besoin théâtral d'en découdre avec les pièces insignifiantes. Le petit courant d'air de la salle d'eau, à peine perceptible deux minutes plus tôt, suffisait à la faire se hérisser de plaisir. Un froid frisson dans son échine, qui l'émoustillait, le contact de la poignée de cette porte usée avec sa main délicate, lui permit d'apprécié au toucher, le passage du temps sur le métal policer par la poussière des ans.

Elle percevait chaque odeur avec acuité et voyait les détails même du grain du bois de la porte. Un instant d'éternité parfait, suspendait le temps et l'espace et les secondes, s'égrainait comme des siècles. Comme sa sœur avait dit, il fallait savoir se faire désirer pour être pleinement apprécié. Sa détermination, s'amplifiait alors qu'elle choisissait à l'avance comment elle en viendrait à le dominer pour tout lui prendre et garder ainsi sa superbe, pour le rendre servile et reconnaissant, car après tout chaque fois sa sœur devrait subir les assauts impétueux de ce jeune fou, ce seras elle qui se ras mandaté pour maintenir l'illusion, non?

Elle ouvrit lentement la porte prenant une position suggestive mettant en valeur ses jambes fuselées et ses fesses merveilleuses galbées. Elle amplifia, le balancement de son bassin et exagéra son déhanchement tout en se mordant la lèvre inférieure. Tandis que c'est ses mains se faisait caressante à la fois la courbe naissante de ses seins fermes et de l'autre, effleurant du bout de son index, la nuque de son amant passionné. Elle plaqua ensuite, son corps près de lui, veillant à ce que sa poitrine se presse contre ses bras agités de désir. Puis lentement, elle fit mine de se retirer, et ce bien avant que ses bras ne puissent la toucher, puis elle le contourna, et vint de son souffle chaud et humide, lui caresser la nuque.

Elle s'agenouilla sur le lit derrière lui et entrepris de lui masser les épaules, doucement et avec une délicatesse de fée. Puis elle approcha, ça bouche près de son oreille et lui dit avec toute sa volonté: — Prends-moi mon Roi! Elle conclut l'invitation, l'ordre par une morsure bestiale sur son lobe d'oreille gauche, qu'elle ne put s'empêcher de tirer vers le bas alors qu'il était pris en tenaille entre ses dents délicate et immaculée.

La marque de sa main alors s'enflamma d'une lueur de passion et le flot de plaisir submergea ses sensations et celle de son amant... Kamina, ne pourrait faire la différence entre les deux à ce moment Aimylia était Amylia!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 23 Jan - 16:30

Kamina préservait son sourire de satisfaction, elle se dévoilait à lui toujours avec cette même dentelles qui laissait peut de place à l'imagination, mais pourtant les choses étaient bien différente. Alors qu'un léger froid avait envahit la pièce, la température grimpa à une vitesse ahurissante, sa reine se tenait devant lui. S'approchant en faisant sensuellement jouer ses atout , attisant les pulsions du roi. Pourtant, il s'efforçait de les maîtriser, ne voulant pas déballer son cadeau trop rapidement. La reine semblait savoir jouer, plus que se qu'elle avait laissé paraître, une femme pleine de surprises que Kamina ne pouvait s'empêcher de découvrir avec bonheur. Essayant de ne plus penser à rien mis à part sa reine, et se qu'elle lui réservait, il savoura le contact de sa poitrine sur son buste. Sentant le doux et froid contact de son doigt caressant sa nuque, l'albinos tel un pantin désarticulé ne faisait rien, laissant la reine guider le balle.

Les choses intéressantes débutèrent finalement quand cette dernière se posa derrière lui, baladant ses mains sur son dos le massant comme si cela était utile. Il n'aurait pu être plus décontracté, quand soudain quelques mots arrivèrent au creux de son oreille, couplé au souffle envoûtant de sa muse. Ils eurent l'effet d'une bombe remuant son être, elle n'aurait pu être plus directe et attiser l’appétit de Kamina d'une meilleur façon. Alors qu'elle commençait à mordre son globe droit, son sourire passa de la satisfaction à l'amusement le plus totale. Alors qu'elle mordrait avec fougue son oreille, Kamina sentit un mince filé de sang couler le long de son globe pour finalement lentement perler sur son épaule. Il se défit sauvagement à son tour des mâchoires de la prédatrice, pour plonger ses lèvres dans les siennes. Le geste était d'une précision effrayante, mais d'une sauvagerie envoûtante, il caressait le corps de sa reine avec délicatesse, faisant le contours de ses hanches du bout des doigts. Il ne prenait encore aucun gros risque, pourtant chacun de ses souffles, chacun de ses actes, chaque regard servaient de réponse à la reine. Ils signifiaient "Vos désirs sont des ordres!"

Alors que Kamina s'approchait subtilement des seins de son amante, il arrêta de l'embrasser plantant son regard dans le sien, il n'y avait pas besoin de mots, seul les gestes comptaient à présente. Un sourire sauvage se dessina sur son visage, couplé avec un regard affamé. Il plaqua son corps contre le sien, la plaquant avec sauvagerie sur le lit. Aucun mal ne lui était fait, non Kamina n'oserait jamais il tentait juste de reprendre le contrôle de la situation. Il laissa de nouveau ses lèvres baisés sa nuque, sa respiration était étrangement mesuré pour commencer, mais elle pouvait la sentir s'accélérer au fur et à mesure des caresses. La marque de Kamina réagissait à celle de la reine, enveloppant les deux être dans une aura bestiale très agréable, le sang du roi bouillonnait sur place . Il reprit un peu de hauteur par rapport à sa reine, puis l'embrassa une nouvelle fois, plus rapidement il fallait l'avouer, s'était comme une marque de respect lui montrant qu'il n'oubliait pas qu'il n'y avait pas que son corps à ses yeux. Du moins pour l'instant...

L'albinos replongea cette fois-ci beaucoup plus bas, s'arrêtant à la limite de l'élastique du linges de dentelles, à partir de cette limite qu'il ne bravi pas encore il remonta son estomac lentement, tâtant de ses lèvres la délicate chaire de sa reine, jusqu’à cette poitrine qu'il trouvait si agréable. Le fin habit de dentelle avait fait son temps selon Kamina, il ne dénia même pas lancer un regard à la reine, et arracha le soutien gorge de la reine avec ses crocs. Révélant ses seins parfait, ni trop gros, ni trop petit, à l'image de a reine ils étaient parfait. Alors qu'il laissait une nouvelles fois ses mains parcourir ses hanches, il les laissa glisser jusqu'à la petite culotte de la reine. Collant son buste musclé contre sa généreuse poitrine, il lui donna un baisé langoureux.

Pour Kamina ils étaient seul, il ne retenait pas ses faibles gémissements primaires de plaisir et n'essayait pas d'aller trop vite tel un enfant gâté. Il voulait savourer se moment, ne jamais l'oublier, s'imprégner de son odeur et de sa sensualité. Il voulait la voir à ses côtés pour l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amylia Vayle
The Creator's Voice
avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 10/01/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Points d'XP:
0/199  (0/199)
Points de vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mar 24 Jan - 2:29

Chapitre 7: Le Sourire.

La Reine, souriante comme jamais, regardait sa soeur d'un oeil complice. Aimylia retirait ses vêtements pendant qu'Amylia finissait sans un mot les quelques retouches nécessaires à la peignure de son reflet. Les jumelles étaient maintenant entièrement nues, l'une en face de l'autre. Elle était simplement impossible à différencier au premier coup d'oeil. Chacune de leurs courbes, chacun des détails, tout était exactement pareille. Physiquement il n'y avait pas la moindre différence. Aimylia répondit à sa soeur d'un murmure glacial. Ses paroles firent sourire Vayle encore plus. Son reflet semblait fort heureuse de participer à l'échange qui allait suivre. Amylia savait qu'elle n'avait rien à dire, sa soeur savait exactement quoi faire. Après tout, elles étaient toujours ensemble, main dans la main. Chacune d'entre elle savait exactement à quoi l'autre pensait. Non, les mots n'étaient pas nécessaire en eux, il ne l'étaient jamais vraiment. Aimylia enfila la lingerie et...

La tromperie dépassa celle de l'apparence physique. Une transformation s'opéra au niveau de l'attitude d'Aimylia. Ses poses, ses intonations et même ses mimics devenaient les mêmes. Elles n'étaient pas jumelle. Les soeurs étaient maintenant bien plus que cela, l'une était le miroir et l'autre reflet. Les deux moitiés d'un tout unique. Car devant Amylia se tenait nul autre qu'Amylia. La dualité n'était plus, elles étaient une. Mue de part leur connexion, la jumelle reprenait chacune des sensations de l'Amylia d'origine. Elle fut ainsi en mesure de ressentir les choses exactement comme son miroir.

Sa jumelle s'avança alors vers la porte et la regarda une ultime fois. Vayle, toujours souriante plongea son regard dans celui de son reflet. Le réel plaisir ne faisait que commencer. Pauvre, pauvre Kamina. La jeune femme pris un malin plaisir à s'imaginer la scène, son amant, consumé par ses désirs, prendre sa soeur comme si elle était elle. Mais après tout, n'étaient-elles pas exactement la même personne à cet instant bien précis? Oui bien entendu, d'un point de vue technique. Mais cette nuit Kamina n'allait pas gouter à sa reine. Non, car cette nuit il allait recevoir le froid baisé de l'ombre.

Sur ce dernier échange de regard complice, le reflet disparut en refermant la porte. Amylia quant à elle s'approcha du vrai miroir fait de verre et s'observa, les yeux brulants.


'' Kamina. Vous avez certes l'étoffe d'un roi, mais vous n'avez pas encore de couronne. '' Murmura-t-elle.

'' Kamina. Vous avez certes le pouvoir, mais vous ne m'avez pas encore donné le monde. '' Souffla-t-elle avec un demi-sourire.

'' Étiez-vous réellement assez sot pour croire que la Reine allait s'abandonnerait ainsi à vous? Alors, même que vous n'aviez pas encore de royaume? Vous apprendrez à me connaitre mon roi... La Reine n'est pas un objet que l'on peut obtenir en faisant miroité mille et une promesse... Mais je ne vous en veux pas, après tout... '' Laissa-t-elle tomber très bas.

La jeune femme quitta le miroir de verre pour s'approcher lentement de la porte. Amylia posa son oreille dessus pour écouter.

'' Après tout, ne suis-je pas la femme la plus désirable du monde? '' Fit-elle doucement.

Et alors que sa soeur ordonnait au roi de la prendre, elle la Reine, ne put s'empêcher de sourire. Un sourire carnassier, accentué d'un regard prédateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimylia Vayle
The Creator's Whisper
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Niveau:
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mer 25 Jan - 3:20

Elle le sentait tout excitée, elle ne fut pas surprise de le sentir lui retirer violemment son soutien-gorge, elle le sentit, lui baiser le ventre délicatement, elle sentait sens s'émoustiller du contact de ses lèvres chaudes et humides. Elle sentait que sa culotte viendrait à être le centre d'intérêt de son roi. Elle le laissa, la couvrir de baisser encore et encore, elle le sentait qui tremblait plaquer contre sa poitrine dénudée, où se trouvait offert deux délicates formes fermes rappelant les fruits offerts d'un arbre divin.

Son corps à elle aussi tremblait de plaisir, lentement, juste en effleurant son échine, elle laissa ses mains vagabondé, descendre vers ses hanches musclées et solides. La reine le plaqua subitement sur elle avec une force surprenante pour une jeune fille comme elle. Puis, celle-ci souriante, laissa ses mains commencer de détacher les pantalons de son Roi, pour se faire, elle transféra son poids de côté, vers le lit en s'agrippant à ses hanches. Puis aussi subitement, que son Roi ne l'avait plaqué sur le lit, sa Reine se retrouva à califourchon sur lui. Le reflet d'Amylia se laissa glisser lentement vers son entre-jambes, en veillant bien à ce que son pubis frotte tout au long de l'opération, sur son bas-ventre. Une fois que ses pieds eurent touché le sol, elle entreprit de lui détacher son pantalon avec ses dents. Sa langue, coquine se glissa entre l'élastique de ses sous-vêtements et de sa peau, afin de le faire frissonner en la passant sur la limite de ses os pelviens. Le plaisir que la Reine Vayle lui offrait était Royal.

Puis, toute câline, elle finit de lui retirer ses pantalons, en se servant de ses mains qui langoureuses, caressaient en même temps ses cuisses puissantes. Puis au travers du tissu, entre les jambes de son Roi, elle passa sa langue sur sa tige de Jade, juste assez longtemps pour sentir la naissance, du serpent. Puis, elle se releva lentement et entama une danse lascive, durant laquelle, elle triturait à dessein, dans des positions toutes plus provocantes les unes que les autres, son élastique de culotte. Elle l'étirait comme si elle allait l'enlever, mais à la dernière seconde, elle se ravisait, puis passait plutôt ses mains sur sa poitrine ferme où les mamelons pointaient raidis par l'excitation. La Reine était éblouissante de beauté farouche!

Elle se pencha sur le sol et ramassa, toujours en dansant, le chandail de Kamina. Qu'elle déchira avec ses dents, veillant bien à ce que son geste soit lent et sensuel! Vayle en prit une bande longue et large et un sourire envoûtant, fleuri alors sur son visage et tout en s'approchant de lui lentement, en accentuant le balancement de ses hanches parfaites, elle le regardait dans les yeux. Son sourire se fit encore plus grand, lorsqu'elle vit que ses petits jeux avaient porté ses fruits sur son Roi. Une fois près de lui, elle fit tomber sa culotte sur le sol, puis de son annulaire droit, elle lui souleva le menton pour que son regard plonge au tréfonds du sien puis elle lui dit:

— Mon roi, me faites-vous confiance? Saurez-vous une fois de plus, me convaincre de votre sincérité? Tout en lui demanda, ceci, elle lui passa, lentement, tendrement les mains sur le visage, découpant su bout du doigt sa mâchoire volontaire et incontestablement virile. Le bout de tissu dans sa main droite, lui effleurant le visage à mesure que la Reine se plaquait sur lui.

C'est alors que ces mains sans attendre la réponse nouèrent le bandeau devant ses yeux. Puis que délicatement en encourageant les mêmes mains de son Roi à lui toucher le visage et la poitrine, elle les lui ramena dans le dos et noua une seconde bande de tissus autour pour qu'il ne puisse bouger. Elle lui dit alors:

- Jouons à un jeu voulez-vous? Je vais vous toucher et tenter de provoquer le frisson en vous et si vous êtes capable, de ne pas vous raidir et de subir cela sans gémir trois fois, je vous laisserai me posséder Mon Roi bien aimé! Mais si vous deviez échouer eh bien, je vous donnerai une seconde chance...

Puis sa voix se fit basse douce, enivrante et elle lui chuchota à l'oreille:

— La passion c'est le reflet de la confiance et avant de ne faire qu'Un avec vous oh mon amant, mon Roi! Je dois savoir si vous êtes prêts à vous donner tout entier à moi! Le ferez-vous? Le ferez-vous pour moi Votre Reine? Me faites-vous confiance Kamina Mon Roi?

La Reine s'agenouilla et lui retira son caleçon en prenant garde de ne pas provoquer de frisson. Puis elle s'autorisa un sourire glacial, il ne la voyait pas après tout! Elle l'avait son pouvoir elle Aimylia Vayle, le reflet était maître de jeu. Elle allait profiter de cette situation et en jouir oui, en jouir! Toujours agenouillée entre les cuisses fortes de son Roi, elle souffla lentement avec sur son phallus dressé fièrement devant elle.

Elle allait prendre son temps, elle allait le faire supplier d'arrêter, elle s'y connaissait dans ce domaine et n'avait nul doute qu'elle puisse le mater à sa volonté! Puis aussi soudainement que cette personnalité l'avait possédé, elle redevient sa sœur parfaite, superbe et magnifique! Mais Kamina, lui n'avait rien pu voir, les seuls témoins de cette scène furent peut-être sa jumelle cacher dans la salle de bain et les restes de leurs vêtements...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mer 25 Jan - 17:54

Kamina savourait pleinement les attentions coquines de sa compagne, du moins se qu'il pensait l'être, elle l'avait retourné sans problème montrant une pointe de savoir faire au jeune roi. Elle s'amusait et disposée de lui comme bon lui semblait se qui l'amusait au plus haut point. Son regard brûlait d'une ardeur tellement étrange, le pouvoir de l’Ouroboros en est-il vraiment la seule cause? L'albinos remarqua que sa reine semblait tout faire pour l'empêcher de s'égarer, allant même jusqu'à caresser son intimité avec la langue. Quelle délicate intention qui ne laissa pas Kamina de glace, se dernier la laissa alors continuer son manège. Déchirant son pantalon, pour finalement utiliser les lambeaux pour le rendre vulnérable. Les paroles de sa reine pénétrait en lui, ne cherchant qu'à le provoquer, l'attiser, faire de lui un pantin qui allait se prêter au jeu sans résistance.

Alors qu'il ne voyait plus rien, les thermes du jeu furent annoncées, il n'était pas réellement un amoureux des jeux dans se genre mais n'ayant jamais testé il allait pouvoir se forger sa propre opinion. Il sentit son souffle remonter le long de son phallus, les règles étaient les règles. Elle commença son jeu après quelques secondes de battement. Se que la reine ne savait pas de lui, s'est que les sensations, les sens, et le corps était aussi fort. Certes il aurait préféré profiter de chaque moment pleinement, mais il allait prouver à sa reine que si il le désirait il n'était pas facile à dominer. Il pouvait la sentir entre ses cuisses, il pouvait aussi sentir chacun de ses mouvement, Kamina se laissait complètement allé, son corps et son esprit étaient décontractés.

Elle commença alors son jeu, caressant divers endroits sensible du corps, il parvenait à peine à les sentir ne bougeant pas d'un pouce, affichant un simple sourire de défis. Elle prenait son temps, chaque caresses, coups, ou autres joyeusetés dans le genre était imprévisible. Pourtant malgré le fait que Kamina la laissait essayer de persévérer, il ressentait soudainement une sorte de sentiment qui lui disait de se laisser allé sur les dernières tendresses de la reine. Non le jeu perdrait son intérêt, bien que Kamina ne le voyait plus vue qu'il semblait être parfaitement capable de se contrôler. Il se défit de l'emprise des entraves lui tenant les poignets d'une façon bestiale, ses bras étaient dorénavant tendu ouvrant sa cage thoracique, il profita de cette allonge pour la prendre dans ses bras rapprochant son corps du sien. Le serpent de l'amour caressait l'entrejambe de son amante, tendit que le bandeau de Kamina sembla se décomposer, s'envolant en cendres pour s’effacer plus loin. Le regard de Kamina se planta un instant dans celui de sa reine qui devait certes se demander se qu'il se passait, les mots du roi sortirent sur un ton calme, à la limite du pardon:

-Si il y a bien quelque chose que la nature m'a donné s'est le pouvoir de maîtriser mes sensations, et d'influer celle des autres. Je peux amplifier les miennes pour ressentir deux fois plus de plaisir, mais je peux aussi complètement les éteindre. Si vous voulez nous pouvons continuer votre jeu, mais il faudra passer au niveau supérieur...

Alors que Kamina terminait sa phrase il déposa un baissé au creux de son épaule, pour faire comme il avait fait plus tôt. Savourer la chaire de sa reine, remontant la même veine avec sa langue. Le temps du défis était arrivé, les yeux de Kamina brûlaient désir et ce dernier n'attendait que la réaction de sa promise. Comme un dernière marque de provocations, tel Lucifer son serpent pénétra le jardin d'Eden avec subtilité, délicatesse, et fourberie. La reine était de nouveau sous Kamina qui lui laissait des chances de reprendre le dessus, mais son incitation à rejouer à un niveau supérieur était bel et bien là. Ses main firent le contour de ses cuisses, tendit que l'albinos faisait lentement bouger son bassin, une sorte de petite touche finale pour lui montrer que le roi était sérieux. Même si il ne perdait pas de vue le fait que tout cela n'était qu'un jeu.

Alors que son regard était planté dans celui de la reine, il déposa une nouvelle lanière sur ses yeux l'attachant avec sensualité, chacun de ses mouvements n'avaient qu'un seul but, dominer, séduire, provoquer, et prendre du plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimylia Vayle
The Creator's Whisper
avatar

Féminin Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Niveau:
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Lun 6 Fév - 16:34

L'excitation était à son comble, son corps la trahissait, des vagues de chaleur pulsaient de son être rosissant avec dureté ses pommettes délicates et pâles. Ses d'ordinaires si fermes, frémissait d'activation fébrile, son cœur débattait dans sa poitrine au rythme des battements désordonné que provoquait le désir et la passion. Le fait lui-même que son Roi se fut de lui-même libéré de ses liens improvisés ne l'avait pas le moins du monde affecté, cela avait simplement donné encore plus de passion et d'énergie à mettre dans son jeu de confiance.

Ses sens s'emballaient, sa peau revêtait une mince pellicule de sueur tant la sensation devenait excessive. Sa pensée se fit moins clair, mais son idée se fixa soudain alors que l'Ourouboros de flammes sur sa main brûlait au summum de sa puissance. Un défi, un délicieux défi que son Roi venait de lui lancer, décupla son envie de jouer avec lui, de tout lui prendre, jusqu'à la dernière infinitésimale part de son espoir.

Ses mains commencèrent leur œuvre en caressant lentement le torse de son Roi. Elle ne prit même pas la peine de lui rattacher les mains. Elle aimait certaines choses et ces choses demandaient que le Roi ne fût pas attaché d'aucune entrave, afin qu'elle puisse jouir de la situation au possible. La luxure allait une fois de plus guider sa main dans les abîmes, les gouffres du plaisir et de la dépravation. Elle allait se délecter de la suite des événements. Elle sentait son pouvoir commencer d'affleurer en surface dans sa tête, la force de sa volonté commençait de remplacer le désir d'abandon de son corps.

Il sentirait passée sa vraie force à elle. Il verrait des choses peu communes que peu avaient déjà vues et que peu pouvaient encore raconter. Elle serait la Reine et elle montrerait une autre voie dans le plaisir à son Roi si imbu de lui-même c'était au tour du Reflet de jouer ses cartes. Le tour de passe-passe de son Roi ne l'avait pas impressionné ou presque pas. Elle se consumait de l'envie de céder à ses brutales passions sur l'heure.

Pour ce qui était de ses perceptions, grand bien lui fasse qu'il les contrôle, elle gagnerait elle le savait. C'était mortellement inéluctable, elle gagne toujours...

Elle se leva, lentement en prenant bien soin d'effleurer du bout des doigts le corps en nage de son partenaire, de son amant, de son Roi. Comme elle le vit, il ne réagit pas d'un pouce. Si elle ne se dépêchait pas, il se lasserait. Elle se pencha et prit sous le lit un rouleau de tissu déposé à cet effet particulier, celui de faire frémir d'extase ou...

Elle le prit dans ses mains le déroula et pris en silence des punaises métalliques à tête ronde, les plus dures à retirer de la chair une fois entrées. Puis elle commença de les lui enfoncer dans la chair avec une telle vitesse que la sensation de douleur n'avait pas le temps de se rendre au cerveau que déjà une autre était enfoncée dans la chair. Puis dans le même mouvement alors que la dernière punaise se plantait dans le corps de son Roi, elle récupéra au sol deux lames de rasoir, une dans chaque main et subitement lui égratignant le torse et les bras de ses lames elle prenait un plaisir pervers à faire glisser les lames de plus en plus doucement sur ses chairs, traçant, des motifs aléatoires et alambiqués sur sa peau nue, couverte de sueur.

Son petit manège, fait perlé légèrement, le sang sur la peau nue de son Roi et elle prit un malin plaisir à venir goûter du bout de sa langue, le précieux liquide vital au goût de fer. Sa langue s'agitait de concert avec sa main gauche, qui elle caressait langoureusement le sexe dressé de son Roi. Elle le titillait, du bout de l'ongle, caresse aussi douce et légère que son souffle était chaud et haché sur le torse de son Roi. Puis, le mouvement de sa main gauche se fit rapide et pressant sur la verge de Kamina et elle ponctua ce changement avec un rire cristallin imitant parfaitement celui de sa soeur.

Elle stoppa soudain son manège que le temps de lui susurrer de toute la force de son pouvoir décuplé par L'Ourouboros:

-Souffre au centuple! Atteins le plaisir par la souffrance!

Elle continua de le titiller de sa main gauche, mais cette fois-ci lentement, sensuellement tout en accentuant la pression de sa main sur le serpent brûlant de désir qu'elle tenait d'une, mais ferme. Puis, alors que la pression qu'elle exerçait de sa main atteignait son paroxysme, elle lui susurra sa tête tout près de la sienne;

-C'est ce que l'on récolte lorsque l'on ne tient pas ses promesses avec moi. Après tout, ne suis-je donc pas ta Reine?

Il ne faut jamais au grand jamais me mettre au défi je finirai d'une façon ou d'une autre à arriver à faire le nécessaire pour obtenir ce que je désire le miroir montre et le reflet lui prend, songea-t-elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamina
The Creator's Hand
avatar

Masculin Nombre de messages : 300
Age : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Feuille de personnage
Niveau: 6
Points d'XP:
1001/1299  (1001/1299)
Points de vie:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   Mer 22 Fév - 17:12

A quoi bon lutter face à la souffrance même? Ne suffisait-il pas simplement de l'accepter, d'en faire son plaisir, une partie de sois aussi infime soit-elle. Oui malgré la douleur de chaque piques, de chaque lames Kamina ne put s'empêcher de rire. Un rire démentiel, montrant que son système nerveux était à bout, elle n'aurait pas été sa reine, elle serait sûrement morte à l'heure qu'il est. Elle jouait avec son corps, donnant un semblant de plaisir à Kamina qui se demandait de plus en plus si elle ne prenait pas le défis un peux trop au sérieux. Il se laissait envahir par la douleur, ne lâchant aucun cris, son visage exprimait suffisamment sa façon de pensée. Il avait mal, évidement avec plusieurs punaises dans le corps, et les bras lacérer il n'allait pas faire le malin. Trois sons sortirent finalement de sa bouche, trois sons correspondant à un mélange de douleur, et de plaisir extrême. Kamina laissa la reine se délecter de son sang, et prendre son pilier à pleine main. Elle serait une partenaire étonnante, mais aussi une femme très dangereuse.

Leurs corps étaient chaud, humide, et couvert de sang. L'albinos la laissa murmurer se que bon lui semblait il n'avait même pas essayé de résisté en vérité. Ah quoi bon souffrir si s'est pour au final décevoir sa reine, qui semblait prendre un malin plaisir à vaincre. Il laissa sa langue parcourir son corps, tendit que son tatouage brûlait d'une faible lueur rouge. L'albinos bougea pour la première fois depuis le début du manège de sa reine, son bras pour essuyer du pouce une vilaine coulée de sang sur le bout de sa lèvre. Lui lâchant dans un bref soupir amusé:

-Vous ne savez définitivement pas boire sans vous en mettre partout.

Léchant le bout de son pouce ensanglanté il laissa ensuite sa main caresser le corps de sa reine, son regard était plein de désir, mais il se rendait à l'évidence. Ses cicatrices allaient encore une fois cicatriser et la mort ne viendrait pas le délivrer du fardeau de l'amour il allait devoir faire preuve d'imagination et de force pour sustenter la reine. Le roi repoussa soudainement de ses deux mains, la plaquant contre le lit, reprenant le dessus, elle pouvait sentir le souffle saccadé, et excité du roi. Il la désirait pourtant, quelque chose lui disait de prendre son temps, après tout ils n'étaient pas pressé. Le sang de l'élu perlait sur le pâle corps de la reine, le lit en était imbibé. Il arracha chaque pointes à tête ronde en gémissant. Faisant comprendre à la reine qu'elle avait gagné, il laissa sa langue à son tour parcourir son ventre, tournant autour de son nombril qu'il n'effleura pas. Il laissa sa langue découvrir un autre endroit bien plus amusant.

Sa langue se fit un passage dans le magnifique jardin, souillant de sa salive cet endroit censé être sacré. Ses plaies se refermèrent doucement, la lueur si sauvage de sa marque les englobait de plus en plus. Resserrant sa prise sur ses cuisses, il continua à la titiller ainsi pendant quelques minutes qui semblèrent durer une éternité. Il remonta ensuite jusqu'au niveau de ses lèvres, longeant son splendide corps tel un serpent puis lui murmura au creux de l'oreille:

-S'était une sorte de récompense pour votre victoire.

Il laissa son regard de monstre se planter dans le siens, il la désirait de tout son être. Oui le désir était un sentiment, non un fardeau terriblement puissant, éprouvant chaque être vivant. Ceux qui parvenaient à contenir leur désir, travaillant durement pour le ressentir et aboutir à quelque chose d'encore plus fort étaient respectable. Ceux qui voulaient tout dans l'instant à l'exception de la reine étaient pitoyable. Oui elle avait le droit d'obtenir se qu'elle désirait quand elle le voulait, contrairement à Kamina qui devra attendre patiemment son reste. Il sentait sa poitrine contre son torse, et ses jambes autour des siennes. Il lui déposa plusieurs baisers dans le cou, continuant ses multiples caresses, laissant son corps témoigner de son désir. Laissant son être communiquer naturellement avec celui de la reine, lui montrant sa dévotion. Il se détacha finalement d'elle. Se calant contre un oreiller il la regarda, la contempla un bref moment. Le temps qu'elle vienne à lui, après tout ne pouvant la forcer à rien, il devait la laisser mener la dance. De toute façon Kamina était bien trop amateur dans l'art du sexe pour pouvoir se permettre de prendre trop d'initiative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Spectacle Dénué de Sens.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Spectacle Dénué de Sens.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» SOS RPG[à sens unique]
» La caisse des intermittents du spectacle épinglée
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaedes :: Les Décombres :: Les Habitats Abandonnées :: Le Théâtre.-
Sauter vers: